L'Europe est une fête

Depuis plus de dix ans, le photographe Otto Snoek travaille sur les rassemblements en Europe: fêtes nationales, commémorations, ou encore matchs de football. «Lors des rassemblements que j'ai photographié ces dernières années, j'ai constaté une renaissance du nationalisme et du populisme», s'inquiète le photographe hollandais. Il revient pour Slate sur certaines de ses photos qui feront l'objet d'une exposition intitulée «L'EUROPE AUTREMENT !» à Paris, du 21 septembre au 17 décembre 2017.

«J'ai pris cette image près de la place Charles de Gaulle Etoile, sur les Champs-Elysées, un 14 juillet. Cela faisait quatre fois que je me rendais dans la capitale française pour la fête nationale. Lorsque j'ai pris cette image, je savais que tous les spectateurs allaient regarder les avions qui survolaient la zone et traceraient dans le ciel les couleurs du drapeau français: bleu, blanc et rouge. Je cherche toujours à être le plus près possible des gens. J'ai l'impression que sur cette image il y a une sorte de friction car on ne sait pas si ces gens sont des touristes, des parisiens ou même des migrants. Les spectateurs sont toujours surpris du fait que je ne regarde pas la parade mais que ce sont eux qui m'intéressent, plus que l'événement.»

«J'ai pris cette image près de la place Charles de Gaulle Etoile, sur les Champs-Elysées, un 14 juillet. Cela faisait quatre fois que je me rendais dans la capitale française pour la fête nationale. Lorsque j'ai pris cette image, je savais que tous les spectateurs allaient regarder les avions qui survolaient la zone et traceraient dans le ciel les couleurs du drapeau français: bleu, blanc et rouge. Je cherche toujours à être le plus près possible des gens. J'ai l'impression que sur cette image il y a une sorte de friction car on ne sait pas si ces gens sont des touristes, des parisiens ou même des migrants. Les spectateurs sont toujours surpris du fait que je ne regarde pas la parade mais que ce sont eux qui m'intéressent, plus que l'événement.»

«Cette célébration s'est tenue lors du jour de l'unité de l'Allemagne, à Potsdam, près de Berlin. C'est drôle car d'une année sur l'autre, les célébrations se passent à l'est puis à l'ouest alors que le pays est désormais uni.»

«Cette célébration s'est tenue lors du jour de l'unité de l'Allemagne, à Potsdam, près de Berlin. C'est drôle car d'une année sur l'autre, les célébrations se passent à l'est puis à l'ouest alors que le pays est désormais uni.»

«Ces photos ont été prises lors d'un match de football. Lorsqu'on est un politicien, il est impératif d'être attentif à ce sport qui est bien plus populaire que les élections. Les supporters se comptent en millions. Je ne vais pas dans les stades, mais je me rends dans le centre ville lorsqu'il y a un match pour y voir les rassemblements. Même si ils ne se connaissent pas les gens ont tous un but commun: que leur équipe gagne, et de fait ils forment une sorte de melting pot.»

«Ces photos ont été prises lors d'un match de football. Lorsqu'on est un politicien, il est impératif d'être attentif à ce sport qui est bien plus populaire que les élections. Les supporters se comptent en millions. Je ne vais pas dans les stades, mais je me rends dans le centre ville lorsqu'il y a un match pour y voir les rassemblements. Même si ils ne se connaissent pas les gens ont tous un but commun: que leur équipe gagne, et de fait ils forment une sorte de melting pot.»

«Sur cette photo, prise à Budapest, on voit une femme qui mange un gateau sur un buffet. Dehors une foule. Sur le pas de la porte un homme regarde l'objectif, j'ai pensé à une répétition des événements de 1956 contre l'oppression soviétique.»

«Sur cette photo, prise à Budapest, on voit une femme qui mange un gateau sur un buffet. Dehors une foule. Sur le pas de la porte un homme regarde l'objectif, j'ai pensé à une répétition des événements de 1956 contre l'oppression soviétique.»

«J'ai pris cette image à Malte. C'est une petite île de la mer Méditerranée qui dispose d'une position stratégique entre l'Afrique et l'Europe. La nation est très petite et en paix depuis longtemps, j'aimais l'image avec les playmobiles et les gardes devant.»

«J'ai pris cette image à Malte. C'est une petite île de la mer Méditerranée qui dispose d'une position stratégique entre l'Afrique et l'Europe. La nation est très petite et en paix depuis longtemps, j'aimais l'image avec les playmobiles et les gardes devant.»

«Cette scène se passe à Cardiff. Des gallois se rapprochent les uns des autres pour former un mouvement de foule. Au premier plan, je veux voir le futur du pays, ces jeunes garçons qui sont en réalité la relève. La foule, elle, suggère qu'il faut garder le pays comme il a toujours été sans en renouveler la population.»

«Cette scène se passe à Cardiff. Des gallois se rapprochent les uns des autres pour former un mouvement de foule. Au premier plan, je veux voir le futur du pays, ces jeunes garçons qui sont en réalité la relève. La foule, elle, suggère qu'il faut garder le pays comme il a toujours été sans en renouveler la population.»

«Cette image a été faite à Istanbul. C'est la seule de la série qui ne comporte aucune personne dessus. Je l'ai prise depuis ma chambe d'hôtel au petit matin. Je me suis dit que j'avais trouvé ce que je cherchais. Ces habitations disposent toutes d'un drapeau, comme une personne lors d'une manifestation.»

«Cette image a été faite à Istanbul. C'est la seule de la série qui ne comporte aucune personne dessus. Je l'ai prise depuis ma chambe d'hôtel au petit matin. Je me suis dit que j'avais trouvé ce que je cherchais. Ces habitations disposent toutes d'un drapeau, comme une personne lors d'une manifestation.»

«J'aime cette photo prise en Islande lors d'un mois de juin car je veux penser que toutes les personnes assises sur le banc représentent les nouveaux islandais.»

«J'aime cette photo prise en Islande lors d'un mois de juin car je veux penser que toutes les personnes assises sur le banc représentent les nouveaux islandais.»

«Sur cette image, une femme pleure devant une nuée de photogaphes. On ne sait pas au premier abord ce qui se passe vraiment. Mais à droite on aperçoit un camion. Il s'agit d'un véhicule qui transporte des corps identifiés du massacre de Srebrenica qui ont été détérrés des fosses communes.»

«Sur cette image, une femme pleure devant une nuée de photogaphes. On ne sait pas au premier abord ce qui se passe vraiment. Mais à droite on aperçoit un camion. Il s'agit d'un véhicule qui transporte des corps identifiés du massacre de Srebrenica qui ont été détérrés des fosses communes.»

«Le microphone est tourné vers la foule comme une métaphore qui redonnerait la voix au peuple. Il s'agit en fait d'un commémoration au Kosovo d'une bataille perdue contre les Ottomans en 1389. Nous sommes dans un endroit près de Pristina, le lieu de la bataille de Kosovo Polje.»

«Le microphone est tourné vers la foule comme une métaphore qui redonnerait la voix au peuple. Il s'agit en fait d'un commémoration au Kosovo d'une bataille perdue contre les Ottomans en 1389. Nous sommes dans un endroit près de Pristina, le lieu de la bataille de Kosovo Polje

Plus de Grand Format

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte