Ils ont marché sur la Lune, la preuve en images
Life

Ils ont marché sur la Lune, la preuve en images

L’homme n’a-t-il jamais marché sur la Lune? La thèse semble plus difficile à soutenir alors que la Nasa a rendu public le 6 septembre des clichés des traces laissées dans les années 1960 et 1970 par les astronautes américains sur la Lune.
Prises par le Lunar Reconnaissance Orbiter, les images «améliorent notre vision de la surface lunaire» comme en atteste la «netteté des traces de l’astromobile sur le site d’Apollo 17», commente Mark Robinson, chercheur à l’Université d’Arizona qui abrite l’institut en charge de l'orbite satellitaire.

 

Le site d’atterrissage d’Apollo 17 est aisément repérable, au même titre que les pas des astronautes Eugene Cernan et Harrison Schmitt de la mission et les empreintes des instruments utilisés comme l’Apollo Lunar Surface Experiments Package (Alsep) pour effectuer des prélèvements sur le sol lunaire.
Nasa

Le site d’atterrissage d’Apollo 17 est aisément repérable, au même titre que les pas des astronautes Eugene Cernan et Harrison Schmitt de la mission et les empreintes des instruments utilisés comme l’Apollo Lunar Surface Experiments Package (Alsep) pour effectuer des prélèvements sur le sol lunaire.

La résolution des images est de meilleure qualité grâce à l’orbite satellitaire situé à 22 kilomètres de la surface lunaire, deux fois plus proche de la Lune que lors des précédentes missions. «La première fois que j’ai regardé ces images, j’en suis resté bouche bée», témoigne un membre de l’équipe de recherche du LRO, qui a coûté près de 580 millions de dollars.
Nasa

La résolution des images est de meilleure qualité grâce à l’orbite satellitaire situé à 22 kilomètres de la surface lunaire, deux fois plus proche de la Lune que lors des précédentes missions. «La première fois que j’ai regardé ces images, j’en suis resté bouche bée», témoigne un membre de l’équipe de recherche du LRO, qui a coûté près de 580 millions de dollars.

Le chercheur Mark Robinson a précisé au Washington Post que ces photographies avaient une valeur scientifique en ce qu’elles prouvent l’amas de sable qui s’est posé sur les détritus laissés par les astronautes et qui circule donc sur la surface lunaire.
Nasa

Le chercheur Mark Robinson a précisé au Washington Post que ces photographies avaient une valeur scientifique en ce qu’elles prouvent l’amas de sable qui s’est posé sur les détritus laissés par les astronautes et qui circule donc sur la surface lunaire.

Comme le fait remarquer ABC News, les images ne nous donnent pas la chance de visualiser les nombreuses balles de golf que l’astronaute Alan Shepard à bord de la sonde Apollo 14 a fait voler «sur des kilomètres et des kilomètres et des kilomètres».
Nasa

Comme le fait remarquer ABC News, les images ne nous donnent pas la chance de visualiser les nombreuses balles de golf que l’astronaute Alan Shepard à bord de la sonde Apollo 14 a fait voler «sur des kilomètres et des kilomètres et des kilomètres».

Les images publiées ne rendent pas compte de tous les vols effectués par la Nasa: la luminosité du site d’atterrissage d’Apollo 11, première mission spatiale à avoir conduit Neil Armstrong et Buzz Aldrin sur la Lune, n’était pas assez claire pour obtenir des clichés de haute résolution, reconnaît Richard Vondrak du LRO.
Nasa

Les images publiées ne rendent pas compte de tous les vols effectués par la Nasa: la luminosité du site d’atterrissage d’Apollo 11, première mission spatiale à avoir conduit Neil Armstrong et Buzz Aldrin sur la Lune, n’était pas assez claire pour obtenir des clichés de haute résolution, reconnaît Richard Vondrak du LRO.

Richard Vondrak affirme également que l’ensemble des données récoltées par le LRO jusqu’à maintenant pourrait être contenue la mémoire de 52.000 DVD. «Si vous preniez cette pile et la posiez devant le Capitole à Washington, elle atteindrait le haut de son dôme», imagine-t-il (Aldrin marchant sur la Lune, le 21 juillet 1969). 
Nasa

Richard Vondrak affirme également que l’ensemble des données récoltées par le LRO jusqu’à maintenant pourrait être contenue la mémoire de 52.000 DVD. «Si vous preniez cette pile et la posiez devant le Capitole à Washington, elle atteindrait le haut de son dôme», imagine-t-il (Aldrin marchant sur la Lune, le 21 juillet 1969). 

Son collègue Mark Robinson souligne également la durée de vie limitée de ces traces puisque la Lune est continuellement bombardée par des débris cosmiques. Des photographies qui sont également le moyen pour ces chercheurs d’exprimer un brin de nostalgie alors que la Nasa, faute de budget, n’a pas planifié de retourner sur la Lune dans un futur proche. «Nous sommes tous obnubilés par les images du site d’atterrissage d’Apollo (…) Il y a quelque temps, on pouvait aller sur la Lune et l’explorer. Nous espérons pouvoir le faire encore», avoue Mark Robinson. 
Nasa

Son collègue Mark Robinson souligne également la durée de vie limitée de ces traces puisque la Lune est continuellement bombardée par des débris cosmiques. Des photographies qui sont également le moyen pour ces chercheurs d’exprimer un brin de nostalgie alors que la Nasa, faute de budget, n’a pas planifié de retourner sur la Lune dans un futur proche. «Nous sommes tous obnubilés par les images du site d’atterrissage d’Apollo (…) Il y a quelque temps, on pouvait aller sur la Lune et l’explorer. Nous espérons pouvoir le faire encore», avoue Mark Robinson.

 

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

«Ces images devaient être jolies, inoffensives, à l’opposé de ce qu’elles représentent»
Grand Format

«Ces images devaient être jolies, inoffensives, à l’opposé de ce qu’elles représentent»

Newsletters