Mossoul en fuite

Il est toujours impossible de savoir comment se terminera la bataille de Mossoul, le plus redoutable semble encore à venir. Alors que la bataille pour reprendre la vieille ville aux mains des combattants de l'Etat Islamique est imminente, les civils toujours pris au piège paient un lourd tribut. Dans cet affrontement destructeur, entre 2.500 et 4.000 civils, selon diverses sources humanitaires, ont déjà été tués en cinq mois. Les Nations Unies s'inquiètent du grand nombre de blessés par les frappes. Plus de 50.000 Irakiens ont fui la ville pour tenter de rester en vie.

Le 13 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Des membres des forces irakiennes avancent dans la vieille ville de Mossoul pour reprendre le quartier des mains des combattants de l'Etat islamique.

Le 13 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Des membres des forces irakiennes avancent dans la vieille ville de Mossoul pour reprendre le quartier des mains des combattants de l'Etat islamique.

Le 13 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

On estime qu'il reste environ 2.000 djihadistes dans Mossoul. L'Etat islamique a eu recourt à un nombre incalculable de voitures-kamikazes qui ont ralenti la progression de l'armée irakienne. Les forces de sécurités irakiennes sont quant à elles soutenues par la coalition internationale combattant l’organisation Etat islamique (EI) qui leur apporte un soutien aérien.

Le 13 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

On estime qu'il reste environ 2.000 djihadistes dans Mossoul. L'Etat islamique a eu recourt à un nombre incalculable de voitures-kamikazes qui ont ralenti la progression de l'armée irakienne. Les forces de sécurités irakiennes sont quant à elles soutenues par la coalition internationale combattant l’organisation Etat islamique (EI) qui leur apporte un soutien aérien.

Le 18 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Un membre des forces de sécurité irakienne joue avec une balle dans un quartier de l'ouest de la ville de Mossoul. Le 19 février, l'Irak a débuté une vaste opération pour reprendre cette partie de la ville.

Le 18 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Un membre des forces de sécurité irakienne joue avec une balle dans un quartier de l'ouest de la ville de Mossoul. Le 19 février, l'Irak a débuté une vaste opération pour reprendre cette partie de la ville.

Le 13 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Les combattants de l’EI s'apprètent à livrer à leur combat le plus décisif depuis la proclamation de leur califat, en 2014. Il aura fallu cinq mois à l'armée irakienne pour réussir à les encercler.

Le 13 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Les combattants de l’EI s'apprètent à livrer à leur combat le plus décisif depuis la proclamation de leur califat, en 2014. Il aura fallu cinq mois à l'armée irakienne pour réussir à les encercler.

Le 22 mars 2017 | AHMAD AL-RUBAYE / AFP

 

Les civils irakiens payent un lourd tribut. Sur cette image, un jeune homme se trouve en état de choc à côté de taches de sang après qu'un mortier a été lancé par l'Etat islamique sur le quartier d'Al-Risala.

Le 22 mars 2017 | AHMAD AL-RUBAYE / AFP

 

Les civils irakiens payent un lourd tribut. Sur cette image, un jeune homme se trouve en état de choc à côté de taches de sang après qu'un mortier a été lancé par l'Etat islamique sur le quartier d'Al-Risala.

Le 17 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Un homme pleure la mort d'un civil tué dans un bombardement aérien qui ciblait l'Etat islamique dans l'est de Mossoul. Les corps sont placés sur des charettes, sous des couvertures.

Le 17 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Un homme pleure la mort d'un civil tué dans un bombardement aérien qui ciblait l'Etat islamique dans l'est de Mossoul. Les corps sont placés sur des charettes, sous des couvertures.

Le 8 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Dans cette bataille destructrice, entre 2.500 et 4.000 civils, selon diverses sources humanitaires, ont été tués à Mossoul en cinq mois.

Le 8 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Dans cette bataille destructrice, entre 2.500 et 4.000 civils, selon diverses sources humanitaires, ont été tués à Mossoul en cinq mois.

Le 16 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Les bléssés se comptent aussi par milliers et près d'un demi-million de personnes vivraient encore dans les quartiers tenus par les djihadistes. La majeure partie des 750.000 habitants est encore sur place, où ces civils manquent de nourriture et de soins.

Le 16 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Les bléssés se comptent aussi par milliers et près d'un demi-million de personnes vivraient encore dans les quartiers tenus par les djihadistes. La majeure partie des 750.000 habitants est encore sur place, où ces civils manquent de nourriture et de soins.

Le 27 mars 2017 | AHMAD GHARABLI / AFP

 

Selon l’Organisation internationale pour les migrations, les combats dans l’ouest de la ville ont entraîné le déplacement de plus de 50.000 personnes. Les hommes de cette image sont emmenés dans le camp de Hammam al-Alil, dans le sud de Mossoul.

Le 27 mars 2017 | AHMAD GHARABLI / AFP

 

Selon l’Organisation internationale pour les migrations, les combats dans l’ouest de la ville ont entraîné le déplacement de plus de 50.000 personnes. Les hommes de cette image sont emmenés dans le camp de Hammam al-Alil, dans le sud de Mossoul.

Le 24 mars 2017 | AHMAD AL-RUBAYE / AFP

 

Mossoul compte cinq ponts sur le fleuve Tigre, qui traverse la ville et relient l’est à ouest. Or, tous ont été endommagés par les bombardements de la coalition ou par le sabotage des djihadistes.

Le 24 mars 2017 | AHMAD AL-RUBAYE / AFP

 

Mossoul compte cinq ponts sur le fleuve Tigre, qui traverse la ville et relient l’est à ouest. Or, tous ont été endommagés par les bombardements de la coalition ou par le sabotage des djihadistes.

Le 3 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Médecins sans frontières (MSF) redoute une catastrophe médicale à Mossoul ouest car la capacité de prise en charge des blessés est saturée.

Le 3 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Médecins sans frontières (MSF) redoute une catastrophe médicale à Mossoul ouest car la capacité de prise en charge des blessés est saturée.

Le 16 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Au cours des deux derniers mois, MSF a reçu plus de 1.800 patients nécessitant des soins vitaux, dont 1.500 pour des blessures liées au conflit, précise un article du Monde.

Le 16 mars 2017 | ARIS MESSINIS / AFP

 

Au cours des deux derniers mois, MSF a reçu plus de 1.800 patients nécessitant des soins vitaux, dont 1.500 pour des blessures liées au conflit, précise un article du Monde.

Plus de Grand Format

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte