Dans les anciennes collections d'instruments gynécologiques et obstétriques
Santé

Dans les anciennes collections d'instruments gynécologiques et obstétriques

«Mon travail se concentre sur la vie des femmes dans l'histoire et aujourd'hui, explique Lindsey Beal. Je m'intéresse particulièrement à la technologie du passé et à la façon dont elle est toujours présente aujourd'hui.» La photographe s'est rendue dans les bibliothèques des universités de santé américaines pour photographier d'anciens instruments gynécologiques et obstrétiques, afin de tenter de répondre à de nombreuses questions: à quoi ressemblaient-ils avant? Sont-ils toujours utilisés? En quoi ont-ils changé? 

«J'ai eu l'idée de travailler sur ce projet il y a cinq ans, mais je ne l’ai commencé qu’il y a deux ans quand j'ai reçu une bourse de l'Université Duke pour photographier des instruments obstétriques et gynécologiques anciens issus de leurs collections. J'ai passé cinq jours immergée dans leurs collections, photographiant des instruments et visualisant des manuels, des feuilles et des figurines anatomiques. Cette expérience m'a ensuite permis d'approcher d'autres bibliothèques d’universités de la Nouvelle-Angleterre, comme Brown, Harvard et Yale. J'ai passé tout un été et l'automne à  photographier les collections, principalement à la bibliothèque historique médicale de Cushing/Whitney à Yale.»
Masque d'anesthésie. Université Duke, History of Medicine Collections, Bibliothèque de livres rares et de manuscrits David M. Rubenstein, XXe siècle. | Lindsey Beal

«J'ai eu l'idée de travailler sur ce projet il y a cinq ans, mais je ne l’ai commencé qu’il y a deux ans quand j'ai reçu une bourse de l'Université Duke pour photographier des instruments obstétriques et gynécologiques anciens issus de leurs collections. J'ai passé cinq jours immergée dans leurs collections, photographiant des instruments et visualisant des manuels, des feuilles et des figurines anatomiques. Cette expérience m'a ensuite permis d'approcher d'autres bibliothèques d’universités de la Nouvelle-Angleterre, comme Brown, Harvard et Yale. J'ai passé tout un été et l'automne à  photographier les collections, principalement à la bibliothèque historique médicale de Cushing/Whitney à Yale.»

«J'ai commencé par réfléchir au processus d'accouchement et à l'expérience de la grossesse. Je me suis intéressée aux instruments utilisés par les médecins dans le travail et dans l'accouchement ainsi que pendant la grossesse. À quoi ressemblaient-ils avant? Comment ont-ils changé? Je me suis adressée à un bibliothécaire médical qui m’a aidée à localiser les bibliothèques qui disposaient des objets historiques. J'ai ensuite commencé à les contacter pour photographier leurs collections. Les bibliothécaires, les archivistes et le personnel ont une connaissance approfondie de leurs collections et m’ont vraiment aidée à identifier et à dater les articles, mais aussi à me diriger vers diverses ressources.»
Coupe I. Université Duke, History of Medicine Collections, Bibliothèque de livres rares et de manuscrits David M. Rubenstein, date inconnue. | Lindsey Beal

«J'ai commencé par réfléchir au processus d'accouchement et à l'expérience de la grossesse. Je me suis intéressée aux instruments utilisés par les médecins dans le travail et dans l'accouchement ainsi que pendant la grossesse. À quoi ressemblaient-ils avant? Comment ont-ils changé? Je me suis adressée à un bibliothécaire médical qui m’a aidée à localiser les bibliothèques qui disposaient des objets historiques. J'ai ensuite commencé à les contacter pour photographier leurs collections. Les bibliothécaires, les archivistes et le personnel ont une connaissance approfondie de leurs collections et m’ont vraiment aidée à identifier et à dater les articles, mais aussi à me diriger vers diverses ressources.»

«Les instruments, ainsi que la médecine elle-même, ont une histoire complexe. L'histoire de la médecine a été chargée de racisme et de sexisme –des instruments ont souvent été testés de force sur les pauvres, les esclaves et les travailleurs et travailleuses du sexe. Inversement, sans ces instruments améliorés, de nombreuses femmes auraient par la suite dû accoucher de grossesses non désirées ou mourir en couches. Certains des objets ne sont plus utilisés, mais ils possèdent tous une fonction qui est toujours pertinente aujourd'hui. D'autres ont seulement eu de légères modifications (comme les pinces ou le spéculum) et sont toujours utilisés régulièrement.»
Pilon. Université de Brown, Bibliothèque John Hay, Rhode Island Medical Society Collection, 1912. | Lindsey Beal

«Les instruments, ainsi que la médecine elle-même, ont une histoire complexe. L'histoire de la médecine a été chargée de racisme et de sexisme des instruments ont souvent été testés de force sur les pauvres, les esclaves et les travailleurs et travailleuses du sexe. Inversement, sans ces instruments améliorés, de nombreuses femmes auraient par la suite dû accoucher de grossesses non désirées ou mourir en couches. Certains des objets ne sont plus utilisés, mais ils possèdent tous une fonction qui est toujours pertinente aujourd'hui. D'autres ont seulement eu de légères modifications (comme les pinces ou le spéculum) et sont toujours utilisés régulièrement.»

«“Speculum de Fergusson” a été la première image que j'ai prise à l'Université Duke. Je l'ai vu à travers le viseur et j'ai eu ce moment de “Ah ha!” que je cherche à chaque fois. C'est ce moment où vous vous demandez si tout cela va fonctionner et comment. Ensuite vous le voyez et vous savez que vous êtes sur la bonne voie...»
Speculum de Fergusson. Université Duke, History of Medicine Collections, bibliothèque de livres rares et de manuscrits David M. Rubenstein, 1880. | Lindsey Beal

«“Speculum de Fergusson” a été la première image que j'ai prise à l'Université Duke. Je l'ai vu à travers le viseur et j'ai eu ce moment de “Ah ha!” que je cherche à chaque fois. C'est ce moment où vous vous demandez si tout cela va fonctionner et comment. Ensuite vous le voyez et vous savez que vous êtes sur la bonne voie...»

«Les femmes allaitent parfois leurs bébés en utilisant des embouts pour atténuer les douleurs aux mamelons. Cela n'a pas changé: ce qui a changé, ce sont les différents matériaux utilisés. Celui-ci était en plomb, mais une fois que nous avons réalisé que le plomb rendait les nourrissons malades, nous avons cessé de l’utiliser.»
Protecteur de mamelon en plomb. Université Brown, Bibliothèque John Hay, Rhode Island Medical Society Collection, 1774. | Lindsey Beal

«Les femmes allaitent parfois leurs bébés en utilisant des embouts pour atténuer les douleurs aux mamelons. Cela n'a pas changé: ce qui a changé, ce sont les différents matériaux utilisés. Celui-ci était en plomb, mais une fois que nous avons réalisé que le plomb rendait les nourrissons malades, nous avons cessé de l’utiliser.»

«À certains égards, ces objets ne semblent pas avoir beaucoup évolué, notamment si vous regardez leur nature ou leur conception. Cependant, la mentalité des premiers médecins (dont certains pratiquaient et expérimentaient sur leurs patients) par rapport à ceux d'aujourd'hui qui jurent serment de “ne pas nuire”, est radicalement différente. Une chose que j'ai remarquée récemment, c'est que la plupart des obstétriciens et des gynécologues sont des femmes. Donc, en ce sens, la pratique a beaucoup évolué car elle inclut maintenant les femmes, sur lesquelles ces instruments ont été utilisés à un moment de l'histoire.»
Tube vaginal et spéculum. Université Duke, History of Medicine Collections, Bibliothèque de livres rares et de manuscrits David M. Rubenstein, début du XXe siècle. | Lindsey Beal

«À certains égards, ces objets ne semblent pas avoir beaucoup évolué, notamment si vous regardez leur nature ou leur conception. Cependant, la mentalité des premiers médecins (dont certains pratiquaient et expérimentaient sur leurs patients) par rapport à ceux d'aujourd'hui qui jurent serment de “ne pas nuire”, est radicalement différente. Une chose que j'ai remarquée récemment, c'est que la plupart des obstétriciens et des gynécologues sont des femmes. Donc, en ce sens, la pratique a beaucoup évolué car elle inclut maintenant les femmes, sur lesquelles ces instruments ont été utilisés à un moment de l'histoire.»

«J’ai pris la photo de ce spéculum à Harvard. Ils ont une collection incroyable d'instruments historiques. Beaucoup d’entre eux sont issus d'avant la théorie des germes, moment où le métal s'est imposé. Ici, les matériaux étaient en bois, en ivoire ou dans ce cas en corne. Il y a aussi une paire de pinces recouvertes de cuir que je souhaiterais re-photographier.»
Spéculum de Shepherd & Dudley Horn. Université d'Harvard, Bibliothèque de médecine Francis A. Countway, 1878. | Lindsey Beal

«J’ai pris la photo de ce spéculum à Harvard. Ils ont une collection incroyable d'instruments historiques. Beaucoup d’entre eux sont issus d'avant la théorie des germes, moment où le métal s'est imposé. Ici, les matériaux étaient en bois, en ivoire ou dans ce cas en corne. Il y a aussi une paire de pinces recouvertes de cuir que je souhaiterais re-photographier.»

«Les images de ma série initulée “Parturition” sont imprimées sous forme de plaques de verre en plexiglas 4x5 et sont placées dans des boîtes faites à la main et vues à travers une visionneuse ou une lumière naturelle. Je suis très attachée à lier le matériel et le processus au contenu de l'œuvre, en particulier dans l'histoire du sujet, je l’utilise pour influencer la présentation. J'ai souvent recours à des procédés photographiques historiques ou à l'histoire de la photographie à laquelle je rattache le contenu de mes expositions. Pour “Parturition”, je voulais faire référence aux autochromes de Lumière (premières diapositives en verre de couleur, qu’on date des années 1900 à 1930).»
Pince obstrétique de Smellie avec poignées en bois I. Université Duke, History of Medicine Collections, Bibliothèque de livres rares et de manuscrits David M. Rubenstein, années 1850. | Lindsey Beal

«Les images de ma série initulée “Parturition” sont imprimées sous forme de plaques de verre en plexiglas 4x5 et sont placées dans des boîtes faites à la main et vues à travers une visionneuse ou une lumière naturelle. Je suis très attachée à lier le matériel et le processus au contenu de l'œuvre, en particulier dans l'histoire du sujet, je l’utilise pour influencer la présentation. J'ai souvent recours à des procédés photographiques historiques ou à l'histoire de la photographie à laquelle je rattache le contenu de mes expositions. Pour “Parturition”, je voulais faire référence aux autochromes de Lumière (premières diapositives en verre de couleur, qu’on date des années 1900 à 1930).»

«Les plus grandes difficultés ont été d'essayer d'obtenir un financement pour un projet de cette nature. Honnêtement, c'est en partie à cause de cela que le projet a été plus lent que je ne l'aurais souhaité. Je ne sais pas si le climat politique ou la nature du projet est responsable, mais maintenant qu'il est terminé, le soutien est incroyable. Une autre difficulté a été d’éditer ces images pendant une période politiquement difficile aux États-Unis du fait de l'administration actuelle et de la menace constante sur les femmes et les mesures de santé qui les touchent.»
Ecarteur chirurgical II. Université Duke, History of Medicine Collections, Bibliothèque de livres rares et de manuscrits David M. Rubenstein, milieu du XXe siècle. | Lindsey Beal

«Les plus grandes difficultés ont été d'essayer d'obtenir un financement pour un projet de cette nature. Honnêtement, c'est en partie à cause de cela que le projet a été plus lent que je ne l'aurais souhaité. Je ne sais pas si le climat politique ou la nature du projet est responsable, mais maintenant qu'il est terminé, le soutien est incroyable. Une autre difficulté a été d’éditer ces images pendant une période politiquement difficile aux États-Unis du fait de l'administration actuelle et de la menace constante sur les femmes et les mesures de santé qui les touchent.»

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters