Le Printemps de Prague par des photographes tchèques
Monde

Le Printemps de Prague par des photographes tchèques

«Le 21 août 1968, l'impensable est devenu réalité!» raconte Barbara Karpetová, directrice du Czech Center de New York créé en 1995 pour renforcer les liens culturels entre la République tchèque et les États-Unis. «C'était un choc d'une telle dimension que beaucoup n'y croyaient pas. C'est ce que l'on a appelé le Printemps de Prague: des troupes et des chars de l'Union soviétique et leurs principaux alliés du pacte de Varsovie sont entrés en Tchécoslovaquie pour mettre un terme brutal au programme de réformes libérales du pays.» L'exposition August 21, 1968 a rassemblé, jusqu'au 5 octobre 2018, vingt photographies emblématiques prises par des photographes tchèques. Pour Slate.fr, Marie Dvořáková, commissaire et directrice des programmes du Centre tchèque new-yorkais, revient sur l'histoire de cette exposition.

 

«Il y a cinquante ans, le 21 août 1968, une armée constituée de cinq États du bloc soviétique envahissait la Tchécoslovaquie, raconte Marie Dvořáková, commissaire de l'exposition et directrice des programmes du CCNY. Les forces d'occupation ont traversé la frontière tchécoslovaque peu avant minuit et toutes les grandes villes étaient occupées au matin. Nous avons décidé de commémorer cette partie triste de notre histoire avec une exposition photo. À l’origine, j’avais envisagé d’obtenir le droit de présenter les photographies célébres de l’invasion par Josef Koudelka, mais un ami m’a présenté à la photographe tchèque Dana Kyndrová. Celle-ci a rassemblé une grande collection de photos prises par différents professionnels lors de l'invasion.»
Place Venceslas, Prague | Vladimír Lammer / courtesy of Czech Center New York

«Il y a cinquante ans, le 21 août 1968, une armée constituée de cinq États du bloc soviétique envahissait la Tchécoslovaquie, raconte Marie Dvořáková, commissaire de l'exposition et directrice des programmes du CCNY. Les forces d'occupation ont traversé la frontière tchécoslovaque peu avant minuit et toutes les grandes villes étaient occupées au matin. Nous avons décidé de commémorer cette partie triste de notre histoire avec une exposition photo. À l’origine, j’avais envisagé d’obtenir le droit de présenter les photographies célébres de l’invasion par Josef Koudelka, mais un ami m’a présenté à la photographe tchèque Dana Kyndrová. Celle-ci a rassemblé une grande collection de photos prises par différents professionnels lors de l'invasion.»





«Dans le passé, Dana Kyndrová a collaboré avec la Maison de la photographie de Prague et a rassemblé des photos des événements majeurs de l’histoire tchécoslovaque. En 2008, alors qu'elle commémorait les 40 ans de l'invasion, Dana Kyndrová a utilisé ces photographies et l'exposition organisée était intitulée “Libération de 1945… Occupation de 1968 / Troupes soviétiques en Tchécoslovaquie”. L'exposition a présenté 280 photographies au total dont 180 prises en 1968.»
«Go Home», place de la Vieille-Ville, Prague | Miloň Novotný / courtesy of Czech Center New York

«Dans le passé, Dana Kyndrová a collaboré avec la Maison de la photographie de Prague et a rassemblé des photos des événements majeurs de l’histoire tchécoslovaque. En 2008, alors qu'elle commémorait les 40 ans de l'invasion, Dana Kyndrová a utilisé ces photographies et l'exposition organisée était intitulée “Libération de 1945… Occupation de 1968 / Troupes soviétiques en Tchécoslovaquie”. L'exposition a présenté 280 photographies au total dont 180 prises en 1968.»

«Je n'ai pas choisi de photographes précis, mais des photographies prises par différentes personnes. Dana Kyndrová m'a envoyé des extraits de photos de l'invasion de 1968 en basse résolution afin que je puisse sélectionner celles que je voulais. Comme le montre cette image, l'invasion des troupes soviétiques a été comparée à l'occupation allemande de la Tchécoslovaquie le 15 mars 1939.»
Prague | Jaromír Čejka / courtesy of Czech Center New York

«Je n'ai pas choisi de photographes précis, mais des photographies prises par différentes personnes. Dana Kyndrová m'a envoyé des extraits de photos de l'invasion de 1968 en basse résolution afin que je puisse sélectionner celles que je voulais. Comme le montre cette image, l'invasion des troupes soviétiques a été comparée à l'occupation allemande de la Tchécoslovaquie le 15 mars 1939.»

«Elle a également fait des suggestions sur ce qui serait le meilleur choix pour mon projet. J'ai décidé de documenter en photos seulement UN JOUR: le 21 août 1968, lorsque les troupes ont franchi les frontières de la Tchécoslovaquie. Nous avons fait imprimer les photos à Prague sous la supervision de Dana Kyndrová (toute la collection est numérisée). Je l'ai rencontrée personnellement en juillet 2018, lorsque j'ai visité Prague. Nous avons eu une très longue réunion au cours de laquelle nous avons évoqué des événements d'août 1968 et elle m'a emmenée visiter le Musée du communisme à Prague. Certaines de ces images y sont également exposées. J'ai pris les vingt copies et les ai ramenées à New York dans ma valise.»  
«Nous sommes une nation libre», statue de Saint Venceslas, Prague | Vladimír Lammer / courtesy of Czech Center New York

«Elle a également fait des suggestions sur ce qui serait le meilleur choix pour mon projet. J'ai décidé de documenter en photos seulement UN JOUR: le 21 août 1968, lorsque les troupes ont franchi les frontières de la Tchécoslovaquie. Nous avons fait imprimer les photos à Prague sous la supervision de Dana Kyndrová (toute la collection est numérisée). Je l'ai rencontrée personnellement en juillet 2018, lorsque j'ai visité Prague. Nous avons eu une très longue réunion au cours de laquelle nous avons évoqué des événements d'août 1968 et elle m'a emmenée visiter le Musée du communisme à Prague. Certaines de ces images y sont également exposées. J'ai pris les vingt copies et les ai ramenées à New York dans ma valise.»  

«Beaucoup d'auteurs de ces clichés sont des photographes tchèques professionnels bien connus. Afin d’obtenir leurs œuvres, Dana Kyndrová a approché ces photographes et leurs collègues, qu’elle connaissait au moment de l’invasion et qui avaient probablement pris des photos. Elle cherchait délibérément des images de haute qualité (avec une valeur artistique), et pas seulement une “documentation des tanks dans les rues”. Ces images faisaient partie de l’exposition organisée dans la capitale tchèque en 2008.»
Prague | Josef Hník / courtesy of Czech Center New York

«Beaucoup d'auteurs de ces clichés sont des photographes tchèques professionnels bien connus. Afin d’obtenir leurs œuvres, Dana Kyndrová a approché ces photographes et leurs collègues, qu’elle connaissait au moment de l’invasion et qui avaient probablement pris des photos. Elle cherchait délibérément des images de haute qualité (avec une valeur artistique), et pas seulement une “documentation des tanks dans les rues”. Ces images faisaient partie de l’exposition organisée dans la capitale tchèque en 2008.»

«Les moments les plus spectaculaires du 21 août se sont déroulés dans la matinée, devant le bâtiment de la radio tchécoslovaque à Prague. Les gens ont essayé d'empêcher l'occupation de la radio en utilisant leurs corps, des bus et des camions pour créer des barricades. Des voitures, des maisons et des chars ont brûlé et un tram a été démoli. Au total, vingt personnes ont été tuées ou sont décédées des suites de leurs blessures.»
Prague | Bohumil Dobrovolský / courtesy of Czech Center New York

«Les moments les plus spectaculaires du 21 août se sont déroulés dans la matinée, devant le bâtiment de la radio tchécoslovaque à Prague. Les gens ont essayé d'empêcher l'occupation de la radio en utilisant leurs corps, des bus et des camions pour créer des barricades. Des voitures, des maisons et des chars ont brûlé et un tram a été démoli. Au total, vingt personnes ont été tuées ou sont décédées des suites de leurs blessures.»

«La plupart de ces photographies n'étaient pas connues. Très peu d’entre elles ont été diffusées dans des magazines tchécoslovaques, et plutôt de façon anonyme à l’époque (par exemple, la photo d’un homme qui tenait la valise et le char soviétique qui passait par là a été publiée anonymement. C’est désormais une image très célèbre). Mais la majorité des images étaient restées cachées et demeuraient inconnues jusqu'à l'exposition à la galerie Mánes à Prague en 2008, où elles ont été dévoilées pour la première fois. Pendant toutes ces années, les photographes ont dissimulé les négatifs: ils ne pouvaient pas publier de photos de l’époque, cela aurait été dangereux pour eux.»
Prague | Libuše Kyndrová / courtesy of Czech Center New York

«La plupart de ces photographies n'étaient pas connues. Très peu d’entre elles ont été diffusées dans des magazines tchécoslovaques, et plutôt de façon anonyme à l’époque (par exemple, la photo d’un homme qui tenait la valise et le char soviétique qui passait par là a été publiée anonymement. C’est désormais une image très célèbre). Mais la majorité des images étaient restées cachées et demeuraient inconnues jusqu'à l'exposition à la galerie Mánes à Prague en 2008, où elles ont été dévoilées pour la première fois. Pendant toutes ces années, les photographes ont dissimulé les négatifs: ils ne pouvaient pas publier de photos de l’époque, cela aurait été dangereux pour eux.»

«Les images n’ont été exposées qu’en dehors de la République tchèque jusqu’à cette année. Certaines à Sofia (Bulgarie), Milan (Italie), Madrid (Espagne), et dans d’autres villes d’Europe. C'est une première aux États-Unis.»
Prague | Jiří Stivín  / courtesy of Czech Center New York

«Les images n’ont été exposées qu’en dehors de la République tchèque jusqu’à cette année. Certaines à Sofia (Bulgarie), Milan (Italie), Madrid (Espagne), et dans d’autres villes d’Europe. C'est une première aux États-Unis.»

«Dana Kyndrová m'a envoyé des collections de photos (environ 100 images) du Printemps de Prague au départ des troupes soviétiques en 1990-1991. Mais je ne m'intéressais qu'aux images prises ce jour-là, le 21 août 1968. C'est ce qui rend cette exposition spéciale et différente de celle de 2008: elle se concentre uniquement sur un “jour J”, nous présentons les faits et événements historiques qui se sont produits quasiment heure par heure, pour montrer avec quelle rapidité (dans ces vingt-quatre heures) un pays entier en Europe a pu être paralysé et coupé du reste du monde.»
Procession de citoyens tenant un drapeau tchécoslovaque couvert de sang, place Venceslas, Prague | Libuše Kyndrová / courtesy of Czech Center New York

«Dana Kyndrová m'a envoyé des collections de photos (environ 100 images) du Printemps de Prague au départ des troupes soviétiques en 1990-1991. Mais je ne m'intéressais qu'aux images prises ce jour-là, le 21 août 1968. C'est ce qui rend cette exposition spéciale et différente de celle de 2008: elle se concentre uniquement sur un “jour J”, nous présentons les faits et événements historiques qui se sont produits quasiment heure par heure, pour montrer avec quelle rapidité (dans ces vingt-quatre heures) un pays entier en Europe a pu être paralysé et coupé du reste du monde.»

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»
Grand Format

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters