Le récit de l'attentat de Nice en images
France

Le récit de l'attentat de Nice en images

En pleine fête du 14-Juillet sur la promenade des Anglais à Nice, un camion a foncé dans la foule vers 22h30, faisant au moins 84 morts. 

La foule est réunie sur la promenade des Anglais, à Nice, pour regarder le traditionnel feu d'artifice du 14-Juillet. Peu après 22h30, le spectacle pyrotechnique se termine, touristes et locaux commencent à rentrer chez eux. «L’ambiance était bonne, le feu d’artifice plutôt chouette, les gamins jetaient des galets dans l’eau et le réseau plantait. Bref, c’était une soirée cool», raconte Damien Allemand, journaliste à Nice-Matin.
Valery Hache / AFP 

La foule est réunie sur la promenade des Anglais, à Nice, pour regarder le traditionnel feu d'artifice du 14-Juillet. Peu après 22h30, le spectacle pyrotechnique se termine, touristes et locaux commencent à rentrer chez eux. «L’ambiance était bonne, le feu d’artifice plutôt chouette, les gamins jetaient des galets dans l’eau et le réseau plantait. Bref, c’était une soirée cool», raconte Damien Allemand, journaliste à Nice-Matin.

Alors que les badauds venus assister aux festivités se dispersent tranquillement, un camion blanc fonce sur la foule. L'imposant véhicule de 19 tonnes avance à vive allure, zigazage sur la promenade des Anglais fauchant au passage des dizaines de personnes. 
Valery Hache / AFP 

Alors que les badauds venus assister aux festivités se dispersent tranquillement, un camion blanc fonce sur la foule. L'imposant véhicule de 19 tonnes avance à vive allure, zigazage sur la promenade des Anglais fauchant au passage des dizaines de personnes. 

Le véhicule a fendu la foule sur deux kilomètres, jusqu'à ce que les forces de l'orde n'abattent le conducteur. Le camion a été criblé de balles, comme le montre cette photo prise au lendemain du drame. 
Anne-Christine Poujoulat / AFP 

Le véhicule a fendu la foule sur deux kilomètres, jusqu'à ce que les forces de l'orde n'abattent le conducteur. Le camion a été criblé de balles, comme le montre cette photo prise au lendemain du drame. 

«Je regarde derière moi, en direction de l'hotel Negresco, et je vois soudainement une immense vague de gens qui courraient vers nous, vers moi. J'ai pris mon épouse par la main et on s'est mis à courir», raconte à France Bleu Azur, Paul qui se situait au bout de la promenade des Anglais.
Valery Hache / AFP

«Je regarde derière moi, en direction de l'hotel Negresco, et je vois soudainement une immense vague de gens qui courraient vers nous, vers moi. J'ai pris mon épouse par la main et on s'est mis à courir», raconte à France Bleu Azur, Paul qui se situait au bout de la promenade des Anglais.

«On a entendu des bruits. Comme il y avait les feux d’artifices, on ne s’est pas inquiétés. C’est après qu’on a compris ce qu’il se passait», raconte une femme sur France Bleu Azur.
Valery Hache / AFP 

«On a entendu des bruits. Comme il y avait les feux d’artifices, on ne s’est pas inquiétés. C’est après qu’on a compris ce qu’il se passait», raconte une femme sur France Bleu Azur.

Après avoir annoncé une trentaine de victimes, le ministère de l'Intérieur compte finalement 84 morts et 18 blessés en «urgence absolue». François Hollande a annoncé la prolongation de l'état d'urgence pour trois mois. 
Valery Hoche / AFP 

Après avoir annoncé une trentaine de victimes, le ministère de l'Intérieur compte finalement 84 morts et 18 blessés en «urgence absolue». François Hollande a annoncé la prolongation de l'état d'urgence pour trois mois. 

«Comme nous l'avions déjà constaté le 13 novembre (lors des attentats de Paris et Saint-Denis, ndlr), les professionnels de santé sont revenus spontanément à l'hôpital», a déclaré la ministre de la Santé Marisol Touraine à BFMTV depuis Nice, saluant le travail des équipes médicales en cas d'urgence.
Valery Hoche / AFP 

«Comme nous l'avions déjà constaté le 13 novembre (lors des attentats de Paris et Saint-Denis, ndlr), les professionnels de santé sont revenus spontanément à l'hôpital», a déclaré la ministre de la Santé Marisol Touraine à BFMTV depuis Nice, saluant le travail des équipes médicales en cas d'urgence.

A Avignon au moment des faits, François Hollande est rentré à Paris dans la nuit pour se rendre à la cellule de crise mise en place au ministère de l'Intérieur. Le chef de l'Etat avait assuré que la France allait "renforcer" son "action en Irak et en Syrie". Le président de la République a également décrété trois jours de deuil national au lendemain matin de l'attentat de Nice. 
Thomas Samson / AFP 

A Avignon au moment des faits, François Hollande est rentré à Paris dans la nuit pour se rendre à la cellule de crise mise en place au ministère de l'Intérieur. Le chef de l'Etat avait assuré que la France allait "renforcer" son "action en Irak et en Syrie". Le président de la République a également décrété trois jours de deuil national au lendemain matin de l'attentat de Nice. 

Le jour d'après. Vendredi 15 juillet au matin, des Niçois et touristes se rendent sur la promenade des Anglais, lieu du drame. D'autres filent à la plage.
Anne-Christine Poujoulat / AFP 

Le jour d'après. Vendredi 15 juillet au matin, des Niçois et touristes se rendent sur la promenade des Anglais, lieu du drame. D'autres filent à la plage.

Au réveil, divers objets sont toujours de reste, sur le lieu du drame. 
Marie-Christine Poujoulat / AFP 

Au réveil, divers objets sont toujours de reste, sur le lieu du drame. 

La police scientifique travaille toujours, de nombreuses heures après que le camion ne surgisse promenade des Anglais, à Nice. 
Boris Horvat / AFP 

La police scientifique travaille toujours, de nombreuses heures après que le camion ne surgisse promenade des Anglais, à Nice. 

Le périmètre est toujours bloqué autour du lieu de l'attaque, sur la promenade des Anglais qui borde la mer.
Valery Hache / AFP 

Le périmètre est toujours bloqué autour du lieu de l'attaque, sur la promenade des Anglais qui borde la mer.

Alors que l'enquête se poursuit, l'heure est aussi au recueillement dans les rues de Nice. Un mémorial s'est improvisé près du lieu de l'attaque. 
Boris Horvat / FP 

Alors que l'enquête se poursuit, l'heure est aussi au recueillement dans les rues de Nice. Un mémorial s'est improvisé près du lieu de l'attaque. 

Des personnes se réunissent en mémoire des victimes de l'attentat de Nice en Espagne, Italie, Turquie, Australie ou Japon par exemple, déposent des fleurs (comme ici, en Allemagne), envoyent des prières et des drapeaux sont en berne, comme en Angleterre. 
John Macdougall / AFP

Des personnes se réunissent en mémoire des victimes de l'attentat de Nice en Espagne, Italie, Turquie, Australie ou Japon par exemple, déposent des fleurs (comme ici, en Allemagne), envoyent des prières et des drapeaux sont en berne, comme en Angleterre. 

Le camion de 19 tonnes a été évacué de la promenade des Anglais en fin d'après-midi vendredi. 
Marie-Christine Poujoulat / AFP 

Le camion de 19 tonnes a été évacué de la promenade des Anglais en fin d'après-midi vendredi. 

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

«Les pieds dans l'eau, tout le monde est vulnérable»
Grand Format

«Les pieds dans l'eau, tout le monde est vulnérable»

Newsletters