Les plus belles photographies de pomme de terre
Boire & manger / Culture

Les plus belles photographies de pomme de terre

Inspiré en partie par la photographie de pomme de terre de Kevin Abosch vendue un million d'euros en 2016, le premier concours de photos de pomme de terre (Potato Photographer of the Year 2020) vient d'élire son photographe de l'année. Florilège.

«J'aime le fait que cette patate ressemble à un croisement entre un phoque et une licorne», explique le photographe britannique Martin Parr, l'un des juges de ce concours avec le photographe Paul Hill, Angela Nicholson (fondateur de She Clicks), Nigel Atherton (photographe amateur) et Benedict Brain (Brain's Foto Guides).
Potato Slug | Laure Gibault

«J'aime le fait que cette patate ressemble à un croisement entre un phoque et une licorne», explique le photographe britannique Martin Parr, l'un des juges de ce concours avec le photographe Paul Hill, Angela Nicholson (fondateur de She Clicks), Nigel Atherton (photographe amateur) et Benedict Brain (Brain's Foto Guides).

«Chaque hiver, les champs de Jersey sont labourés en prévision de la plantation de la principale culture commerciale de l'île: les pommes de terre Jersey Royals, explique Peter Hubert, l'auteur de cette image. Originaire de Jersey, je me suis efforcé à chercher à photographier certaines choses que nous tenons pour acquises mais qui font intrinsèquement et distinctement partie du tissu de la vie de Jersey, des points de référence culturels que les autres insulaires reconnaissent instantanément et comprennent instinctivement. La plantation de pommes de terre par les travailleurs migrants est une caractéristique de la communauté agricole depuis le XIXe siècle. Au fil des années, certains sont restés et de nombreuses familles ont des ancêtres arrivés sur l'île comme ouvriers agricoles saisonniers.»
Planting Jersey Royals | Peter Hubert

«Chaque hiver, les champs de Jersey sont labourés en prévision de la plantation de la principale culture commerciale de l'île: les pommes de terre Jersey Royals, explique Peter Hubert, l'auteur de cette image. Originaire de Jersey, je me suis efforcé à chercher à photographier certaines choses que nous tenons pour acquises mais qui font intrinsèquement et distinctement partie du tissu de la vie de Jersey, des points de référence culturels que les autres insulaires reconnaissent instantanément et comprennent instinctivement. La plantation de pommes de terre par les travailleurs migrants est une caractéristique de la communauté agricole depuis le XIXe siècle. Au fil des années, certains sont restés et de nombreuses familles ont des ancêtres arrivés sur l'île comme ouvriers agricoles saisonniers.»

«Ce portrait d'individus les montre ensemble mais très seuls et souligne la tâche unificatrice sans intérêt qui est elle aussi très belle... tout comme le caractère de la pomme de terre (sans intérêt dans son état premier et glorieuse dans son potentiel), explique Tova Krentzman. Ensemble, seuls, ils effectuent une tâche sans intérêt qui est l'épluchage de pommes de terre. Ces derniers mois de confinement, c'est aussi l'histoire de certaines personnes; chacune originaire d'un pays différent, avec ses propres intérêts et commentaires partageant un même espace. Dans cette représentation, elles sont unies par la pomme de terre.» Le photographe Paul Hill donne son point de vue sur la composition: «Ce tableau soigneusement arrangé est le travail qui est resté le plus longtemps dans mon esprit lorsque nous nous sommes penchés sur les excellentes contributions au concours. Le photographe a utilisé de manière créative ce qui ressemble à la lumière disponible dans une cuisine vide, et l'image reflète également efficacement le côté claustrophobe du confinement. Cela me plaît qu'il soit surréaliste et un peu dingue aussi.»
Untitled | Tova Krentzman

«Ce portrait d'individus les montre ensemble mais très seuls et souligne la tâche unificatrice sans intérêt qui est elle aussi très belle... tout comme le caractère de la pomme de terre (sans intérêt dans son état premier et glorieuse dans son potentiel), explique Tova Krentzman. Ensemble, seuls, ils effectuent une tâche sans intérêt qui est l'épluchage de pommes de terre. Ces derniers mois de confinement, c'est aussi l'histoire de certaines personnes; chacune originaire d'un pays différent, avec ses propres intérêts et commentaires partageant un même espace. Dans cette représentation, elles sont unies par la pomme de terre.» Le photographe Paul Hill donne son point de vue sur la composition: «Ce tableau soigneusement arrangé est le travail qui est resté le plus longtemps dans mon esprit lorsque nous nous sommes penchés sur les excellentes contributions au concoursLe photographe a utilisé de manière créative ce qui ressemble à la lumière disponible dans une cuisine vide, et l'image reflète également efficacement le côté claustrophobe du confinement. Cela me plaît qu'il soit surréaliste et un peu dingue aussi.»

Ces frites avec une cuillerée de mayonnaise ont été photographiées à Bruges.
Frites in Bruges | William Richardson

Ces frites avec une cuillerée de mayonnaise ont été photographiées à Bruges.

«Je mange une chips de pomme de terre ayant la forme d'un visage, confie Justin Quinnell. On la voit depuis l'intérieur. J'ai fait cette image avec un sténopé et un film 110 à base de cartouche. J'ai eu recours à deux flashs à l'extérieur pour éclairer le sujet et mes dents.»
Untitled | Justin Quinnell

«Je mange une chips de pomme de terre ayant la forme d'un visage, confie Justin Quinnell. On la voit depuis l'intérieur. J'ai fait cette image avec un sténopé et un film 110 à base de cartouche. J'ai eu recours à deux flashs à l'extérieur pour éclairer le sujet et mes dents.»

«An 2030. Le changement climatique et l'augmentation des pénuries alimentaires ont incité le gouvernement du Royaume-Uni à encourager tous les citoyens à cultiver des aliments dans leur jardin, écrit Amy D'Agorne en légende de cette image. Prise par l'hystérie de masse, la protagoniste, avec une passoire sur la tête pour se protéger de ses propres peurs erratiques de la 5G, tente de planter des pommes de terre dans son arrière-cour bordée de béton. Comme la pomme de terre est l'une des cultures vivrières les plus résistantes, elles sont peut-être sa seule chance de survie.»
2030 | Amy D'Agorne

«An 2030. Le changement climatique et l'augmentation des pénuries alimentaires ont incité le gouvernement du Royaume-Uni à encourager tous les citoyens à cultiver des aliments dans leur jardin, écrit Amy D'Agorne en légende de cette image. Prise par l'hystérie de masse, la protagoniste, avec une passoire sur la tête pour se protéger de ses propres peurs erratiques de la 5G, tente de planter des pommes de terre dans son arrière-cour bordée de béton. Comme la pomme de terre est l'une des cultures vivrières les plus résistantes, elles sont peut-être sa seule chance de survie.»

«Cette photographie représente une interprétation d'Adam et Ève. À cause du Covid-19, les humains se sont vus refuser de nombreuses tentations telles que le contact et l'intimité. Cependant, ce virus a également fourni au monde l'occasion de se “réinitialiser” et de se renouveler. La pomme de terre est un aliment de base apprécié dans le monde entier et qui incarne les principes fondamentaux de la vie. Ma photographie est centrée sur la création du premier homme et de la première femme, qui annoncent le début d'un nouveau monde en tenant une pomme de terre.»dummy
Apple of the Earth | Jodie Krause

«Cette photographie représente une interprétation d'Adam et Ève. À cause du Covid-19, les humains se sont vus refuser de nombreuses tentations telles que le contact et l'intimité. Cependant, ce virus a également fourni au monde l'occasion de se “réinitialiser” et de se renouveler. La pomme de terre est un aliment de base apprécié dans le monde entier et qui incarne les principes fondamentaux de la vie. Ma photographie est centrée sur la création du premier homme et de la première femme, qui annoncent le début d'un nouveau monde en tenant une pomme de terre.»dummy

«Cette photo ressemble à une forme de vie extraterrestre, photographiée à la surface d'une planète stérile par un robot de la NASA», s'amuse l'un des membres du jury, Nigel Atherton.
A Potato | David 'Spud' White

«Cette photo ressemble à une forme de vie extraterrestre, photographiée à la surface d'une planète stérile par un robot de la NASA», s'amuse l'un des membres du jury, Nigel Atherton.

«Enfin un rendez-vous chez le coiffeur à la fin du confinement dû au covid-19», écrit Ray Spence, le vainqueur de ce concours, dans sa légende.
End of Lockdown | Ray Spence

«Enfin un rendez-vous chez le coiffeur à la fin du confinement dû au covid-19», écrit Ray Spence, le vainqueur de ce concours, dans sa légende.

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 14 au 20 novembre 2020
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 14 au 20 novembre 2020

Cinéma ABC à Bruxelles, la nécropole du porno
Grand Format

Cinéma ABC à Bruxelles, la nécropole du porno

Newsletters