Noces rebelles
Monde

Noces rebelles

Les guerres transforment parfois profondément les traditions matrimoniales. Comme les situations de fortes tensions politiques, elles rendent également dangereuses les célébrations publiques. Dans tous ces pays, pourtant, les couples continuent de se marier. Dix images nous plongent dans ces fêtes qui contrastent avec le chaos environnant.


	Une mariée couverte d'un voile aux couleurs kurdes s'apprête à monter dans sa voiture à proximité de véhicules blindés, à Yüksekova, dans la province d'Hakkari dominée par les Kurdes (sud est de la Turquie), le 6 septembre 2015. | Dans cette région, les militants du PKK et les forces de l'ordre s'affrontent presque quotidiennement depuis juillet.
Huseyin Aldemir/Reuters

Une mariée couverte d'un voile aux couleurs kurdes s'apprête à monter dans sa voiture à proximité de véhicules blindés, à Yüksekova, dans la province d'Hakkari dominée par les Kurdes (sud est de la Turquie), le 6 septembre 2015. | Dans cette région, les militants du PKK et les forces de l'ordre s'affrontent presque quotidiennement depuis juillet.


	Youssef (au centre), combattant de l'Armée syrienne libre, et sa femme lors de leur cérémonie de mariage avec d'autres combattants, à Alep (Syrie), le 17 janvier 2013. | La guerre civile syrienne dure depuis 2011.
Muzaffar Salman/Reuters

Youssef (au centre), combattant de l'Armée syrienne libre, et sa femme lors de leur cérémonie de mariage avec d'autres combattants, à Alep (Syrie), le 17 janvier 2013. | La guerre civile syrienne dure depuis 2011.


	Un couple de mariés visite la place de l'indépendance où se rassemblent les manifestants, à Kiev (Ukraine), le 21 décembre 2013. | Un mois plus tôt, des manifestations débutaient à la suite de la décision du gouvernement ukrainien de ne pas signer un accord d'association avec l'Union europénne.
Gleb Garanich/Reuters

Un couple de mariés visite la place de l'indépendance où se rassemblent les manifestants, à Kiev (Ukraine), le 21 décembre 2013. | Un mois plus tôt, des manifestations débutaient à la suite de la décision du gouvernement ukrainien de ne pas signer un accord d'association avec l'Union europénne.


	Un officier du régime de Bachar al-Assad prend sa femme en photo lors de leur cérémonie à l'hôtel Dama Rose de Damas (Syrie), le 29 avril 2014. | «Malgré la guerre civile toujours en cours en Syrie, Damas, la capitale, peut parfois paraître insensible à l'effusion de sang qui fait rage dans certaines parties du pays et les banlieues de cette ville, d'où d'intenses bombardements peuvent être entendus presque tous les jours. Le week-end, des mariages fastueux se déroulent dans des hôtels du centre-ville, où la haute société se réunit pour des réceptions somptueuses organisées par les familles aisées», racontait sur Slate le photographe Andrew McConnell.
Omar Sanadiki/Reuters

Un officier du régime de Bachar al-Assad prend sa femme en photo lors de leur cérémonie à l'hôtel Dama Rose de Damas (Syrie), le 29 avril 2014. | «Malgré la guerre civile toujours en cours en Syrie, Damas, la capitale, peut parfois paraître insensible à l'effusion de sang qui fait rage dans certaines parties du pays et les banlieues de cette ville, d'où d'intenses bombardements peuvent être entendus presque tous les jours. Le week-end, des mariages fastueux se déroulent dans des hôtels du centre-ville, où la haute société se réunit pour des réceptions somptueuses organisées par les familles aisées», racontait sur Slate le photographe Andrew McConnell.


	Des proches se rassemblent autour d'une mariée, dans une école des Nations-Unis qui accueille les Palestiniens dont la maison a été détruite lors de la guerre de Gaza de 2014, à Rafah (sud de la bande de Gaza), le 17 août 2014. | L'offensive israélienne, lancée le 8 juillet 2014 a fait plus de 2100 morts palestiniens et 68 israéliens. 
Ibraheem Abu Mustafa/Reuters

Des proches se rassemblent autour d'une mariée, dans une école des Nations-Unis qui accueille les Palestiniens dont la maison a été détruite lors de la guerre de Gaza de 2014, à Rafah (sud de la bande de Gaza), le 17 août 2014. | L'offensive israélienne, lancée le 8 juillet 2014 a fait plus de 2100 morts palestiniens et 68 israéliens. 


	Un couple pose devant des barricades situées à l'extrérieur d'un batiment gouvernemental occupé par des combattants pro-Russes à Kramatorsk (est de l'Ukraine), le 22 avril 2014.
Baz Ratner/Reuters

Un couple pose devant des barricades situées à l'extrérieur d'un batiment gouvernemental occupé par des combattants pro-Russes à Kramatorsk (est de l'Ukraine), le 22 avril 2014.


	La mariée, Maral Malka, juive, se réunit avec ses amis et sa famille avant son mariage avec Mahmoud Mansour, musulman, à Jaffa, au sud de Tel Aviv (Israël), le 17 août 2014. | Quelques jours plus tôt la police israélienne avait dû retenir plus de 200 manifestants d'extrême droite qui criaient «mort aux arabes» lors du mariage d'une juive avec un musulman.
Ammar Awad/Reuters

La mariée, Maral Malka, juive, se réunit avec ses amis et sa famille avant son mariage avec Mahmoud Mansour, musulman, à Jaffa, au sud de Tel Aviv (Israël), le 17 août 2014. | Quelques jours plus tôt la police israélienne avait dû retenir plus de 200 manifestants d'extrême droite qui criaient «mort aux arabes» lors du mariage d'une juive avec un musulman.


	Mohammed Harith Youssif, chitte, et Reem Ahmed, sunnite, lors de leur mariage dans une école de Bagdad (Irak), le 1er septembre 2015. | Ils ont fui les violences provoquées par l'arrivée des combattants de l'Etat islamique à Mossoul.
Thaier Al-Sudani/Reuters

Mohammed Harith Youssif, chitte, et Reem Ahmed, sunnite, lors de leur mariage dans une école de Bagdad (Irak), le 1er septembre 2015. | Ils ont fui les violences provoquées par l'arrivée des combattants de l'Etat islamique à Mossoul.


	Des réfugiés syriens célèbrent un mariage dans le camp de Zaatari en Jordanie, le 9 septembre 2012. | «Les mariages donnent aux résidents [du camp de réfugiés] une chance d'echapper à la sombre monotonie des jours qui passent», racontait récemment une journaliste de The Atlantic.
Muhammad Hamed/Reuters

Des réfugiés syriens célèbrent un mariage dans le camp de Zaatari en Jordanie, le 9 septembre 2012. | «Les mariages donnent aux résidents [du camp de réfugiés] une chance d'echapper à la sombre monotonie des jours qui passent», racontait récemment une journaliste de The Atlantic.


	Un couple nouvellement marié se joint aux manifestants de la place Taksim à Istanbul (Turquie), le 8 juin 2013. | Les manifestants s'opposaient à un projet d'urbanisation qui avait pour conséquence de détruire le parc Gezi. Ils avaient été délogés avec violence par les forces de l'ordre qui ont provoqué presque un millier de blessés. 
Stoyan Nenov/Reuters

Un couple nouvellement marié se joint aux manifestants de la place Taksim à Istanbul (Turquie), le 8 juin 2013. | Les manifestants s'opposaient à un projet d'urbanisation qui avait pour conséquence de détruire le parc Gezi. Ils avaient été délogés avec violence par les forces de l'ordre qui ont provoqué presque un millier de blessés

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Le Luberon de Willy Ronis
Grand Format

Le Luberon de Willy Ronis

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters