[En images] Un mois de violences en Israël et dans les territoires palestiniens
Monde

[En images] Un mois de violences en Israël et dans les territoires palestiniens

Depuis la mi-septembre, Israël et les territoires palestiniens sont en proie à de nouveaux heurts. De jeunes palestiniens se rebellent après des décennies d'occupation en lançant des pierres sur des soldats et policiers israéliens en Cisjordanie et à Jérusalem-est. Les représailles mutuelles entre Palestiniens et colons en Cisjordanie se multiplient, ainsi que les attaques à l'arme blanche contre des israéliens à Jérusalem et à Tel-Aviv. La dégradation sécuritaire pousse certains à craindre une nouvelle Intifada. Retour en images sur un mois de violences.


	Des Palestiniens nettoient des débris sur les tapis de la mosquée al-Aqsa à la suite d'affontements avec la police israélienne, dans la vieille ville de Jérusalem, le 13 septembre | Des jeunes s'étaient retranchés dans la mosquée al-Aqsa pour empêcher la venue de visiteurs juifs sur l'esplanade des mosquées. 
REUTERS/Ammar Awad

Des Palestiniens nettoient des débris sur les tapis de la mosquée al-Aqsa à la suite d'affontements avec la police israélienne, dans la vieille ville de Jérusalem, le 13 septembre | Des jeunes s'étaient retranchés dans la mosquée al-Aqsa pour empêcher la venue de visiteurs juifs sur l'esplanade des mosquées. 


	Des policiers israéliens empêchent des Palestiniennes d'entrer sur l'esplanade des mosquées, le 13 septembre | L’esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l’islam que les juifs révèrent comme le mont du Temple, leur site le plus sacré. Selon un statu quo décidé en 1967, les musulmans sont autorisés à se rendre à toute heure sur l’esplanade, et les juifs à y pénétrer à certaines heures, mais sans y prier. Régulièrement l'esplanade est fermée par les forces israéliennes et les Palestiniens qui ont le droit d'y rentrer sont sélectionnés selon leur âge –ce sont les plus âgés qui ont le droit d'y pénétrer.
REUTERS/Ammar Awad

Des policiers israéliens empêchent des Palestiniennes d'entrer sur l'esplanade des mosquées, le 13 septembre | L’esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l’islam que les juifs révèrent comme le mont du Temple, leur site le plus sacré. Selon un statu quo décidé en 1967, les musulmans sont autorisés à se rendre à toute heure sur l’esplanade, et les juifs à y pénétrer à certaines heures, mais sans y prier. Régulièrement l'esplanade est fermée par les forces israéliennes et les Palestiniens qui ont le droit d'y rentrer sont sélectionnés selon leur âge –ce sont les plus âgés qui ont le droit d'y pénétrer.


	Un membre des services de sécurité palestiniens essaie d'empêcher un garçon de lancer des pierres sur les forces israéliennes dans la ville d'Hébron, dans les territoires palestiniens, le 29 septembre | La semaine suivante, à la suite de la mort de deux palestiniens à Hébron, les tensions reprennent. Des milliers de policiers israéliens sont déployés dans Jérusalem en prévision de deux fêtes juives et musulmanes (respectivement Kippour et l’Aïd al-Adha) et la Cisjordanie est fermée. 
REUTERS/Mussa Qawasma

Un membre des services de sécurité palestiniens essaie d'empêcher un garçon de lancer des pierres sur les forces israéliennes dans la ville d'Hébron, dans les territoires palestiniens, le 29 septembre | La semaine suivante, à la suite de la mort de deux palestiniens à Hébron, les tensions reprennent. Des milliers de policiers israéliens sont déployés dans Jérusalem en prévision de deux fêtes juives et musulmanes (respectivement Kippour et l’Aïd al-Adha) et la Cisjordanie est fermée. 


	Un membre d'une équipe de secours nettoie le sang à l'endroit où un palestinien a été tué après qu'il a tué deux israéliens dans la vieille ville de Jérusalem, le 3 octobre | Les représailles mutuelles entre Palestiniens et colons en Cisjordanie se multiplient, ainsi que les attaques à l'arme blanche contre des israéliens à Jérusalem et à Tel-Aviv. 
REUTERS/Ammar Awad

Un membre d'une équipe de secours nettoie le sang à l'endroit où un palestinien a été tué après qu'il a tué deux israéliens dans la vieille ville de Jérusalem, le 3 octobre | Les représailles mutuelles entre Palestiniens et colons en Cisjordanie se multiplient, ainsi que les attaques à l'arme blanche contre des israéliens à Jérusalem et à Tel-Aviv. 


	Une proche d'Aharon Bennett, poignardé par un palestinien, pleure près du corps lors des funérailles à Jérusalem, le 4 octobre | Le 4 octobre le Premier ministre Benyamin Nétanyahou, a convoqué le conseil de sécurité. Il a été décidé que les destructions des maisons de meurtriers seraient accélérées et les détentions administratives multipliées. 
REUTERS/Ronen Zvulun

Une proche d'Aharon Bennett, poignardé par un palestinien, pleure près du corps lors des funérailles à Jérusalem, le 4 octobre | Le 4 octobre le Premier ministre Benyamin Nétanyahou, a convoqué le conseil de sécurité. Il a été décidé que les destructions des maisons de meurtriers seraient accélérées et les détentions administratives multipliées. 


	Des Palestiniens se trouvent dans la maison d'un militant rasée par les forces israéliennes à Jabel Mukaber, près de Jérusalem, le 6 octobre 2015 | Deux maisons ont été détruites. L'armée israélienne a déclaré avoir démoli la demeure du palestinien qui a tué quatre rabbins en novembre 2014 et un policier à Jérusalem avant qu'il se soit tué par la police, de même que le deuxième assaillant.
REUTERS/Ammar Awad

Des Palestiniens se trouvent dans la maison d'un militant rasée par les forces israéliennes à Jabel Mukaber, près de Jérusalem, le 6 octobre 2015 | Deux maisons ont été détruites. L'armée israélienne a déclaré avoir démoli la demeure du palestinien qui a tué quatre rabbins en novembre 2014 et un policier à Jérusalem avant qu'il se soit tué par la police, de même que le deuxième assaillant.


	Le corps d'Abdel-Rahman Abeidallah, un enfant de 13 ans tué par les forces israéliennes, lors de ses funérailles à Bethléem, dans les territoires palestiniens, le 6 octobre | Alors qu'il tentait de poignarder un jeune israélien, Abdel-Rahman Abeidallah a été abattu par les forces israéliennes. 
REUTERS/Mussa Qawasma

Le corps d'Abdel-Rahman Abeidallah, un enfant de 13 ans tué par les forces israéliennes, lors de ses funérailles à Bethléem, dans les territoires palestiniens, le 6 octobre | Alors qu'il tentait de poignarder un jeune israélien, Abdel-Rahman Abeidallah a été abattu par les forces israéliennes. 


	Un homme nettoie le sang d'un israélien blessé dans une attaque qui s'est déroulée dans la vieille ville de Jérusalem, le 7 octobre | Il s'agit de la troisième attaque à l'arme blanche dans la ville en moins d'une semaine. 
 REUTERS/Baz Ratner

Un homme nettoie le sang d'un israélien blessé dans une attaque qui s'est déroulée dans la vieille ville de Jérusalem, le 7 octobre | Il s'agit de la troisième attaque à l'arme blanche dans la ville en moins d'une semaine. 


	Des soldats israéliens arrêtent des manifestants palestiniens blessés, près de la colonie de Bet El, à proximité de Ramallah, dans les territoires palestiniens, le 7 octobre | Sur le blog Making-of de l'AFP, un journaliste de l'agence raconte que des agents israéliens infiltrés parmi des lanceurs de pierres palestiniens tiraient à balles réelles sur les manifestants auxquels ils s’étaient mêlés. 
REUTERS/Mohamad Torokman

Des soldats israéliens arrêtent des manifestants palestiniens blessés, près de la colonie de Bet El, à proximité de Ramallah, dans les territoires palestiniens, le 7 octobre | Sur le blog Making-of de l'AFP, un journaliste de l'agence raconte que des agents israéliens infiltrés parmi des lanceurs de pierres palestiniens tiraient à balles réelles sur les manifestants auxquels ils s’étaient mêlés. 


	Des secours israéliens se trouvent sur les lieux d'une attaque à Jérusalem, le 8 octobre | Quatre personnes viennent d'être agressées au tournevis dans les rues de Tel-Aviv et l'assaillant abattu par les forces israéliennes. 
REUTERS/Ammar Awad

Des secours israéliens se trouvent sur les lieux d'une attaque à Jérusalem, le 8 octobre | Quatre personnes viennent d'être agressées au tournevis dans les rues de Tel-Aviv et l'assaillant abattu par les forces israéliennes. 

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters