T'es beau mon poulet!
Culture / Culture

T'es beau mon poulet!

Pendant un an, Ernest Goh, un photographe singapourien, a parcouru la Malaisie pour tirer le portrait de poulets d'ornement, en studio, lors des concours de beauté qui leur sont consacrés. Les volatiles sont jugés en fonction de leur tempérament, de la qualité de leurs ailes ou encore de la beauté de leurs plumes. Drôles et surprenantes, ses photographies sont regroupées dans un livre.

 


	«Chaque image a été prise de façon similaire. J’ai installé un studio portable lors des concours de beauté pour coqs et j’ai invité les propriétaires à me laisser faire le portrait de leurs poulets.» 
Ernest Goh

«Chaque image a été prise de façon similaire. J’ai installé un studio portable lors des concours de beauté pour coqs et j’ai invité les propriétaires à me laisser faire le portrait de leurs poulets.» 


	«Ils étaient d’accord la plupart du temps, mais parfois ils me regardaient comme si j’étais fou et ne comprenaient pas quel intérêt il pouvait y avoir à photographier un poulet.»
Ernest Goh

«Ils étaient d’accord la plupart du temps, mais parfois ils me regardaient comme si j’étais fou et ne comprenaient pas quel intérêt il pouvait y avoir à photographier un poulet.»


	«Mon précédent livre était un travail de portraits de poissons et j’ai trouvé que les poissons avaient des sortes d’expressions et peut-être une certaine forme de personnalité.»
Ernest Goh

«Mon précédent livre était un travail de portraits de poissons et j’ai trouvé que les poissons avaient des sortes d’expressions et peut-être une certaine forme de personnalité.»


	«J’ai donc cherché d’autres animaux qui pouvaient avoir des expressions et une personnalité marquée.» 
Ernest Goh

«J’ai donc cherché d’autres animaux qui pouvaient avoir des expressions et une personnalité marquée.» 


	«Les lions et les tigres sont connus pour être redoutables, mais je voulais travailler avec des animaux qui sont très présents au quotidien mais souvent négligés. Les poulets ont donc été des candidats parfaits.»
Ernest Goh

«Les lions et les tigres sont connus pour être redoutables, mais je voulais travailler avec des animaux qui sont très présents au quotidien mais souvent négligés. Les poulets ont donc été des candidats parfaits.»


	«Les poulets ne sont pas particulièrement coopératifs pendant les shootings donc à chaque fois il fallait beaucoup de temps pour arriver aux clichés que je voulais.» 
Ernest Goh

«Les poulets ne sont pas particulièrement coopératifs pendant les shootings donc à chaque fois il fallait beaucoup de temps pour arriver aux clichés que je voulais.» 


	«Les poulets défèquent aussi beaucoup, donc il fallait nettoyer plusieurs fois à chaque séance photo.»
Ernest Goh

«Les poulets défèquent aussi beaucoup, donc il fallait nettoyer plusieurs fois à chaque séance photo.»


	«Avec mon équipe, on a aussi dû apprendre à gérer correctement les poulets. Et comme ces poulets participaient à des concours de beauté, je ne voulais certainement pas froisser ni leurs plumes ni le propriétaire!»
Ernest Goh

«Avec mon équipe, on a aussi dû apprendre à gérer correctement les poulets. Et comme ces poulets participaient à des concours de beauté, je ne voulais certainement pas froisser ni leurs plumes ni le propriétaire!»

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Les vrais chiffres de la start-up nation
Grand Format

Les vrais chiffres de la start-up nation

Newsletters