«J'essaie de dépeindre la plage comme je la vois»
Société / Culture

«J'essaie de dépeindre la plage comme je la vois»

«Il y a tellement de monde que certaines personnes n'aiment pas Benidorm la première fois qu’elles viennent. Mais quelque chose se passe ensuite et la plage vous attrape. Le résultat est un jardin de parasols magnifique et coloré dont je suis tombée amoureuse.» Depuis deux ans, la photographe Bambi No Muere travaille sur cette plage espagnole qu'elle tente de donner à voir dans toute son authenticité.

«J'ai commencé à travailler sur la série Candy Beach il y a deux ans, mais j'ai passé de nombreux étés à la station balnéaire de Benidorm ces vingt dernières années. Cette plage est très spéciale pour moi.»
Bambi No Muere

«J'ai commencé à travailler sur la série Candy Beach il y a deux ans, mais j'ai passé de nombreux étés à la station balnéaire de Benidorm ces vingt dernières années. Cette plage est très spéciale pour moi.»

«Le projet s’est monté comme ça... J'aime Benidorm parce que c'est une plage vraie. C'est la meilleure plage pour la classe ouvrière espagnole, ce qui la rend très authentique. Et j'aime les gens authentiques.»
Bambi No Muere

«Le projet s’est monté comme ça... J'aime Benidorm parce que c'est une plage vraie. C'est la meilleure plage pour la classe ouvrière espagnole, ce qui la rend très authentique. Et j'aime les gens authentiques.»

«Il y a tellement de monde que certaines personnes n'aiment pas Benidorm la première fois qu’elles viennent.»
Bambi No Muere

«Il y a tellement de monde que certaines personnes n'aiment pas Benidorm la première fois qu’elles viennent.»

«Mais quelque chose se passe ensuite et la plage vous attrape. Le résultat est un jardin de parasols magnifique et coloré dont je suis tombée amoureuse.»
Bambi No Muere

«Mais quelque chose se passe ensuite et la plage vous attrape. Le résultat est un jardin de parasols magnifique et coloré dont je suis tombée amoureuse.»

«Les gens ne savent généralement pas que je les prends en photo. Je ne suis pas une étrangère, je suis une de plus sur la plage.»
Bambi No Muere

«Les gens ne savent généralement pas que je les prends en photo. Je ne suis pas une étrangère, je suis une de plus sur la plage.»

«Je fais partie de cette plage et mon appareil photo est très petit. Je ne demande jamais la permission parce que le style que j'affectionne est la photographie candide.»
Bambi No Muere

«Je fais partie de cette plage et mon appareil photo est très petit. Je ne demande jamais la permission parce que le style que j'affectionne est la photographie candide.»

«Chaque photo de Candy Beach est presque toujours la même. J'essaie de dépeindre la plage comme je la vois.»
Bambi No Muere

«Chaque photo de Candy Beach est presque toujours la même. J'essaie de dépeindre la plage comme je la vois.»

«Je cherche toujours des personnages spéciaux. J'aime aussi jouer avec les couleurs pastel et la lumière.»
Bambi No Muere

«Je cherche toujours des personnages spéciaux. J'aime aussi jouer avec les couleurs pastel et la lumière.»

«C'est vrai que j'aime la vraie beauté. C'est pourquoi beaucoup de corps qui apparaissent sur mes photos ne sont pas des corps parfaits.»
Bambi No Muere

«C'est vrai que j'aime la vraie beauté. C'est pourquoi beaucoup de corps qui apparaissent sur mes photos ne sont pas des corps parfaits.»

«Je ne m'intéresse pas à la beauté parfaite parce que je n'y vois pas d'histoire.»
Bambi No Muere

«Je ne m'intéresse pas à la beauté parfaite parce que je n'y vois pas d'histoire.»

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort
Grand Format

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»
Grand Format

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

Newsletters