Robert Mugabe, le libérateur qui a ruiné le Zimbabwe

Mardi 21 novembre, Robert Mugabe a été obligé de démissionner à 93 ans de la présidence du Zimbabwe au terme de quinze jours de crise. Il dirigeait le pays depuis pas moins de trente-sept ans. Vu comme un libérateur à l'indépendance du pays, il a vite muselé toute opposition et ruiné l'économie de son pays. Retour en images.

Robert Mugabe, leader du front patriotique, donne une conférence de presse le 29 octobre 1976 à Genève. Il est alors à la tête de la ZANU, le parti politique Zimbabwe African National Union, créé en 1964, et constitue la principale figure de la lutte contre le pouvoir raciste en place dans son pays. En 1980, la Rhodésie du Sud devient indépendante des Britanniques et prend le nom de Zimbabwe.

Robert Mugabe, leader du front patriotique, donne une conférence de presse le 29 octobre 1976 à Genève. Il est alors à la tête de la ZANU, le parti politique Zimbabwe African National Union, créé en 1964, et constitue la principale figure de la lutte contre le pouvoir raciste en place dans son pays. En 1980, la Rhodésie du Sud devient indépendante des Britanniques et prend le nom de Zimbabwe.

Crédit: AFP
Robert Mugabe devient alors Premier ministre et lève les poings en signe de triomphe lors d'une conférence de presse qui suit sa victoire aux élections. Le 4 mars, la ZANU a remporté 57 des 80 sièges réservés aux Noirs.

Robert Mugabe devient alors Premier ministre et lève les poings en signe de triomphe lors d'une conférence de presse qui suit sa victoire aux élections. Le 4 mars, la ZANU a remporté 57 des 80 sièges réservés aux Noirs.

Crédit: Allen Pizzey / UPI / AFP
Le président américain Bill Clinton fait visiter la Maison-Blanche à son homologue zimbabwéen, le 18 mai 1995. À la suite d'une guerre civile entre deux mouvements nationalistes, ce dernier est devenu président, abolissant le poste de Premier ministre. Il est élu en 1990 puis en 1996, presque sans opposition.

Le président américain Bill Clinton fait visiter la Maison-Blanche à son homologue zimbabwéen, le 18 mai 1995. À la suite d'une guerre civile entre deux mouvements nationalistes, ce dernier est devenu président, abolissant le poste de Premier ministre. Il est élu en 1990 puis en 1996, presque sans opposition.

Crédit: Joshua Roberts / AFP
Robert Mugabe (à droite) reçoit le président d'Afrique du Sud, Nelson Mandela le 19 mai 1997. Dans sa jeunesse, Robert Mugabe est arrêté avec d’autres leaders nationalistes et passe dix années en prison. Peu après sa libération, il se réfugie au Mozambique, d’où il prend la tête de la lutte armée, jusqu’à l’indépendance de son pays et son arrivée au pouvoir. Il met ensuite en place une politique de réconciliation et d'unité.

Robert Mugabe (à droite) reçoit le président d'Afrique du Sud, Nelson Mandela le 19 mai 1997. Dans sa jeunesse, Robert Mugabe est arrêté avec d’autres leaders nationalistes et passe dix années en prison. Peu après sa libération, il se réfugie au Mozambique, d’où il prend la tête de la lutte armée, jusqu’à l’indépendance de son pays et son arrivée au pouvoir. Il met ensuite en place une politique de réconciliation et d'unité.

Crédit: David Brazier / AFP
Robert Mugabe inspecte des troupes le 20 juillet 2000 à Harare. Il vient de lancer une réforme agraire pour permettre une accélération de la redistribution des terres aux paysans noirs. Mais la réforme ne tient pas ses promesses.

Robert Mugabe inspecte des troupes le 20 juillet 2000 à Harare. Il vient de lancer une réforme agraire pour permettre une accélération de la redistribution des terres aux paysans noirs. Mais la réforme ne tient pas ses promesses.

Crédit: Paul Cadenhead / AFP
Mugabe bénéficie par ailleurs d'un soutien sans faille de la police et de l'armée et recourt largement à la violence depuis plus de vingt ans. Il écrase les contestations tout en instaurant la culture du parti unique. Sur cette photo, Robert Mugabe vote le 9 mars 2002 à Harare pour les élections présidentielles. Il obtient 56% des voix face à son principal rival, Morgan Tsvangirai.

Mugabe bénéficie par ailleurs d'un soutien sans faille de la police et de l'armée et recourt largement à la violence depuis plus de vingt ans. Il écrase les contestations tout en instaurant la culture du parti unique. Sur cette photo, Robert Mugabe vote le 9 mars 2002 à Harare pour les élections présidentielles. Il obtient 56% des voix face à son principal rival, Morgan Tsvangirai.

Crédit: Yoav Lemmer / AFP
Il met aussi en place une large persécution des homosexuels qui risquent de lourdes peines de prison. On le voit sur cette photo célèbrer son 80e anniversaire dans sa ville natale de Zvimba, le 21 février 2004, devant 10.000 personnes.

Il met aussi en place une large persécution des homosexuels qui risquent de lourdes peines de prison. On le voit sur cette photo célèbrer son 80e anniversaire dans sa ville natale de Zvimba, le 21 février 2004, devant 10.000 personnes.

Crédit: STR / AFP
Après un divorce, il épouse en 1996 sa secrétaire, Grace. Sur cette image on les voit lors de son dernier discours de campagne à Harare le 26 juin 2008. Ces élections générales se déroulent dans un contexte politique et social très tendu, notamment du fait de l'hyperinflation et du chômage.

Après un divorce, il épouse en 1996 sa secrétaire, Grace. Sur cette image on les voit lors de son dernier discours de campagne à Harare le 26 juin 2008. Ces élections générales se déroulent dans un contexte politique et social très tendu, notamment du fait de l'hyperinflation et du chômage.

Crédit: Alexander Joe / AFP
Le président et sa femme se préparent à couper le gateau d'anniversaire de Robert Mugabe le 28 février 2009. Il est alors âgé de 85 ans. Malgré ses richesses minières, l'État est ruiné et l'économie défaillante.

Le président et sa femme se préparent à couper le gateau d'anniversaire de Robert Mugabe le 28 février 2009. Il est alors âgé de 85 ans. Malgré ses richesses minières, l'État est ruiné et l'économie défaillante.

Crédit: Desmond Kwande / AFP
Robert Mugabe mange une glace pendant que son épouse, fait un discours à Harare, le 28 juin 2013. Le 31 juillet se tiendront les élections présidentielles qui opposent Robert Mugabe à son rival de toujours Morgan Tsvangirai. Morgan Tsvangirai arrive en tête du premier tour de la présidentielle mais le niveau de violence imposé à ses militants le fait renoncer à cinq jours du second tour. Robert Mugabe est réélu.

Robert Mugabe mange une glace pendant que son épouse, fait un discours à Harare, le 28 juin 2013. Le 31 juillet se tiendront les élections présidentielles qui opposent Robert Mugabe à son rival de toujours Morgan Tsvangirai. Morgan Tsvangirai arrive en tête du premier tour de la présidentielle mais le niveau de violence imposé à ses militants le fait renoncer à cinq jours du second tour. Robert Mugabe est réélu.

Crédit: Alexander Joe / AFP
Sur cette image du 17 novembre 2017, on voit Robert Mugabe lors de la cérémonie d'obtention de diplômes à l'Open University de Harare. Le 6 novembre, le chef de l’État a limogé son vice-président Emmerson Mnangagwa, accusé de manquer de «loyauté». En réalité, ce dernier menace la succession que Robert Mugabe voudrait voir revenir à sa femme Grace. Dans la nuit du 14 au 15 novembre, l’armée, inquiète de la mainmise de Grace Mugabe, prend position à Harare. Dans les jours qui suivent, les soutiens du président le lâchent un à un et samedi 18 novembre des dizaines de milliers de manifestants envahissent les rues des deux principales villes du pays, Harare et Bulawayo pour appeler à son départ.

Sur cette image du 17 novembre 2017, on voit Robert Mugabe lors de la cérémonie d'obtention de diplômes à l'Open University de Harare. Le 6 novembre, le chef de l’État a limogé son vice-président Emmerson Mnangagwa, accusé de manquer de «loyauté». En réalité, ce dernier menace la succession que Robert Mugabe voudrait voir revenir à sa femme Grace. Dans la nuit du 14 au 15 novembre, l’armée, inquiète de la mainmise de Grace Mugabe, prend position à Harare. Dans les jours qui suivent, les soutiens du président le lâchent un à un et samedi 18 novembre des dizaines de milliers de manifestants envahissent les rues des deux principales villes du pays, Harare et Bulawayo pour appeler à son départ.

Crédit: Jekesai Njikizana / AFP
Dimanche 19 novembre, la Zanu-PF lui retire son mandat de président du parti et exclut son épouse de ses rangs. Deux jours plus tard, Robert Mugabe renonce à ses fonctions «avec effet immédiat». Il ajoute: «J’ai pris cette décision volontairement, préoccupé par le bien-être du peuple du Zimbabwe et mon désir d’assurer une transition pacifique, en douceur.»

Dimanche 19 novembre, la Zanu-PF lui retire son mandat de président du parti et exclut son épouse de ses rangs. Deux jours plus tard, Robert Mugabe renonce à ses fonctions «avec effet immédiat». Il ajoute: «J’ai pris cette décision volontairement, préoccupé par le bien-être du peuple du Zimbabwe et mon désir d’assurer une transition pacifique, en douceur.»

Crédit: Zinyange Auntony / AFP

Plus de Grand Format

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte