Cette semaine où Paris a eu les yeux rivés sur la Seine
France

Cette semaine où Paris a eu les yeux rivés sur la Seine

Fluctuat nec mergitur, soit «il est battu par les flots mais ne sombre pas». La locution latine évoquant un bateau, devise de Paris venue de la corporation des Nautes, une confrérie d’armateurs marins de l’Antiquité, a pris tout son sens pendant la semaine du 30 mai 2016. Déjà, à l’époque de Lutèce, où la Seine représentait un enjeu essentiel pour le commerce de la ville, les premiers «Parisiens» ne voulaient pas voir leur cité sombrer sous les caprices de la météo et l’appétit du fleuve. Une nouvelle fois, Paris a résisté aux intempéries et semble hors de danger. Mais, par endroits, la capitale française a revêtu ses habits d’Atlantide et laissé la Seine grignoter son environnement urbain. 

La statue du zouave sous le pont de l'Alma (VIIe-VIIe arrondissement) a de l'eau au-dessus des genoux le 4 juin 2016. Baromètre des crues à Paris, le zouave connaît le samedi 4 juin le niveau d'eau le plus haut depuis trente ans avec un pic à 6,10 mètres. En temps normal, la Seine atteint difficilement ses pieds | DOMINIQUE FAGET/AFP

La statue du zouave sous le pont de l'Alma (VIIe-VIIe arrondissement) a de l'eau au-dessus des genoux le 4 juin 2016. Baromètre des crues à Paris, le zouave connaît le samedi 4 juin le niveau d'eau le plus haut depuis trente ans avec un pic à 6,10 mètres. En temps normal, la Seine atteint difficilement ses pieds | DOMINIQUE FAGET/AFP

Au square du Vert-Galant, sur l'île de la Cité (Ier arrondissement), les flots ont remplacé les badauds ce samedi 4 juin. Construit à seulement quelques mètres au-dessus du niveau normal de la Seine, le voilà totalement submergé. On n'y distingue même plus l'entrée ni les parterres de fleurs | Guilhem Vellut via Flickr CC 2.0 http://bit.ly/1dsePQq

Au square du Vert-Galant, sur l'île de la Cité (Ier arrondissement), les flots ont remplacé les badauds ce samedi 4 juin. Construit à seulement quelques mètres au-dessus du niveau normal de la Seine, le voilà totalement submergé. On n'y distingue même plus l'entrée ni les parterres de fleurs | Guilhem Vellut via Flickr CC 2.0 http://bit.ly/1dsePQq

Un métro de la ligne 5 traverse le viaduc d'Austerlitz le 4 juin 2016. Le niveau de la Seine a considérablement réduit le tirant d'air sous la structure, rendant impossible la navigation des péniches et autres navires de plaisance | DOMINIQUE FAGET/AFP

Un métro de la ligne 5 traverse le viaduc d'Austerlitz le 4 juin 2016. Le niveau de la Seine a considérablement réduit le tirant d'air sous la structure, rendant impossible la navigation des péniches et autres navires de plaisance | DOMINIQUE FAGET/AFP

La terrasse du restaurant L'Asile, sur le quai d'Austerlitz (XIIIe arrondissement), est inaccessible le 4 juin 2016. La crue de la Seine a obligé ses gérants à fermer l'établissement le temps que le niveau du fleuve baisse | DOMINIQUE FAGET/AFP

La terrasse du restaurant L'Asile, sur le quai d'Austerlitz (XIIIe arrondissement), est inaccessible le 4 juin 2016. La crue de la Seine a obligé ses gérants à fermer l'établissement le temps que le niveau du fleuve baisse | DOMINIQUE FAGET/AFP

Les quais près du pont de Bir-Hakeim (XVe-XVIe arrondissement) sont fermés à la circulation le 2 juin 2016. La signalisation réservée aux voitures semble ce jour-là destinée aux embarcations sur le fleuve | GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

Les quais près du pont de Bir-Hakeim (XVe-XVIe arrondissement) sont fermés à la circulation le 2 juin 2016. La signalisation réservée aux voitures semble ce jour-là destinée aux embarcations sur le fleuve | GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

Un homme s'avance sur un quai inondé pour prendre un cliché de la Tour Eiffel (VIIe arrondissement) le 2 juin 2016 | GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

Un homme s'avance sur un quai inondé pour prendre un cliché de la Tour Eiffel (VIIe arrondissement) le 2 juin 2016 | GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

Le port de l'Arsenal (XIXe arrondissement), principal port de plaisance de la capitale, prend l'eau le 5 juin 2016. Un trike, ignorant la crue, y a même été abandonné | P.Guayacan via Flickr CC 2.0 http://bit.ly/1dsePQq

Le port de l'Arsenal (XIXe arrondissement), principal port de plaisance de la capitale, prend l'eau le 5 juin 2016. Un trike, ignorant la crue, y a même été abandonné | P.Guayacan via Flickr CC 2.0 http://bit.ly/1dsePQq

Des canards profitent d'un quai inondé pour l'investir le 5 juin 2016. Grande gagnante de la crue, la faune fluviale a pu explorer des zones interdites en temps normal. On a retrouvé des canards pataugeant dans des squares aménagés pour les enfants et même des poissons nageant entre les voitures | JOEL SAGET/AFP 

Des canards profitent d'un quai inondé pour l'investir le 5 juin 2016. Grande gagnante de la crue, la faune fluviale a pu explorer des zones interdites en temps normal. On a retrouvé des canards pataugeant dans des squares aménagés pour les enfants et même des poissons nageant entre les voitures | JOEL SAGET/AFP 

Un homme assis sur la fine partie émergée d'un quai près de la cathédrale Notre-Dame de Paris (IVe arrondissement) le 5 juin 2016 | JOEL SAGET/AFP 

Un homme assis sur la fine partie émergée d'un quai près de la cathédrale Notre-Dame de Paris (IVe arrondissement) le 5 juin 2016 | JOEL SAGET/AFP 

La statue de la liberté cernée par les eaux sur l'île aux cygnes (XVe arrondissement) le 3 juin 2016 | JOEL SAGET/AFP

La statue de la liberté cernée par les eaux sur l'île aux cygnes (XVe arrondissement) le 3 juin 2016 | JOEL SAGET/AFP

L'artiste français David Manuel Garcia peint Notre-Dame de Paris inondée et entourée de canards le 5 juin 2016 | JOEL SAGET/AFP 

L'artiste français David Manuel Garcia peint Notre-Dame de Paris inondée et entourée de canards le 5 juin 2016 | JOEL SAGET/AFP 

Le Luberon de Willy Ronis
Grand Format

Le Luberon de Willy Ronis

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters