Hokusai, maître de la nature

L'œuvre d'Hokusai fait l'objet d'une exposition au Grand Palais, dont Slate est partenaire (jusqu'au 18 janvier 2015, avec une relâche entre le 21 et le 30 novembre). Mort à l'âge de 89 ans, Hokusai (1760-1849) consacrait ses journées à l'art. 550 de ses plus de 30.000 dessins sont aujourd'hui présentés au public au cours d'une exposition tournante. 

Alors qu'il a dû attendre la fin de l'ère Meiji et l'intérêt de l'Occident pour être reconnu dans son pays, il est aujourd'hui «considéré comme l'artiste japonais le plus important en Occident, mais surtout en France», résume Laure Dalon, conservatrice du patrimoine, et adjointe du directeur scientifique de la Réunion des musées nationaux. 

Sans être sa seule inspiration, la nature a été un fil rouge tout au long de la vie d'Hokusai.


	«Dans le creux d’une vague au large de Kanagawa» Série: Trente-six vues du mont Fuji Fugaku Sanjūrokkei Kanagawa oki namiura | Cette vague est la plus célèbre de l'œuvre d'Hokusai. Plusieurs exemplaires de cette estampe (le résultat d'une impression de gravure à partir d'un dessin original) seront exposés successivement au cours des différentes semaines. «Seules quelques personnes sont capables de faire la différence entre ses différentes vagues», précise Laure Dalon.

«Dans le creux d’une vague au large de Kanagawa» Série: Trente-six vues du mont Fuji Fugaku Sanjūrokkei Kanagawa oki namiura | Cette vague est la plus célèbre de l'œuvre d'Hokusai. Plusieurs exemplaires de cette estampe (le résultat d'une impression de gravure à partir d'un dessin original) seront exposés successivement au cours des différentes semaines. «Seules quelques personnes sont capables de faire la différence entre ses différentes vagues», précise Laure Dalon.

Crédit: Musées royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles 

	«Chōshi dans la province de Sōshū» Série: Mille images de la mer Chie no umi Sōshū chōshi | Les vagues sont parmi les œuvres les plus connues d'Hokusai. Elles font partie de ses plus belles allégories, et montrent la puissance de la nature. Leur résonnance est encore plus forte aujourd'hui, après les événements de 2011, quand un tsunami a frappé la côte est du Japon.
«Chōshi dans la province de Sōshū» Série: Mille images de la mer Chie no umi Sōshū chōshi Les vagues sont parmi les œuvres les plus connues d'Hokusai. Elles font partie de ses plus belles allégories, et montrent la puissance de la nature. Leur résonnance est encore plus forte aujourd'hui, après les événements de 2011, quand un tsunami a frappé la côte est du Japon.
Crédit: RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Thierry Olivier 

	Cent vues du mont Fuji Fugaku Hyakkei | Le Mont Fuji est un autre des paysages récurrents des œuvres d'Hosukai. Alors que la plupart des artistes de l'époque utilisaient le Mont Fuji comme une carte postale, Hokusai avait un rapport différent de ses contemporains. «Il s'intéressait à la manière dont un même motif traversait différentes périodes», explique Laure Dalon.
Cent vues du mont Fuji Fugaku Hyakkei Le Mont Fuji est un autre des paysages récurrents des œuvres d'Hosukai. Alors que la plupart des artistes de l'époque utilisaient le Mont Fuji comme une carte postale, Hokusai avait un rapport différent de ses contemporains. «Il s'intéressait à la manière dont un même motif traversait différentes périodes», explique Laure Dalon.
Crédit: Katsushika Hokusai Museum of Art    

	Dragon volant au-dessus du mont Fuji Fujigoshi Ryū Zu | Les œuvres d'Hokusai sont également empreintes de mythologie. Le maître japonais la mélangeait parfois avec des paysages plus communs comme ce dragon qui survole le Mont Fuji, l'un des paysages les plus présents dans l'art japonais.

Dragon volant au-dessus du mont Fuji Fujigoshi Ryū Zu Les œuvres d'Hokusai sont également empreintes de mythologie. Le maître japonais la mélangeait parfois avec des paysages plus communs comme ce dragon qui survole le Mont Fuji, l'un des paysages les plus présents dans l'art japonais.

Crédit: Obuse, The Hokusai Museum  

	Tigre regardant la lune Tsuki miru Tora Zu | «Les animaux avaient une place très importante dans le folklore japonais», rappelle la co-commissaire de l'exposition. Pourtant, ce genre d'œuvres n'a pas suffi à faire de lui un artiste majeur de son vivant. «Il a fallu attendre le milieu de XXe siècle pour cela.»

Tigre regardant la lune Tsuki miru Tora Zu «Les animaux avaient une place très importante dans le folklore japonais», rappelle la co-commissaire de l'exposition. Pourtant, ce genre d'œuvres n'a pas suffi à faire de lui un artiste majeur de son vivant. «Il a fallu attendre le milieu de XXe siècle pour cela.»

Crédit: Katsushika Hokusai Museum of Art

	Hortensias et hirondelles Ajisai ni tsubame | Au cours de sa carrière, la nature a pris une place de plus en plus importante dans l'œuvre de l'artiste japonais. Des paysages de faune et flore –comme cette hirondelle et ces hortensias– reviennent de plus en plus au fur et à mesure de sa vie d'artiste.

Hortensias et hirondelles Ajisai ni tsubame Au cours de sa carrière, la nature a pris une place de plus en plus importante dans l'œuvre de l'artiste japonais. Des paysages de faune et flore –comme cette hirondelle et ces hortensias– reviennent de plus en plus au fur et à mesure de sa vie d'artiste.

Crédit: RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Thierry Ollivier

	Le Fossé d’Ushigafuchi à Kudanzaka Kudan Ushigafuchi | Hokusai représentait également la vie quotidienne. «Ce qui interpelle, note Laure Dalon, c'est qu'il abordait tous les types de sujet. Sa curiosité touchait tous les domaines.»
Le Fossé d’Ushigafuchi à Kudanzaka Kudan Ushigafuchi Hokusai représentait également la vie quotidienne. «Ce qui interpelle, note Laure Dalon, c'est qu'il abordait tous les types de sujet. Sa curiosité touchait tous les domaines.»
Crédit: BnF, dist. Rmn-Grand Palais / image BnF

Plus de Grand Format

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte