Les restes de la grandeur passée des discothèques italiennes
Culture / Monde

Les restes de la grandeur passée des discothèques italiennes

Dans cette série consacrée aux boîtes de nuit italiennes, le photographe turinois Antonio La Grotta explore le faste passé des nuits italiennes des années 80 et 90.


	Divina | Au cours des années 1980 et d’une partie des années 90, les immenses discothèques aux abords des villes italiennes étaient le cœur de la scène nocturne.

 Antonio La Grotta

Divina | Au cours des années 1980 et d’une partie des années 90, les immenses discothèques aux abords des villes italiennes étaient le cœur de la scène nocturne.


	Expo | Inspirés par le boom économique, les fêtards fréquentaient des lieux destinés à célébrer l’opulence et la splendeur, construits, ainsi que le photographe Antonio La Grotta les décrit, «assez grands pour contenir les rêves de succès, d’argent et d’amusement de milliers de personnes».

 Antonio La Grotta

Expo | Inspirés par le boom économique, les fêtards fréquentaient des lieux destinés à célébrer l’opulence et la splendeur, construits, ainsi que le photographe Antonio La Grotta les décrit, «assez grands pour contenir les rêves de succès, d’argent et d’amusement de milliers de personnes».


	Topkapi | Et puis les goûts changèrent. A la fin des années 1990, explique La Grotta, de plus petits bars et clubs ouvrirent à l’intérieur des villes, donnant des concerts live, invitant des DJs, écartant les noceurs des larges discothèques, transformant ces dernières en «baleines de ciment», échouées, n’abritant plus que «l’écho et la mélancolie».

  Antonio La Grotta

Topkapi | Et puis les goûts changèrent. A la fin des années 1990, explique La Grotta, de plus petits bars et clubs ouvrirent à l’intérieur des villes, donnant des concerts live, invitant des DJs, écartant les noceurs des larges discothèques, transformant ces dernières en «baleines de ciment», échouées, n’abritant plus que «l’écho et la mélancolie».


	Madrugada | Aujourd’hui, nombre d’anciennes discothèques sont abandonnées et croulantes, victimes de vandalisme. Elles sont parfois encore utilisées pour des soirées underground, des raves, mais la plupart du temps, elles accueillent des clochards. 

  Antonio La Grotta

Madrugada | Aujourd’hui, nombre d’anciennes discothèques sont abandonnées et croulantes, victimes de vandalisme. Elles sont parfois encore utilisées pour des soirées underground, des raves, mais la plupart du temps, elles accueillent des clochards. 


	Madrugada | La série d’Antonio La Grotta, «Les discothèques du paradis», revisite ces lieux qui furent un jour grandioses. 

  Antonio La Grotta

Madrugada | La série d’Antonio La Grotta, «Les discothèques du paradis», revisite ces lieux qui furent un jour grandioses. 


	Ultimo Impero | «J’aime photographier ce qu’on ne peut pas voir, ce qu’un endroit peut suggérer, même s’il ne le montre pas de manière claire et ouverte», explique le photographe par email. «Les boîtes que j’ai prises en photo représentent un cycle complet, de la vie à la mort, avec ses mystères»

  Antonio La Grotta

Ultimo Impero«J’aime photographier ce qu’on ne peut pas voir, ce qu’un endroit peut suggérer, même s’il ne le montre pas de manière claire et ouverte», explique le photographe par email. «Les boîtes que j’ai prises en photo représentent un cycle complet, de la vie à la mort, avec ses mystères»


	 Woodpecker

  Antonio La Grotta

 Woodpecker


	 Cesar Palace

  Antonio La Grotta

 Cesar Palace


	 La Nave

 Antonio La Grotta

 La Nave

Les «hommes caïmans» de Centrafrique nourrissent les fantasmes les plus fous
Grand Format

Les «hommes caïmans» de Centrafrique nourrissent les fantasmes les plus fous

La jeunesse ougandaise telle qu'elle est
Grand Format

La jeunesse ougandaise telle qu'elle est

Newsletters