Etre musulman en Italie
Monde

Etre musulman en Italie

En Italie, il n'existe que deux mosquées officielles. Les musulmans, près d'1,4 million de personnes, doivent improviser pour trouver des lieux dans lesquels ils auront le droit d'exercer leur foi. Dans un projet qui mêle le détail et la pratique, le photographe Nicolò Degiorgis insiste sur la nature diasporique de cette communauté tout en dressant un tableau complexe de la société italienne. Une vision laïque de la précarité et du rejet de toute une communauté. La première édition de Hidden Islam, son livre autofinancé, a été publié en mars 2014.


	Un entrepôt utilisé comme lieu de culte improvisé le premier jour de Ramadan, dans la province de Vérone | «Avant de documenter l'islam en Italie, je travaillais sur la communauté ouïghour dans le nord-est de la Chine», explique le photographe.
Nicoló Degiorgis

Un entrepôt utilisé comme lieu de culte improvisé le premier jour de Ramadan, dans la province de Vérone | «Avant de documenter l'islam en Italie, je travaillais sur la communauté ouïghour dans le nord-est de la Chine», explique le photographe.


	Un garage utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Trévise | «Grâce à ce projet, j'ai gagné la bourse de Fabrica, le centre de recherche en communication de Benetton, ce qui m'a permis de commencer à travailler sur l'islam en Europe, et plus précisément en Italie.»
Nicoló Degiorgis

Un garage utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Trévise | «Grâce à ce projet, j'ai gagné la bourse de Fabrica, le centre de recherche en communication de Benetton, ce qui m'a permis de commencer à travailler sur l'islam en Europe, et plus précisément en Italie.»


	Un parking utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Trévise | «Dans ce pays, le droit de culte, sans discrimination, est incrit dans la constitution. Pourtant [...] l'islam n'est toujours pas officiellement reconnu par l'Etat.»
Nicoló Degiorgis

Un parking utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Trévise | «Dans ce pays, le droit de culte, sans discrimination, est incrit dans la constitution. Pourtant [...] l'islam n'est toujours pas officiellement reconnu par l'Etat.»


	Un parking utilisé comme lieu de culte improvisé, lors de la prière du Maghrib, dans la province de Trévise | Nicolò Degiorgis a travaillé dans le nord-est de l'Italie où la Ligue du Nord fait campagne contre l'islam.
Nicoló Degiorgis

Un parking utilisé comme lieu de culte improvisé, lors de la prière du Maghrib, dans la province de Trévise | Nicolò Degiorgis a travaillé dans le nord-est de l'Italie où la Ligue du Nord fait campagne contre l'islam.


	Un vieux supermarché utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Trévise | Pendant des années, la communauté musulmane de la province de Trévise, par exemple, a été interdite de prier à l'intérieur des bâtiments qu'elle possède.
Nicoló Degiorgis

Un vieux supermarché utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Trévise | Pendant des années, la communauté musulmane de la province de Trévise, par exemple, a été interdite de prier à l'intérieur des bâtiments qu'elle possède.


	Un supermarché utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province d'Udine | La démarche photographique de l'auteur est profondément artistique et non journalistique. Pourtant, faire comprendre qu'il n'appartenait pas à cette dernière catégorie a été difficile. «Ils [les journalistes] ne sont pas bien vus car leurs articles et leurs reportages finissent souvent par déclencher des plaintes, des discussions et des disputes..
Nicoló Degiorgis

Un supermarché utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province d'Udine | La démarche photographique de l'auteur est profondément artistique et non journalistique. Pourtant, faire comprendre qu'il n'appartenait pas à cette dernière catégorie a été difficile. «Ils [les journalistes] ne sont pas bien vus car leurs articles et leurs reportages finissent souvent par déclencher des plaintes, des discussions et des disputes..


	Un gymnase loué par la communauté pendant la mois de Ramadan, dans la province de Trente | Il aura fallu des mois à Nicoló Degiorgis pour se faire accepter et gagner la confiance de la communauté musulmane.
Nicoló Degiorgis

Un gymnase loué par la communauté pendant la mois de Ramadan, dans la province de Trente | Il aura fallu des mois à Nicoló Degiorgis pour se faire accepter et gagner la confiance de la communauté musulmane.


	Un vieux supermarché utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Trente | «Mais depuis le début, explique-t-il, mon but est d'essayer de donner le meilleur aperçu de l'islam dans ce pays.»
Nicoló Degiorgis

Un vieux supermarché utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Trente «Mais depuis le début, explique-t-il, mon but est d'essayer de donner le meilleur aperçu de l'islam dans ce pays.»


	Un vieux supermarché utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Trente | «Le livre tente de montrer un sentiment d'islamophobie répandu en Italie, mais aussi dans de nombreux pays occidentaux.»
Nicoló Degiorgis

Un vieux supermarché utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Trente «Le livre tente de montrer un sentiment d'islamophobie répandu en Italie, mais aussi dans de nombreux pays occidentaux.»


	Un entrepôt utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Trévise | Pour développer son projet, Nicoló Degiorgis a notamment bénéficié du soutien du photographe britannique Martin Parr.
Nicoló Degiorgis

Un entrepôt utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Trévise | Pour développer son projet, Nicoló Degiorgis a notamment bénéficié du soutien du photographe britannique Martin Parr.


	Un entrepôt utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Venise | «Martin Parr a été essentiel car il m'a fait comprendre l'importance de mener à bien ce projet. Il m'a aidé chaque fois que j'étais dans une impasse et il m'a poussé et conseillé une à deux fois par an pour éditer mon travail.»
Nicoló Degiorgis

Un entrepôt utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Venise | «Martin Parr a été essentiel car il m'a fait comprendre l'importance de mener à bien ce projet. Il m'a aidé chaque fois que j'étais dans une impasse et il m'a poussé et conseillé une à deux fois par an pour éditer mon travail.»


	Un entrepôt utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Venise | Nicoló Degiorgis a reçu le prix du livre d'auteur 2014 aux Rencontres d'Arles.
Nicoló Degiorgis

Un entrepôt utilisé comme lieu de culte improvisé, dans la province de Venise | Nicoló Degiorgis a reçu le prix du livre d'auteur 2014 aux Rencontres d'Arles.

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters