Face à Daech, l'ennui
Monde

Face à Daech, l'ennui

Lors de mon premier passage à Bakufa, en juin dernier, j’ai d’abord été impressionné par la dégaine des trois combattants occidentaux de la milice chrétienne de Dwekh Nawsha: Louis, Jim et James. Tatoués ou bodybuildés, ils étaient tous surarmés et formaient une équipe intimidante.

La réalité est bien plus compliquée. Moi qui m’attendais à des fous de Dieu venus pour en découdre contre les monstres de Daech, j’ai rencontré des hommes à la recherche d’un sens à donner à leur vie. Un peu perdus, certainement pas fous. Pendant les deux journées que j’ai passées sur place, pas un mortier n’est tombé à proximité du QG de Dwekh Nawsha. C’est tout juste si j’ai entendu une rafale de mitrailleuse lourde. Petit à petit, les trois combattants m’ont dévoilé la réalité: ils s’ennuyaient.

 


	James et Sargon, l'interprète de la milice. Derrière, la colonne de fumée n'est pas due à un tir de mortier. Ce sont des détritus qui brûlent.
 © Charlie Duplan

James et Sargon, l'interprète de la milice. Derrière, la colonne de fumée n'est pas due à un tir de mortier. Ce sont des détritus qui brûlent.


	James et Louis entourent Albert, le chef de la milice qu'ils ont rejoint pour combattre Daech. L'Écossais et le Texan ne parlent pas un mot d'Arabe. Albert baragouine vaguement l'Anglais. Chez Dwekh Nawsha, on parle surtout avec les mains.
 © Charlie Duplan

James et Louis entourent Albert, le chef de la milice qu'ils ont rejoint pour combattre Daech. L'Écossais et le Texan ne parlent pas un mot d'Arabe. Albert baragouine vaguement l'Anglais. Chez Dwekh Nawsha, on parle surtout avec les mains.


	Albert, le chef de Dwekh Nawsha. Il m'a expliqué qu'il portait le Keffieh parce que «c’est le symbole de toutes les révolutions dans le monde arabe. Je fais comme le Che Guevara.»
 © Charlie Duplan

Albert, le chef de Dwekh Nawsha. Il m'a expliqué qu'il portait le Keffieh parce que «c’est le symbole de toutes les révolutions dans le monde arabe. Je fais comme le Che Guevara.»


	«Ici, il y a d’énormes possibilités niveau business, j’aimerais bien monter une entreprise de transport, pour importer des trucs depuis l’Europe après Daech», m'a confié Jim quand j'étais là-bas.
 © Charlie Duplan

«Ici, il y a d’énormes possibilités niveau business, j’aimerais bien monter une entreprise de transport, pour importer des trucs depuis l’Europe après Daech», m'a confié Jim quand j'étais là-bas.


	L'intérieur du QG de Dwekh Nawsha est plein à craquer de munitions, de mitrailleuses, de kalachnikovs et de fusils à pompe. 
 © Charlie Duplan

L'intérieur du QG de Dwekh Nawsha est plein à craquer de munitions, de mitrailleuses, de kalachnikovs et de fusils à pompe. 


	Souvent au programme: la gonflette. Les haltères sont faits avec des pièces de récup. Pour s'occuper, la milice joue aussi au basket de temps en temps.
 © Charlie Duplan

Souvent au programme: la gonflette. Les haltères sont faits avec des pièces de récup. Pour s'occuper, la milice joue aussi au basket de temps en temps.


	Louis le texan est un pro des réseaux sociaux. Facebook, Instagram, il publie tous les jours des compte-rendus de ses journées. Il en profite souvent pour insulter Daech au passage.
 © Charlie Duplan

Louis le texan est un pro des réseaux sociaux. Facebook, Instagram, il publie tous les jours des compte-rendus de ses journées. Il en profite souvent pour insulter Daech au passage.


	Jim me montre ses teckels, laissés en Angleterre. Une fois lancé sur le sujet, il peut en parler des heures. Et la magie opère: le skinhead combattant se transforme en réplique testostéronée de Brigitte Bardot. 
 © Charlie Duplan

Jim me montre ses teckels, laissés en Angleterre. Une fois lancé sur le sujet, il peut en parler des heures. Et la magie opère: le skinhead combattant se transforme en réplique testostéronée de Brigitte Bardot. 


	Sur le bras gauche de Jim, l'Union Jack et une plaque militaire. En l'honneur de son frère, tué en Afghanistan en 2006.
 © Charlie Duplan

Sur le bras gauche de Jim, l'Union Jack et une plaque militaire. En l'honneur de son frère, tué en Afghanistan en 2006.


	Pendant une patrouille dans le village de Bakufa.
 © Charlie Duplan

Pendant une patrouille dans le village de Bakufa.


	L'exercice principal de ces hommes est l'observation. Au loin, au niveau du château d'eau, la position de Daech. «La nuit, on voit leurs lumières» explique Louis.
© Charlie Duplan

L'exercice principal de ces hommes est l'observation. Au loin, au niveau du château d'eau, la position de Daech. «La nuit, on voit leurs lumières» explique Louis.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Les reptiles les plus venimeux au monde
Grand Format

Les reptiles les plus venimeux au monde

Newsletters