Deux mois dans la rue contre la loi Travail

Deux mois dans la rue contre la loi Travail

À l'appel de sept syndicats, une nouvelle journée de grèves et de manifestations est organisée ce jeudi 19 mai. Les manifestants réclament le retrait du texte porté par la ministre du travail Myriam El Khomri, adopté sans discussion en première lecture, le 10 mai, après un recours à l’article 49.3. Retour en images sur deux mois de mobilisation émaillés de violence. 

Des manifestants, à Paris, le 31 mars. | Thomas Samson / AFP

 

Entre 390.000 et 1,2 million de personnes se sont rassemblées dans toute la France le 31 mars pour dénoncer la loi Travail. 

Des manifestants, à Paris, le 31 mars. | Thomas Samson / AFP

 

Entre 390.000 et 1,2 million de personnes se sont rassemblées dans toute la France le 31 mars pour dénoncer la loi Travail. 

Une fille tient une pancarte lors d'une manifestation à Lyon le 5 avril. | Jeff Pachoud / AFP

 

Moins nombreux que lors des rassemblements précédents, étudiants et lycéens sont à nouveau descendus dans la rue le mardi 5 avril. 

Une fille tient une pancarte lors d'une manifestation à Lyon le 5 avril. | Jeff Pachoud / AFP

 

Moins nombreux que lors des rassemblements précédents, étudiants et lycéens sont à nouveau descendus dans la rue le mardi 5 avril. 

Des manifestants à Marseille, le 9 avril. | Anne-Christine Poujoulat / AFP

 

Le 9 avril, ils étaient 120.000 rassemblés dans toute la France, selon le ministère de l’intérieur.

Des manifestants à Marseille, le 9 avril. | Anne-Christine Poujoulat / AFP

 

Le 9 avril, ils étaient 120.000 rassemblés dans toute la France, selon le ministère de l’intérieur.

Des manifestants ont fait face aux gendarmes à Nantes, le 9 avril. | Jean-Sébastien Evrard / AFP

 

26 personnes ont été interpellées. Dans plusieurs villes, des projectiles ont été lancés contre des CRS, provoquant des tirs de gaz lacrymogènes, de grenades assourdissantes et des charges des CRS.

Des manifestants ont fait face aux gendarmes à Nantes, le 9 avril. | Jean-Sébastien Evrard / AFP

 

26 personnes ont été interpellées. Dans plusieurs villes, des projectiles ont été lancés contre des CRS, provoquant des tirs de gaz lacrymogènes, de grenades assourdissantes et des charges des CRS.

Des manifestants à «Nuit Debout», place de la République, le 12 avril. | Eric Feferberg / AFP 

 

Les mouvements citoyens «Nuit debout» rassemblent les jeunes bien au-delà de la seule contestation de la loi Travail.

Des manifestants à «Nuit Debout», place de la République, le 12 avril. | Eric Feferberg / AFP 

 

Les mouvements citoyens «Nuit debout» rassemblent les jeunes bien au-delà de la seule contestation de la loi Travail.

Des manifestants brandissent des pancartes avec les photos du ministre de l'Économie et de l'industrie, Emmanuel Macron, du président François Hollande et du président du Medef, Pierre Gattaz, à Marseille, le 1er mai 2016. Franck Pennant / AFP

 

Le 1er mai 2016 a été placé sous le signe de la lutte contre le projet de loi travail.

Des manifestants brandissent des pancartes avec les photos du ministre de l'Économie et de l'industrie, Emmanuel Macron, du président François Hollande et du président du Medef, Pierre Gattaz, à Marseille, le 1er mai 2016. Franck Pennant / AFP

 

Le 1er mai 2016 a été placé sous le signe de la lutte contre le projet de loi travail.

Des manifestants face à la police, à Paris, le 1er mai | Alain Jocard / AFP

 

Des incidents ont éclatés en marge de certaines manifestations. 

Des manifestants face à la police, à Paris, le 1er mai | Alain Jocard / AFP

 

Des incidents ont éclatés en marge de certaines manifestations. 

Des policiers se battent avec des manifestants, le 12 mai à Marseille. | Bertrant Langlois / AFP

 

Le 10 mai, le texte a été adopté après un recours à l’article 49.3. 

Des policiers se battent avec des manifestants, le 12 mai à Marseille. | Bertrant Langlois / AFP

 

Le 10 mai, le texte a été adopté après un recours à l’article 49.3. 

Un manifestant se protège des gaz lacrymogènes derrière une poubelle pour à Rennes, le 17 mai. Damine Meyer / AFP

 

Mardi 17 mai, sept syndicats –CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl– avaient appelé à une nouvelle journée de mobilisation. Selon le ministère de l’Intérieur, 68.000 personnes ont manifesté dans de nombreuses villes de France et 87 personnes ont été interpellées. La CGT estime pour sa part que plus de 220.000 personnes sont descendues dans les rues.

Un manifestant se protège des gaz lacrymogènes derrière une poubelle pour à Rennes, le 17 mai. Damine Meyer / AFP

 

Mardi 17 mai, sept syndicats –CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl– avaient appelé à une nouvelle journée de mobilisation. Selon le ministère de l’Intérieur, 68.000 personnes ont manifesté dans de nombreuses villes de France et 87 personnes ont été interpellées. La CGT estime pour sa part que plus de 220.000 personnes sont descendues dans les rues.

Des manifestants, à Montpellier, le 17 mai. | Pascal Guyot / AFP

 

Une quarantaine de personnes avaient été interdites par arrêtés préfectoraux de participer aux manifestations ainsi qu’au rassemblement Nuit Debout, à Paris, Nantes et Rennes. La justice a finalement suspendu neuf arrêtés sur dix à Paris.

Des manifestants, à Montpellier, le 17 mai. | Pascal Guyot / AFP

 

Une quarantaine de personnes avaient été interdites par arrêtés préfectoraux de participer aux manifestations ainsi qu’au rassemblement Nuit Debout, à Paris, Nantes et Rennes. La justice a finalement suspendu neuf arrêtés sur dix à Paris.

Une voiture de police en feu à Paris, le 18 mai. | Cyrielle Sicard / AFP

 

En marge d'une contre-manifestation visant à dénoncer les violences policières, un groupe de casseurs s'en prend violemment à un véhicule de police avant d'y mettre le feu. Les deux agents à bord évacuent la voiture avant que l'incendie ne gagne tout le véhicule.

Une voiture de police en feu à Paris, le 18 mai. | Cyrielle Sicard / AFP

 

En marge d'une contre-manifestation visant à dénoncer les violences policières, un groupe de casseurs s'en prend violemment à un véhicule de police avant d'y mettre le feu. Les deux agents à bord évacuent la voiture avant que l'incendie ne gagne tout le véhicule.

Des salaries de la raffinerie de Gonfreville-l'Orcher bloque l'autoroute pour protester contre la loi Travail, le 18 mai. | Charly Triballeau / AFP

Des salaries de la raffinerie de Gonfreville-l'Orcher bloque l'autoroute pour protester contre la loi Travail, le 18 mai. | Charly Triballeau / AFP

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Les plus belles photographies de pomme de terre
Grand Format

Les plus belles photographies de pomme de terre

Scènes d'apocalypse à Beyrouth
Grand Format

Scènes d'apocalypse à Beyrouth

Newsletters