Taille fine et formes généreuses, les mannequins awoulaba de Côte d'Ivoire
Monde / Culture

Taille fine et formes généreuses, les mannequins awoulaba de Côte d'Ivoire

À Abidjan, en Côte d'Ivoire, les mannequins blancs aux formes généreuses se sont multipliés ces dernières années. «Ils servent à vendre aux femmes noires des vêtements traditionnels, j'ai donc voulu en savoir plus», raconte la photographe Joana Choumali. Sa série «Awoulaba» questionne les notions de beauté et de perfection du corps. Elle est exposée au festival Émoi photographique, qui se tient à Angoulême jusqu'au 29 avril 2018.

«Mon travail “Awoulaba / Taille fine” est né du fait que dans ma ville, Abidjan, de plus en plus de mannequins à la peau claire et aux formes généreuses sont exposés dans les vitrines, comme le montre cette image. Ils servent à vendre aux femmes noires des vêtements traditionnels.»

Marché Adjamé, Fashion | Joana Choumali

«Mon travail “Awoulaba / Taille fine” est né du fait que dans ma ville, Abidjan, de plus en plus de mannequins à la peau claire et aux formes généreuses sont exposés dans les vitrines, comme le montre cette image. Ils servent à vendre aux femmes noires des vêtements traditionnels.»

«J'ai travaillé sur ce projet pendant deux ans. Il est composé de deux parties. Un premier groupe d'images documentaires montrent l'artisanat et les œuvres des fabricants de mannequins. Ici, on voit le maître et son apprenti au travail, à Cocody-Deux plateaux, un quartier d'Abidjan. Ils peignent les différentes parties du corps du mannequin au pistolet, avant de l'assembler et de le faire sécher au soleil. Dans un deuxième groupe d'images, je superpose des images de parties du corps de vraies femmes aux formes parfaites des mannequins. Ils évoquent les célébrités “Vénus” qui incarnent la “beauté parfaite” dans la pop culture.»

Manufacture | Joana Choumali

«J'ai travaillé sur ce projet pendant deux ans. Il est composé de deux parties. Un premier groupe d'images documentaires montrent l'artisanat et les œuvres des fabricants de mannequins. Ici, on voit le maître et son apprenti au travail, à Cocody-Deux plateaux, un quartier d'Abidjan. Ils peignent les différentes parties du corps du mannequin au pistolet, avant de l'assembler et de le faire sécher au soleil. Dans un deuxième groupe d'images, je superpose des images de parties du corps de vraies femmes aux formes parfaites des mannequins. Ils évoquent les célébrités “Vénus” qui incarnent la “beauté parfaite” dans la pop culture.»

«J'ai décidé de superposer des images de vraies femmes sur les formes idéalisées des mannequins pour exposer le grand écart entre la réalité et l'imaginaire. Ces compositions conceptuelles constituent les représentations hybrides de ce qu'une “femme parfaite” est censée être: authentique et parfaite en même temps. L'image finale donne lieu à des ensembles de formes et de symboles, de couleurs et d'idées.»

Joana Choumali

«J'ai décidé de superposer des images de vraies femmes sur les formes idéalisées des mannequins pour exposer le grand écart entre la réalité et l'imaginaire. Ces compositions conceptuelles constituent les représentations hybrides de ce qu'une “femme parfaite” est censée être: authentique et parfaite en même temps. L'image finale donne lieu à des ensembles de formes et de symboles, de couleurs et d'idées.»

«Selon les critères ivoiriens, une “femme parfaite” a des formes voluptueuses. Les femmes qui ont des rondeurs sont considérées comme prospères, saines et sexy en Côte d'Ivoire. Un concours de beauté, Miss Awoulaba, a récemment été organisé pour se démarquer de la beauté occidentale privilégiée lors du concours Miss Côte d'Ivoire. Awoulaba est un terme du dialecte ivoirien baoulé pour désigner une “reine de beauté”. Dans la culture populaire ivoirienne, les awoulabas sont de belles femmes ayant une jolie peau, un visage aux traits harmonieux, une forte poitrine, des hanches larges et surtout de grosses fesses.»

Joana Choumali

«Selon les critères ivoiriens, une “femme parfaite” a des formes voluptueuses. Les femmes qui ont des rondeurs sont considérées comme prospères, saines et sexy en Côte d'Ivoire. Un concours de beauté, Miss Awoulaba, a récemment été organisé pour se démarquer de la beauté occidentale privilégiée lors du concours Miss Côte d'Ivoire. Awoulaba est un terme du dialecte ivoirien baoulé pour désigner une “reine de beauté”. Dans la culture populaire ivoirienne, les awoulabas sont de belles femmes ayant une jolie peau, un visage aux traits harmonieux, une forte poitrine, des hanches larges et surtout de grosses fesses.»

«Les fabricants de mannequins sont indépendants et travaillent dans des ateliers de rue informels sur les autoroutes d'Abidjan. Beaucoup ont commencé à faire des pots en moulant du ciment ou du polyester. À mesure qu'un afflux de vêtements bon marché est arrivé dans la ville, la demande de mannequins a augmenté. Le phénomène des mannequins awoulaba était lancé. Sur cette photo, on peut voir un jeune apprenti en train d'assembler des pièces du mannequin. Chaque pièce est ensuite soigneusement polie à la main.»

Atelier - Cocody-Deux plateaux: «Finishing touch 2» | Joana Choumali

«Les fabricants de mannequins sont indépendants et travaillent dans des ateliers de rue informels sur les autoroutes d'Abidjan. Beaucoup ont commencé à faire des pots en moulant du ciment ou du polyester. À mesure qu'un afflux de vêtements bon marché est arrivé dans la ville, la demande de mannequins a augmenté. Le phénomène des mannequins awoulaba était lancé. Sur cette photo, on peut voir un jeune apprenti en train d'assembler des pièces du mannequin. Chaque pièce est ensuite soigneusement polie à la main.»

«La fabrication des mannequins donne lieu à toutes les possibilités. Ici, le client a commandé un mannequin “taille fine” peint en blanc; le propriétaire de la fabrique pose avec son œuvre.»

Atelier Adjamé, photo de l'album catalogue du fabricant | Joana Choumali

«La fabrication des mannequins donne lieu à toutes les possibilités. Ici, le client a commandé un mannequin “taille fine” peint en blanc; le propriétaire de la fabrique pose avec son œuvre.»

«Les mannequins sont fabriqués à la main. En raison du manque de place, les pièces de ceux en cours de fabrication gisent sur le sol, au milieu des outils et des meubles usagés. L'image montre de vieux modèles de mannequins importés, qui vont servir de base aux mannequins awoulaba.»

Atelier Cocody-Deux plateaux, «Old parts» | Joana Choumali

«Les mannequins sont fabriqués à la main. En raison du manque de place, les pièces de ceux en cours de fabrication gisent sur le sol, au milieu des outils et des meubles usagés. L'image montre de vieux modèles de mannequins importés, qui vont servir de base aux mannequins awoulaba.»

«En raison de sa fabrication locale, le prix du mannequin est devenu abordable. Les salons de couture en ont souvent plusieurs. Les vêtements sur mesure commandés par les clientes sont exposés en vitrine, pour en attirer de nouvelles. Les mannequins ont une constante: la couleur blanche, censée “mieux vendre” les vêtements. La mode est très importante pour les Ivoiriennes. La femme ivoirienne met point d'honneur à être bien habillée et coiffée, et Abidjan est une capitale du shopping. [...] Le port de textiles traditionnels –comme le pagne tissé kita– revisités est très prisé, notamment pour les tenues de cérémonie. La mode “tradi-moderne”, qui mixe les tendances occidentales avec les goûts locaux, est particulièrement populaire.»

Magasin de rue - Cocody, «Tailor Shop» | Joana Choumali

«En raison de sa fabrication locale, le prix du mannequin est devenu abordable. Les salons de couture en ont souvent plusieurs. Les vêtements sur mesure commandés par les clientes sont exposés en vitrine, pour en attirer de nouvelles. Les mannequins ont une constante: la couleur blanche, censée “mieux vendre” les vêtements. La mode est très importante pour les Ivoiriennes. La femme ivoirienne met point d'honneur à être bien habillée et coiffée, et Abidjan est une capitale du shopping. [...] Le port de textiles traditionnels –comme le pagne tissé kita– revisités est très prisé, notamment pour les tenues de cérémonie. La mode “tradi-moderne”, qui mixe les tendances occidentales avec les goûts locaux, est particulièrement populaire.»

«Un mannequin aux mensurations particulièrement prononcées attend sa cliente, la propriétaire d'une boutique de vêtements traditionnels appelés boubous. C'est une commande spéciale. Dans ce projet, j'ai voulu aborder le concept de la beauté et de la perfection du corps. Qu'est-ce qui doit être considéré comme un corps parfait? Devons-nous nous modeler sur la perfection de l'âme des mannequins qui nous entourent? Devrions-nous concevoir notre propre concept de beauté et nous identifier à des modèles qui pourraient nous représenter véritablement? Les femmes sont constamment influencées par les diktats de la mode, les modèles imposés par les médias et les normes mondiales, qui ne peuvent guère représenter la variété des corps humains. La beauté devient alors une superposition, la projection de l'humeur et des tendances d'une société au contact d'une autre.»

Atelier Adjamé, «Waiting» | Joana Choumali

«Un mannequin aux mensurations particulièrement prononcées attend sa cliente, la propriétaire d'une boutique de vêtements traditionnels appelés boubous. C'est une commande spéciale. Dans ce projet, j'ai voulu aborder le concept de la beauté et de la perfection du corps. Qu'est-ce qui doit être considéré comme un corps parfait? Devons-nous nous modeler sur la perfection de l'âme des mannequins qui nous entourent? Devrions-nous concevoir notre propre concept de beauté et nous identifier à des modèles qui pourraient nous représenter véritablement? Les femmes sont constamment influencées par les diktats de la mode, les modèles imposés par les médias et les normes mondiales, qui ne peuvent guère représenter la variété des corps humains. La beauté devient alors une superposition, la projection de l'humeur et des tendances d'une société au contact d'une autre.»

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Des jardins extraordinairement petits
Grand Format

Des jardins extraordinairement petits

Tribus amérindiennes: «Le manque de représentation positive a un impact sur les jeunes générations»
Grand Format

Tribus amérindiennes: «Le manque de représentation positive a un impact sur les jeunes générations»

Newsletters