Une société matrilinéaire, c'est ça
Monde

Une société matrilinéaire, c'est ça

Mawlynnong est un petit village situé au nord-est de l'Inde, près du Bangladesh. La majorité des 500 personnes qui y habitent appartiennent à la tribu des Khasi. Ce peuple dispose d'une particularité: il est matrilinéaire.

 

Les femmes y jouent donc un rôle prépondérant. La photographe allemande Karolin Klüppel s'est focalisée sur ces filles et leur environnement. En résulte un travail, intitulé Mädchenland, qui oscille entre documentaire et composition.

 

Les photographies de la série Mädchenland seront exposées pendant le Festival Circulation(s). Exposition du 24 Janvier au 8 mars 2015 au CentQuatre, 5 rue Curial, Paris XIXe.

 


	Wanda sur les escaliers qui mènent la cabane dans les arbres, 2014 | «Je m'intéresse depuis longtemps aux diverses sociétés du monde qui disposent d’une vision du genre différente de celle des sociétés patriarcales classiques.»
Karolin Klüppel

Wanda sur les escaliers qui mènent la cabane dans les arbres, 2014 | «Je m'intéresse depuis longtemps aux diverses sociétés du monde qui disposent d’une vision du genre différente de celle des sociétés patriarcales classiques.»


	A la rivière, 2013 | «A la suite d'une résidence d’artiste obtenue à Goa, j’ai décidé de me rendre dans le village de Mawlynnong pour connaître la culture Khasi et travailler sur ce sujet.» 
Karolin Klüppel

A la rivière, 2013 | «A la suite d'une résidence d’artiste obtenue à Goa, j’ai décidé de me rendre dans le village de Mawlynnong pour connaître la culture Khasi et travailler sur ce sujet.» 


	Phida avec un ballon, 2013 | «Je suis restée dans une famille de quatre enfants qui m’ont appris la culture et la vie familiale autant que faire ce peut.»
Karolin Klüppel

Phida avec un ballon, 2013 | «Je suis restée dans une famille de quatre enfants qui m’ont appris la culture et la vie familiale autant que faire ce peut.»


	Lasubon, 2014 | «Au cours de ce travail j'ai remarqué que la culture matrilinéaire de cette minorité permettait à leurs filles de grandir avec plus de libertés et plus de confiance que dans le reste de l’Inde.»
Karolin Klüppel

Lasubon, 2014 | «Au cours de ce travail j'ai remarqué que la culture matrilinéaire de cette minorité permettait à leurs filles de grandir avec plus de libertés et plus de confiance que dans le reste de l’Inde.»


	Lakhamti, plongée, 2013 | Dans cette société, la ligne de succession se transmet par la plus jeune des filles. Si celle-ci trouve un mari, c’est à lui de venir dans la maison familiale et les enfants prennent le nom de leur mère.
Karolin Klüppel

Lakhamti, plongée, 2013 | Dans cette société, la ligne de succession se transmet par la plus jeune des filles. Si celle-ci trouve un mari, c’est à lui de venir dans la maison familiale et les enfants prennent le nom de leur mère.


	Yasmin dans sa chambre, 2014 | «Je voulais aussi souligner le lien étroit de cette tribu à la nature.»
Karolin Klüppel

Yasmin dans sa chambre, 2014 «Je voulais aussi souligner le lien étroit de cette tribu à la nature.»


	Yasmin dans la maison, 2014 | «Aucune maison ne dispose de l'eau courante, mais il existe de nombreux puits dans le village.»
Karolin Klüppel

Yasmin dans la maison, 2014 | «Aucune maison ne dispose de l'eau courante, mais il existe de nombreux puits dans le village.»


	Yasmin se lave dans la rivière, 2013 | «Certains jours, il n'y a pas d'eau aux puits. Alors les villageois se lavent dans la rivière et l'eau prend la couleur blanche du savon.»
Karolin Klüppel

Yasmin se lave dans la rivière, 2013 | «Certains jours, il n'y a pas d'eau aux puits. Alors les villageois se lavent dans la rivière et l'eau prend la couleur blanche du savon.»


	Yasmin après s'être lavée dans la rivière, 2014 | «L'été, lorsque l'eau vient à manquer les enfants passent leur journée au bord de la rivière pour jouer, se baigner et pêcher. Ils font même leur lessive seuls.»
Karolin Klüppel

Yasmin après s'être lavée dans la rivière, 2014 «L'été, lorsque l'eau vient à manquer les enfants passent leur journée au bord de la rivière pour jouer, se baigner et pêcher. Ils font même leur lessive seuls.»


	Anisha avec des noix d'arec, 2013 | «Manger de la noix d'arec, servie avec les feuilles du palmier à bétel et du citron vert est une partie essentielle de la culture Khasi. La plupart des Khasi y sont accros. C'est aussi un met très commun qui est servi à chaque invité.»
Karolin Klüppel

Anisha avec des noix d'arec, 2013 | «Manger de la noix d'arec, servie avec les feuilles du palmier à bétel et du citron vert est une partie essentielle de la culture Khasi. La plupart des Khasi y sont accros. C'est aussi un met très commun qui est servi à chaque invité.»


	Ibapyntngen, 2014 | «Mädchenland est un travail sur les filles et leur vie quotidienne dans ce village, sans être réellement documentaire.»
Karolin Klüppel

Ibapyntngen, 2014«Mädchenland est un travail sur les filles et leur vie quotidienne dans ce village, sans être réellement documentaire.»


	Dry fish, 2014 | «Certaines images sont posées, d’autres ont été prises sans que les filles ne fassent attention, et c’est ce mélange que j’aime».
Karolin Klüppel

Dry fish, 2014 «Certaines images sont posées, d’autres ont été prises sans que les filles ne fassent attention, et c’est ce mélange que j’aime».


	Ibapyntngen, 2013 | Quand finalement on aborde avec Karolin Klüppel les difficultés auxquelles elle a dû faire face, elle répond la langue, et le temps. «Dans les premières semaines, la communication a été compliquée, mais j’ai pu apprendre leur langue très vite.»
Karolin Klüppel

Ibapyntngen, 2013 | Quand finalement on aborde avec Karolin Klüppel les difficultés auxquelles elle a dû faire face, elle répond la langue, et le temps. «Dans les premières semaines, la communication a été compliquée, mais j’ai pu apprendre leur langue très vite.»


	Best avec des sabots, 2014 | «La région autour de ce village est réputée pour être la plus humide de la terre, il a donc plu comme jamais!», termine la photographe.
Karolin Klüppel

Best avec des sabots, 2014 | «La région autour de ce village est réputée pour être la plus humide de la terre, il a donc plu comme jamais!», termine la photographe.

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Seul sur la montagne
Grand Format

Seul sur la montagne

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters