Rosetta, plus de 10 ans de conquête spatiale
Sciences

Rosetta, plus de 10 ans de conquête spatiale

Ce 12 novembre 2014, à 17h02 (heure de Paris) l'humanité a vécu une grande première: rentrer en contact direct avec une comète. La sonde Philae, larguée par Rosetta, un engin lancé il y a plus de 10 ans dans l'espace par une fusée Ariane 5, a en effet réussi à se poser à la surface de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko («Tchouri» pour les intimes). 


L'enjeu? Tout simplement la vie sur Terre! De nombreux chercheurs pensent en effet que les collisions entre comètes et planètes ont pu contribuer à l'apparition de composés organiques eux-mêmes à l'origine de la vie. L'analyse directe de la composition de Tchouri permettra peut-être de confirmer cette théorie.

 

En attendant la suite de cette odyssée, à regarder par ici, retour sur dix ans, et plus, d'une conquête appelée Rosetta:


	Enfin! Après un atterrissage mouvementé, voici la première photo prise à la surface de Tchouri par les appareils de Philae. A droite, certains voient déjà le visage figé d'un golem...

	Cette photo est un véritablement soulagement pour les scientifiques: si Philae s'est posé comme prévu le 1é novembre, elle n'a néanmoins pas réussi à s'ancrer dans le sol de la comète, du fait d'une défection de ses harpons. Après avoir pas mal oscillé, elle s'est enfin stabilisée et envoie donc images et données à l'Esa.
ESA/Rosetta/Philae/CIVA

Enfin! Après un atterrissage mouvementé, voici la première photo prise à la surface de Tchouri par les appareils de Philae. A droite, certains voient déjà le visage figé d'un golem...

Cette photo est un véritablement soulagement pour les scientifiques: si Philae s'est posé comme prévu le 1é novembre, elle n'a néanmoins pas réussi à s'ancrer dans le sol de la comète, du fait d'une défection de ses harpons. Après avoir pas mal oscillé, elle s'est enfin stabilisée et envoie donc images et données à l'Esa.


	Petit selfie de Rosetta, depuis les appareils de la sonde Philae, pris le 7 octobre 2014. Au premier plan, les ailes recouvertes de panneaux solaires de Rosetta; en arrière-plan, la comète Tchouri, évidemment!
 ESA/Rosetta/Philae/CIVA  

Petit selfie de Rosetta, depuis les appareils de la sonde Philae, pris le 7 octobre 2014. Au premier plan, les ailes recouvertes de panneaux solaires de Rosetta; en arrière-plan, la comète Tchouri, évidemment!


	La comète Tchouri a effectivement un petit air de canard de bain. Si vous vous concentrez bien sur cet aperçu en date du 12 septembre 2014, vous verrez: à gauche, la tête, à droite le corps bien aplati... Comique, quand on pense que cette grande première de l'humanité se passera sur la tête d'un canard de bain cosmique.
ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA  

La comète Tchouri a effectivement un petit air de canard de bain. Si vous vous concentrez bien sur cet aperçu en date du 12 septembre 2014, vous verrez: à gauche, la tête, à droite le corps bien aplati... Comique, quand on pense que cette grande première de l'humanité se passera sur la tête d'un canard de bain cosmique.


	Sous ce jour, enveloppée dans des jets de gaz et de poussières caractéristiques de l'activité d'une comète, Tchouri à l'air quasi mystique. Un cliché envoyé par Rosetta le 10 septembre 2014.
ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/ INTA/UPM/DASP/IDA  

Sous ce jour, enveloppée dans des jets de gaz et de poussières caractéristiques de l'activité d'une comète, Tchouri à l'air quasi mystique. Un cliché envoyé par Rosetta le 10 septembre 2014.


	Vous vous êtes toujours demandé à quoi pouvait bien ressembler une comète? Grosso modo, à ça! Ce cliché, pris à moins de 10 kilomètres de Tchouri le 25 octobre 2014, montre les nombreuses infractuosités à la surface de ce corps céleste.

	L'ESA indique que les dépressions circulaires observables sont peut-être les témoins de l'activité de la comète, telle que l'expulsion de gaz.
ESA/Rosetta/ NAVCAM – CC BY-SA IGO 3.0

Vous vous êtes toujours demandé à quoi pouvait bien ressembler une comète? Grosso modo, à ça! Ce cliché, pris à moins de 10 kilomètres de Tchouri le 25 octobre 2014, montre les nombreuses infractuosités à la surface de ce corps céleste.

L'ESA indique que les dépressions circulaires observables sont peut-être les témoins de l'activité de la comète, telle que l'expulsion de gaz.


	Le 23 juillet, Rosetta envoyait cette photo de Tchouri. A plus de 5.000 kilomètres de la comète, cette dernière semble bien minuscule! Néanmoins, se dessine déjà cette forme caractéristique de canard de bain.
ESA/Rosetta/NAVCAM

Le 23 juillet, Rosetta envoyait cette photo de Tchouri. A plus de 5.000 kilomètres de la comète, cette dernière semble bien minuscule! Néanmoins, se dessine déjà cette forme caractéristique de canard de bain.


	Vue d'encore plus loin, de la Terre, Tchouri ressemble désormais davantage à une étoile filante qu'à un bloc de poussières!

	Prise grâce à l'un des plus grands télescopes du monde, situés au Chili, le 11 août 2014, cette image nous remet en tête que Rosetta et Philae sont des engins envoyés par l'homme à un demi-milliard de kiomètres de la Terre! De quoi remettre les choses en perspective...
C. Snodgrass/ESO/ESA

Vue d'encore plus loin, de la Terre, Tchouri ressemble désormais davantage à une étoile filante qu'à un bloc de poussières!

Prise grâce à l'un des plus grands télescopes du monde, situés au Chili, le 11 août 2014, cette image nous remet en tête que Rosetta et Philae sont des engins envoyés par l'homme à un demi-milliard de kiomètres de la Terre! De quoi remettre les choses en perspective...


	Et voilà Tchouri d'encore plus loin: nous sommes ici à 5 millions de kilomètres de la comète, perdue dans la constellation Ophiuchus. Cette image a été prise par les appareils de Rosetta, le 20 mars 2014.
	 
ESA © 2014 MPS for OSIRIS-Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA

Et voilà Tchouri d'encore plus loin: nous sommes ici à 5 millions de kilomètres de la comète, perdue dans la constellation Ophiuchus. Cette image a été prise par les appareils de Rosetta, le 20 mars 2014.
 


	Un grand ouf! de soulagement: le 20 janvier 2014, la sonde Rosetta s'éveille après 31 mois de mise en sommeil. Une opération qui visait à économiser les appareils embarqués et à réduire la consommation d'énergie, mais qui a duré longtemps, très longtemps.

	On comprend mieux le bonheur des chercheurs de ce centre de contrôle de l'ESA, en Allemagne.
ESA–Jürgen Mai

Un grand ouf! de soulagement: le 20 janvier 2014, la sonde Rosetta s'éveille après 31 mois de mise en sommeil. Une opération qui visait à économiser les appareils embarqués et à réduire la consommation d'énergie, mais qui a duré longtemps, très longtemps.

On comprend mieux le bonheur des chercheurs de ce centre de contrôle de l'ESA, en Allemagne.


	Il y a plus de 10 ans, le 2 mars 2004, Rosetta et Philae quittaient la Terre à bord d'une fusée Ariane 5. Mais l'aventure commence bien avant: l'ESA a validé cette mission en 1993!
ESA/CNES/ARIANESPACE-Service Optique CSG, 2004

Il y a plus de 10 ans, le 2 mars 2004, Rosetta et Philae quittaient la Terre à bord d'une fusée Ariane 5. Mais l'aventure commence bien avant: l'ESA a validé cette mission en 1993!

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters