Quand les festins décrits dans les livres deviennent réalité

Passionné par la lecture, Charles Roux voulait que son projet de fin d'étude dans son école de photo porte sur la littérature. «J'ai réalisé à quel point la nourriture est magique dans la littérature. J'ai donc décidé de travailler sur sa force symbolique, métaphorique, narrative et iconique.» Pour mettre en scène ses images, ce photographe collecte des objets chez des amis ou chez les antiquaires et cuisine seul les repas présentés. Il a déjà réalisé plus de cinquante images qu'il poste sur Instagram et cherche actuellement un éditeur. 

L'Amour aux temps du choléra de Gabriel García Márquez | Charles Roux

 

«J'étais d'abord intéressé par la littérature. L'idée de travailler sur la nourriture est venue dans un second temps. Je choisis d'abord des livres que j'ai aimé lire et dans lesquels se trouvent une scène ou une récurrence, relativement importantes, à propos de la nourriture. Ainsi les madeleines, le tea party me sont venus à l'esprit immédiatement. Ensuite, ma sélection de titres s'est élargie au fur et à mesure de mes recherches. J'ai aussi lu des thèses universitaires, des ouvrages de critique littéraire, etc. Mais j'ai tout lu, bien sûr. Avant d'être un créateur, je suis avant tout un lecteur.»

L'Amour aux temps du choléra de Gabriel García Márquez | Charles Roux

 

«J'étais d'abord intéressé par la littérature. L'idée de travailler sur la nourriture est venue dans un second temps. Je choisis d'abord des livres que j'ai aimé lire et dans lesquels se trouvent une scène ou une récurrence, relativement importantes, à propos de la nourriture. Ainsi les madeleines, le tea party me sont venus à l'esprit immédiatement. Ensuite, ma sélection de titres s'est élargie au fur et à mesure de mes recherches. J'ai aussi lu des thèses universitaires, des ouvrages de critique littéraire, etc. Mais j'ai tout lu, bien sûr. Avant d'être un créateur, je suis avant tout un lecteur.»

Boucles d'or et les Trois Ours de Jacob et Wilhelm Grimm | Charles Roux

 

«Chacune des photos a sa petite histoire. J'ai lu et relu les livres, dans leur langue originale quand je le pouvais, et j'ai pris beaucoup de notes. J'ai ensuite listé des livres, objets, aliments, recettes... Je me suis documenté pour m'imaginer les choses avec plus de précision et d'acuité. Ce qui était plus facile pour des livres riches en descriptions (Proust, Wolf, Flaubert, Brontë...) mais je me suis davantage amusé à réimaginer les choses, à ma manière, dans des livres plus obscurs (Beckett, Salinger...). Le manque de descriptions laisse plus de liberté créative.»

Boucles d'or et les Trois Ours de Jacob et Wilhelm Grimm | Charles Roux

 

«Chacune des photos a sa petite histoire. J'ai lu et relu les livres, dans leur langue originale quand je le pouvais, et j'ai pris beaucoup de notes. J'ai ensuite listé des livres, objets, aliments, recettes... Je me suis documenté pour m'imaginer les choses avec plus de précision et d'acuité. Ce qui était plus facile pour des livres riches en descriptions (Proust, Wolf, Flaubert, Brontë...) mais je me suis davantage amusé à réimaginer les choses, à ma manière, dans des livres plus obscurs (Beckett, Salinger...). Le manque de descriptions laisse plus de liberté créative.»

Les Misérables de Victor Hugo | Charles Roux

 

«Je voulais pour chaque photo un décor réel, pas de création en studio. La plupart des photos sont faites en lumière naturelle (soleil et/ou feu), mais dans certains cas, j'ai dû utiliser du matériel d'éclairage. Accordant de l'importance au détail, j'ai fait attention à ne jamais réutiliser le même accessoire dans deux photos différentes. J'ai donc des dizaines de fourchettes dépareillées chez moi. Aussi, je n'ai pas voulu faire répéter un plat (l'Apple pie revient souvent, dans la littérature américaine), ou un auteur (Proust et Nothomb sont prolifiques au sujet de la nourriture).»

Les Misérables de Victor Hugo | Charles Roux

 

«Je voulais pour chaque photo un décor réel, pas de création en studio. La plupart des photos sont faites en lumière naturelle (soleil et/ou feu), mais dans certains cas, j'ai dû utiliser du matériel d'éclairage. Accordant de l'importance au détail, j'ai fait attention à ne jamais réutiliser le même accessoire dans deux photos différentes. J'ai donc des dizaines de fourchettes dépareillées chez moi. Aussi, je n'ai pas voulu faire répéter un plat (l'Apple pie revient souvent, dans la littérature américaine), ou un auteur (Proust et Nothomb sont prolifiques au sujet de la nourriture).»

Ulysse de James Joyce | Charles Roux

 

«Sur le plan logistique, c'est un projet qui coûte pas mal, en terme de travail, de temps et d'argent. J'ai cuisiné moi-même. Certains livres comme Gargantua (Rabelais) ou Madame Bovary (Flaubert) sont encore à l'état d'idée. À suivre. Chaque photo était un challenge plus ou moins ardu, avec chacun ses difficultés (un château pour We Have Always Lived in the Castle, un endroit abandonné pour Fin de Partie, a location dans une boutique de décors de cinéma d'une tasse à moustache pour Ulysses...).Toutes mes photos, malgré leur préparation en amont, ont dû laisser place à plus ou moins d'improvisation selon les difficultés propres à chacune, techniques ou esthétiques.»

Ulysse de James Joyce | Charles Roux

 

«Sur le plan logistique, c'est un projet qui coûte pas mal, en terme de travail, de temps et d'argent. J'ai cuisiné moi-même. Certains livres comme Gargantua (Rabelais) ou Madame Bovary (Flaubert) sont encore à l'état d'idée. À suivre. Chaque photo était un challenge plus ou moins ardu, avec chacun ses difficultés (un château pour We Have Always Lived in the Castle, un endroit abandonné pour Fin de Partie, a location dans une boutique de décors de cinéma d'une tasse à moustache pour Ulysses...).Toutes mes photos, malgré leur préparation en amont, ont dû laisser place à plus ou moins d'improvisation selon les difficultés propres à chacune, techniques ou esthétiques.»

Alice au pays des merveilles et De l'autre côté du miroir de Lewis Carroll | Charles Roux

 

«Pour Alice au pays des merveilles, par exemple, j'ai cherché de la vaisselle différente pour créer un excès de formes et de couleurs, renforcer le côté loufoque de la scène, tout en conservant une tradition de la vaisselle anglaise (empruntée à de la famille ou achetée dans des boutiques second-hand en Écosse). Outre la préparation des divers gâteaux, c'est le placement de chaque objet qui était difficile, pour que cela puisse paraître naturel quand même. Il se trouve que j'étais pressé par le temps (aussi bien la météo que l'horaire) et j'ai fait plusieurs photos en bougeant des trucs sans arrêt en imaginant faire le tri plus tard. Finalement, c'est la toute première photo qui convient le mieux, avec le placement instinctif des éléments sur la table!»

Alice au pays des merveilles et De l'autre côté du miroir de Lewis Carroll | Charles Roux

 

«Pour Alice au pays des merveilles, par exemple, j'ai cherché de la vaisselle différente pour créer un excès de formes et de couleurs, renforcer le côté loufoque de la scène, tout en conservant une tradition de la vaisselle anglaise (empruntée à de la famille ou achetée dans des boutiques second-hand en Écosse). Outre la préparation des divers gâteaux, c'est le placement de chaque objet qui était difficile, pour que cela puisse paraître naturel quand même. Il se trouve que j'étais pressé par le temps (aussi bien la météo que l'horaire) et j'ai fait plusieurs photos en bougeant des trucs sans arrêt en imaginant faire le tri plus tard. Finalement, c'est la toute première photo qui convient le mieux, avec le placement instinctif des éléments sur la table!»

Le Monde de Narnia : Le Lion, la Sorcière blanche et l'Armoire magique de C.S. Lewis | Charles Roux

 

«Autre exemple, j'ai du faire face à une neige abondante et fine pendant que je photographiais Le Lion, la Sorcière blanche et l'Armoire magique, dans une forêt des Alpes italiennes. L'apprentissage de la recette du loukoum (et ses nombreux ratés) était déjà un challenge en soi, la météo s'est mise à jouer aussi. Je tenais absolument à avoir un décor naturel et véritable. S'il me fallait de la neige, je voulais de la vraie neige, dans la nature. J'ai travaillé tout seul sur les photos, pour les textes, objets, mises en place, photographie, mais il y a UNE seule photo où j'ai été accompagné, c'est celle-ci... Ma sœur jumelle m'avait accompagnée, curieuse, et m'a finalement aidé en tenant un parapluie au dessus des loukoums et de la fourrure, et ainsi éviter trop de neige, qui faisait fondre le sucre glace. Heureusement, j'avais prévu le sucre sur place.»

Le Monde de Narnia : Le Lion, la Sorcière blanche et l'Armoire magique de C.S. Lewis | Charles Roux

 

«Autre exemple, j'ai du faire face à une neige abondante et fine pendant que je photographiais Le Lion, la Sorcière blanche et l'Armoire magique, dans une forêt des Alpes italiennes. L'apprentissage de la recette du loukoum (et ses nombreux ratés) était déjà un challenge en soi, la météo s'est mise à jouer aussi. Je tenais absolument à avoir un décor naturel et véritable. S'il me fallait de la neige, je voulais de la vraie neige, dans la nature. J'ai travaillé tout seul sur les photos, pour les textes, objets, mises en place, photographie, mais il y a UNE seule photo où j'ai été accompagné, c'est celle-ci... Ma sœur jumelle m'avait accompagnée, curieuse, et m'a finalement aidé en tenant un parapluie au dessus des loukoums et de la fourrure, et ainsi éviter trop de neige, qui faisait fondre le sucre glace. Heureusement, j'avais prévu le sucre sur place.»

Le petit chaperon rouge de Charles Perrault | Charles Roux

 

«J'ai pris plaisir à créer le Petit Chaperon Rouge et Alice au pays des merveilles. Les deux ont une ambiguïté et des atmosphères très intéressantes, aussi angoissantes qu'adorables. J'aime que la photographie oscille entre réalité et fiction, entre sombre et clair, morbide et mignon...j'aime les contradictions et les ironies. Le conte de Perrault est intéressant à ce titre et j'ai voulu faire sentir les personnages dans la photo, sans qu'ils ne soient là: le Chaperon, attaqué par le Loup. J'ajouterais même que la forêt est un troisième personnage. Je pensais que la photo serait plus facile à faire pour le Chaperon que pour Alice, et ça a finalement été l'inverse. On apprend continuellement, et ça me plaît beaucoup.»

Le petit chaperon rouge de Charles Perrault | Charles Roux

 

«J'ai pris plaisir à créer le Petit Chaperon Rouge et Alice au pays des merveilles. Les deux ont une ambiguïté et des atmosphères très intéressantes, aussi angoissantes qu'adorables. J'aime que la photographie oscille entre réalité et fiction, entre sombre et clair, morbide et mignon...j'aime les contradictions et les ironies. Le conte de Perrault est intéressant à ce titre et j'ai voulu faire sentir les personnages dans la photo, sans qu'ils ne soient là: le Chaperon, attaqué par le Loup. J'ajouterais même que la forêt est un troisième personnage. Je pensais que la photo serait plus facile à faire pour le Chaperon que pour Alice, et ça a finalement été l'inverse. On apprend continuellement, et ça me plaît beaucoup.»

Moby-Dick d'Herman Melville | Charles Roux

 

«Derrière chaque livre et chaque scène alimentaire, j'ai voulu non seulement m'intéresser à un passage du livre, mais aussi à son intégralité. J'ai pris le parti d'une lecture métaphorique du motif littéraire de la nourriture, mais j'ai aussi voulu créer une ambiance propre à chacune avec différents codes et différents symboles.»

Moby-Dick d'Herman Melville | Charles Roux

 

«Derrière chaque livre et chaque scène alimentaire, j'ai voulu non seulement m'intéresser à un passage du livre, mais aussi à son intégralité. J'ai pris le parti d'une lecture métaphorique du motif littéraire de la nourriture, mais j'ai aussi voulu créer une ambiance propre à chacune avec différents codes et différents symboles.»

Vipère au Poing, d'Hervé Bazin | Charles Roux

 

«On se souvient tous dans ce livre de l'abominable mère, "Folcoche". Elle est présente ici par plusieurs détails visuels: le sang sur la fourchette (qui est mon propre sang), en référence à la scène durant laquelle l'attitude à table de son fils, le narrateur, ne lui convient pas et elle lui plante la fourchette dans la main; il y a l'assiette de haricots rouges "dont nous gavait économiquement notre mère", et ces fleurs, les Hortensia, symbole à la fois de vanité et d'amour, que j'ai choisi d'avoir flétries, fanées.»

Vipère au Poing, d'Hervé Bazin | Charles Roux

 

«On se souvient tous dans ce livre de l'abominable mère, "Folcoche". Elle est présente ici par plusieurs détails visuels: le sang sur la fourchette (qui est mon propre sang), en référence à la scène durant laquelle l'attitude à table de son fils, le narrateur, ne lui convient pas et elle lui plante la fourchette dans la main; il y a l'assiette de haricots rouges "dont nous gavait économiquement notre mère", et ces fleurs, les Hortensia, symbole à la fois de vanité et d'amour, que j'ai choisi d'avoir flétries, fanées.»

La Métamorphose de Franz Kafka | Charles Roux

 

«Enfin, un clin d’œil personnel à l'onomastique: un bol de bouillon, se rapportant au surnom "Brasse-Bouillon" du narrateur. Le tout dans une ambiance boisée assez sobre et mélancolique, avec des pieds de table en rondeur, qui m'évoquaient un serpent s'enroulant autour d'un bâton. Cette rondeur se répète dans les dorures abîmées du vase. C'est un exemple parmi beaucoup d'autres, mais j'ai tenu à enrober chaque scène de sa propre histoire, en veillant aux détails. C'est avant tout l'interprétation visuelle d'un lecteur, que je suis.»

La Métamorphose de Franz Kafka | Charles Roux

 

«Enfin, un clin d’œil personnel à l'onomastique: un bol de bouillon, se rapportant au surnom "Brasse-Bouillon" du narrateur. Le tout dans une ambiance boisée assez sobre et mélancolique, avec des pieds de table en rondeur, qui m'évoquaient un serpent s'enroulant autour d'un bâton. Cette rondeur se répète dans les dorures abîmées du vase. C'est un exemple parmi beaucoup d'autres, mais j'ai tenu à enrober chaque scène de sa propre histoire, en veillant aux détails. C'est avant tout l'interprétation visuelle d'un lecteur, que je suis.»

Plus de Grand Format

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte