Le génie du GIF est français, voici ses images

Micaël Reynaud a 37 ans et aucune formation de photographe, ni de vidéaste. En juin dernier, il faisait pourtant partie des finalistes du premier prix de motion picture photography (ou photographie d’images animées), décerné par la prestigieuse Saatchi Gallery à Londres en partenariat avec Google+, pour une image... de pigeon.

 

Pour Slate.fr, il en a produit des nouveaux et explique sa façon de faire (lire aussi notre interview). Au-delà du tournage (car il filme et prend des photos), chaque image en boucle (ou «loop») peut lui prendre jusqu'à une semaine de travail.

Pizza en stop motion, juin 2014. «J’ai pris ces images toutes les 10 secondes avec un appareil Sony Nex5 avec Canon fd 50mm f1.2, en stop motion sur un trépied. 
J'ai construit la pizza en cours de cuisson en ajoutant les éléments un par un (olives, tranches de mozzarella, etc.), je faisais déjà cohabiter des parties fraîches et d'autres en train de fondre sur la prise live. Cela a pris le temps de la cuisson (en gros 20 minutes car je suis parti d'un four à froid) plus la préparation. La post-production a, comme toujours, pris quelques heures avec le montage et réglages des photos dans le détail.»

Plage du Boucanet près du Grau-du-roi, mai 2014. «Pour produire cet effet de ‘dolly zoom’, utilisé par Hitchcock dans le film Vertigo en 1958, j’ai utilisé un bridge avec un zoom dont l'amplitude (24mm > 840mm) permet de rendre l'effet de manière extrême. Pour obtenir cette image en boucle avec le bloc de béton en ‘dolly zoom’ (travelling compensé par un zoom), je m’y suis repris à trois fois. La première matinée, il y avait trop de nuages, je n’étais pas satisfait. Une deuxième fois, l’arrière plan bougeait. Et la troisième, je me suis appliqué à faire coïncider un détail du bloc (une visse) avec un élément de l'arrière-plan (une fenêtre du bâtiment tagué). Une fois que le tournage est terminé, la post-production me prend trois à cinq fois plus de temps en fonction de la finition: ici, un time-lapse. Puis, il faut stabiliser l’image par zones, un travail sur la couleur et créer parfois un balayement temporel qui donne l'effet de vague [comme sur l’image avec la pizza]. Je produis plus par expérimentation que de manière artisanale avec une recette préétablie.»

Des chercheurs d'or en chronovidéographie sur la croisette à Cannes, 2013.

Pain qui gonfle avec la levure, 2013.

Un goéland qui fait une sieste, janvier 2014.

Une femme dans un hamac à Toulon, juillet 2014.

Centre aéré de la plage du Boucanet, janvier 2014.

Arbre à la Grande-Motte, novembre 2013.

Une rampe de piscine sur une plage cannoise, 2014.

Un arbre sur la plage de l’Espiguette au Grau-du-roi, 2014.

Un kitesurfer gonfle sa voile à Beauduc en avril 2014.

Bouts de bois sur l'étang du Ponant, décembre 2013.

L'avenue Bachaga Saïd Boualam à Cannes, juin 2014.

Stéréoscopie au Mal festival de Montpellier, 2012.

Tambourophone, juillet 2014.

Des oiseaux sur une antenne, janvier 2013.

Plus de Grand Format

Partager cet article