De Macron à De Gaulle, les présidents arrivant à l'Elysée

Ce dimanche 14 mai 2017, François Hollande a quitté l'Elysée pour laisser la place au nouveau président Emmanuel Macron. Retour en images sur les différentes passations de pouvoir, un protocole qui évolue peu depuis 1959 mais autour duquel les anecdotes sont nombreuses. 

François Hollande quitte l'Élysée le 13 mai 2017 | YOAN VALAT / AFP

Il a fait un discours au siège du PS: «Je vous appelle à inventer l'avenir que vous devez présenter à notre peuple. Le pays a besoin de vous et aura toujours besoin de vous.»

François Hollande quitte l'Élysée le 13 mai 2017 | YOAN VALAT / AFP

Il a fait un discours au siège du PS: «Je vous appelle à inventer l'avenir que vous devez présenter à notre peuple. Le pays a besoin de vous et aura toujours besoin de vous.»

Le président élu Emmanuel Macron avec le président Francois Hollande à l'Elysée pour la passation de pouvoir, le 14 mai 2017 | STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Le président élu Emmanuel Macron avec le président Francois Hollande à l'Elysée pour la passation de pouvoir, le 14 mai 2017 | STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Emmanuel Macron devient le 8e président de la République ce 13 mai 2017 | STEPHANE DE SAKUTIN

Emmanuel Macron a fait son premier discours à l'Élysée: «Je sais que les Françaises et Français attendent beaucoup de moi à cette heure. J’en suis pleinement conscient. Rien ne sera concédé à la facilité. J’aurai dans le même temps la volonté constante de concilier et rassembler tous les Français. Dans ces instants où tout peut basculer, le peuple français a toujours su trouver l’esprit de concorde. C’est pour cette mission, qu’humblement, je servirai notre peuple. Je sais pouvoir compter sur tous nos concitoyens. Dès ce soir, je serai au travail.»

Emmanuel Macron devient le 8e président de la République ce 13 mai 2017 | STEPHANE DE SAKUTIN

Emmanuel Macron a fait son premier discours à l'Élysée: «Je sais que les Françaises et Français attendent beaucoup de moi à cette heure. J’en suis pleinement conscient. Rien ne sera concédé à la facilité. J’aurai dans le même temps la volonté constante de concilier et rassembler tous les Français. Dans ces instants où tout peut basculer, le peuple français a toujours su trouver l’esprit de concorde. C’est pour cette mission, qu’humblement, je servirai notre peuple. Je sais pouvoir compter sur tous nos concitoyens. Dès ce soir, je serai au travail.»

Le Président Nicolas Sarkozy (à gauche), accueille son successeur François Hollande à son arrivée à l'Elysée pour sa cérémonie d'investiture le 15 mai 2012. Un tapis rouge de soixante mètres est déployé dans la cour d'honneur du palais. | Philippe Wojazer / AFP 

Le Président Nicolas Sarkozy (à gauche), accueille son successeur François Hollande à son arrivée à l'Elysée pour sa cérémonie d'investiture le 15 mai 2012. Un tapis rouge de soixante mètres est déployé dans la cour d'honneur du palais. | Philippe Wojazer / AFP 

La passation de pouvoir se fait toujours de la même façon. Le nouveau président entre par le porche officiel et passe en revue un détachement de la garde républicaine en tenue d'apparat. Il monte ensuite les marches en compagnie de son épouse ou de sa compagne. Valerie Trierweiler (à gauche) et François Hollande sont acceuillis par Nicolas Sarkozy et son épouse Carla Bruni-Sarkozy (à droite). Paris, le 15 mai 2017. | Eric Feferberg / AFP

La passation de pouvoir se fait toujours de la même façon. Le nouveau président entre par le porche officiel et passe en revue un détachement de la garde républicaine en tenue d'apparat. Il monte ensuite les marches en compagnie de son épouse ou de sa compagne. Valerie Trierweiler (à gauche) et François Hollande sont acceuillis par Nicolas Sarkozy et son épouse Carla Bruni-Sarkozy (à droite). Paris, le 15 mai 2017. | Eric Feferberg / AFP

La passation de pouvoirs s'effectue ensuite dans le bureau du président. Le président sortant quitte ensuite l'Elysée en compagnie de sa compagne et de son épouse. Ici, Nicolas Sarkozy et sa femme Carla Bruni-Sarkozy. Le 15 mai 2012, François Hollande décide de ne pas raccompagner son prédecesseur à sa voiture, avant de regretter son geste. | Patrick Kovarik / AFP 

La passation de pouvoirs s'effectue ensuite dans le bureau du président. Le président sortant quitte ensuite l'Elysée en compagnie de sa compagne et de son épouse. Ici, Nicolas Sarkozy et sa femme Carla Bruni-Sarkozy. Le 15 mai 2012, François Hollande décide de ne pas raccompagner son prédecesseur à sa voiture, avant de regretter son geste. | Patrick Kovarik / AFP 

Le Président Jacques Chirac (à droite) escorte son successeur Nicolas Sarkozy en quittant l'Elysée le 16 mai 2007 | Jacques Demarthon / AFP

Le Président Jacques Chirac (à droite) escorte son successeur Nicolas Sarkozy en quittant l'Elysée le 16 mai 2007 | Jacques Demarthon / AFP

Nicolas Sarkozy, alors âgé de 52 ans, a été élu le 6 mai en battant la socialiste Ségolène Royal au second tour de l'élection présidentielle. Sur cette image, Jacques Chirac, 74 ans, fait un signe de la main en quittant l'Elysée le 16 mai 2007, après 12 ans de présidence. | Eric Feferberg / AFP

Nicolas Sarkozy, alors âgé de 52 ans, a été élu le 6 mai en battant la socialiste Ségolène Royal au second tour de l'élection présidentielle. Sur cette image, Jacques Chirac, 74 ans, fait un signe de la main en quittant l'Elysée le 16 mai 2007, après 12 ans de présidence. | Eric Feferberg / AFP

Le nouveau Président de la République, Jacques Chirac, regarde partir son prédécesseur François Mitterrand, affaibli par la maladie, le 17 mai 1995. Mitterrand avait alors insisté pour passer son dernier déjeuner à l'Elysée avec Jean d'Ormesson avant de demander à Jacques Chirac de prendre soin des petits colverts du parc du palais. | Vincent Amalvy / AFP

Le nouveau Président de la République, Jacques Chirac, regarde partir son prédécesseur François Mitterrand, affaibli par la maladie, le 17 mai 1995. Mitterrand avait alors insisté pour passer son dernier déjeuner à l'Elysée avec Jean d'Ormesson avant de demander à Jacques Chirac de prendre soin des petits colverts du parc du palais. | Vincent Amalvy / AFP

L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing (à gauche) s'apprête à serrer la main du nouveau président François Mitterrand avant de quitter définitivement l'Elysée, le 21 mai 1981. Dans Le pouvoir et la vie, Valéry Giscard d'Estaing évoque des échanges «aimables et insignifiants» entre les deux hommes. | STF / AFP

L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing (à gauche) s'apprête à serrer la main du nouveau président François Mitterrand avant de quitter définitivement l'Elysée, le 21 mai 1981. Dans Le pouvoir et la vieValéry Giscard d'Estaing évoque des échanges «aimables et insignifiants» entre les deux hommes. | STF / AFP

Le nouveau président François Mitterrand (à droite) demande aux journalistes de se tenir un peu à l'écart alors qu'il raccompagne son prédécesseur Valéry Giscard d'Estaing (à gauche) dans la cour de l'Elysée, le 21 mai 1981. Au cours de la passation, Valéry Giscard d'Estaing a remis à François Mitterrand les codes de l'arme nucléaire. Mitterrand l'a glissé dans sa poche avant de l'oublier dans le costume qui finira chez le teinturier. | STF / AFP

Le nouveau président François Mitterrand (à droite) demande aux journalistes de se tenir un peu à l'écart alors qu'il raccompagne son prédécesseur Valéry Giscard d'Estaing (à gauche) dans la cour de l'Elysée, le 21 mai 1981. Au cours de la passation, Valéry Giscard d'Estaing a remis à François Mitterrand les codes de l'arme nucléaire. Mitterrand l'a glissé dans sa poche avant de l'oublier dans le costume qui finira chez le teinturier. | STF / AFP

Valéry Giscard d'Estaing, nouveau président de la République, pose sur le perron de l'Elysée, le 27 mai 1974, le jour de son investiture. Pour souligner sa modernité, le nouveau président a préféré garer sa voiture devant Marigny pour rejoindre le palais à pieds. | AFP

Valéry Giscard d'Estaing, nouveau président de la République, pose sur le perron de l'Elysée, le 27 mai 1974, le jour de son investiture. Pour souligner sa modernité, le nouveau président a préféré garer sa voiture devant Marigny pour rejoindre le palais à pieds. | AFP

Alain Poher (à droite), Président temporaire à la suite à la démission du Général de Gaulle le 28 Avril 1969, accueille le nouveau président élu, Georges Pompidou (au centre) lors de sa cérémonie d'investiture le 20 juin 1969 à l'Elysée. Georges Pompidou est suivi par son Premier ministre Maurice Couve de Murville (à gauche). | AFP PHOTO

Alain Poher (à droite), Président temporaire à la suite à la démission du Général de Gaulle le 28 Avril 1969, accueille le nouveau président élu, Georges Pompidou (au centre) lors de sa cérémonie d'investiture le 20 juin 1969 à l'Elysée. Georges Pompidou est suivi par son Premier ministre Maurice Couve de Murville (à gauche). | AFP PHOTO

Le président élu Charles de Gaulle suivi du président sortant René Coty saluent les drapeaux des anciens combattants le 8 janvier 1959 après avoir ranimé la flamme et signé le livre d'or à l'Arc de Triomphe à Paris pour les cérémonies de passation des pouvoirs de la présidence de la République. | AFP

Le président élu Charles de Gaulle suivi du président sortant René Coty saluent les drapeaux des anciens combattants le 8 janvier 1959 après avoir ranimé la flamme et signé le livre d'or à l'Arc de Triomphe à Paris pour les cérémonies de passation des pouvoirs de la présidence de la République. | AFP

Il est le premier président de la Vème République. | AFP 

Il est le premier président de la Vème République. | AFP 

Plus de Grand Format

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte