Que sont devenues les énormes photos des héros communistes?
Politique / Monde

Que sont devenues les énormes photos des héros communistes?

«Comment le communisme a-t-il pu disparaître si rapidement?», s'est demandé Jan Banning. Pendant cinq ans, ce photographe s'est lancé dans un projet pour documenter ce qu'il reste du communisme aujourd'hui dans une sélection de pays comme l'Italie, la Russie ou encore le Népal. Il en a fait un livre, Red Utopia, co-publié par Ipso Facto (Pays-Bas) et Nazraeli (États-Unis). Son travail est également exposé dans le cadre d'une rétrospective au Musée de la photographie de La Haye, jusqu'au 2 septembre 2018.

«J’ai commencé ce projet en 2013, et j’ai pris la dernière image l’année dernière en Russie. J’ai décidé de me lancer dans ce travail pour au moins deux raisons. La première est que j’ai fait des études d’histoire, qu’elle m’a toujours intéressé et que j’aime observer le monde avec l’Histoire en tête. La seconde est que ce mouvement qui grandit depuis le XIXe siècle jusqu’à la fin du XXe semble s’être évaporé après la chute du Mur de Berlin.»
Le bureau du parti communiste de la fédération russe, dans le district de Borovitchi. | Jan Banning/Courtesy of Fontana Gallery, Amsterdam

«J’ai commencé ce projet en 2013, et j’ai pris la dernière image l’année dernière en Russie. J’ai décidé de me lancer dans ce travail pour au moins deux raisons. La première est que j’ai fait des études d’histoire, qu’elle m’a toujours intéressé et que j’aime observer le monde avec l’Histoire en tête. La seconde est que ce mouvement qui grandit depuis le XIXe siècle jusqu’à la fin du XXe semble s’être évaporé après la chute du Mur de Berlin.»

«Or, en théorie, il existe toujours des pays communistes, même si la Chine ou le Vietnam par exemple ont peu à voir avec l'idéologie de Marx ou Engels. Je me suis alors demandé: comment cela a-t-il pu disparaître si rapidement?»
Le comité local du parti communiste indien, dans le district de Cannanore. | Jan Banning/Courtesy of Fontana Gallery, Amsterdam

«Or, en théorie, il existe toujours des pays communistes, même si la Chine ou le Vietnam par exemple ont peu à voir avec l'idéologie de Marx ou Engels. Je me suis alors demandé: comment cela a-t-il pu disparaître si rapidement?»

«Je n’ai pas voulu concentrer mon travail sur les cinq pays officiellement communistes car je pense que le communisme y a peu à voir. Il s’agit en fait de sortes de dictatures qui n’ont rien d'un système d’aspiration égalitaire ou de collectivisation des moyens de production.»
Le bureau du parti communiste du Népal, dans le district de Sindhuli. Lila Shrestha, secrétaire et membre du comité central. | Jan Banning/Courtesy of Fontana Gallery, Amsterdam

«Je n’ai pas voulu concentrer mon travail sur les cinq pays officiellement communistes car je pense que le communisme y a peu à voir. Il s’agit en fait de sortes de dictatures qui n’ont rien d'un système d’aspiration égalitaire ou de collectivisation des moyens de production.»

«J’ai donc fait des recherches sur les pays dans lesquels le parti communiste a toujours une place aujourd’hui. L'État du Kerala, en Inde, est gouverné par une coalition communiste depuis le milieu des années 1950. Au Portugal, le communisme est toujours fort, même s'il l’est moins qu’au Népal par exemple. Mais au fil des mois, mon travail au Portugal est devenu de plus en plus compliqué car le parti communiste portugais n’aimait pas ce que je faisais, je me suis donc concentré plutôt sur l’Italie. En Italie, le communisme n’est plus très présent même si, dans les années 1970, il était le parti le plus fort du monde occidental.»
Rodrigo Jose de Silva, un militant, dans le bureau du parti communiste portugais de Borba, dans l'Alentejo. | Jan Banning/Courtesy of Fontana Gallery, Amsterdam

«J’ai donc fait des recherches sur les pays dans lesquels le parti communiste a toujours une place aujourd’hui. L'État du Kerala, en Inde, est gouverné par une coalition communiste depuis le milieu des années 1950. Au Portugal, le communisme est toujours fort, même s'il l’est moins qu’au Népal par exemple. Mais au fil des mois, mon travail au Portugal est devenu de plus en plus compliqué car le parti communiste portugais n’aimait pas ce que je faisais, je me suis donc concentré plutôt sur l’Italie. En Italie, le communisme n’est plus très présent même si, dans les années 1970, il était le parti le plus fort du monde occidental.»

«Au cours de ce travail, j’ai appris qu’en Russie ou au Portugal les communistes forment un mouvement de personnes âgées frustrées par le développement néolibéral et qui se sentent laissées pour compte. En Italie, il s’agit plutôt d'un mélange de vieux et de jeunes activistes. Si le parti est plus faible en Italie qu’au Portugal ou en Russie, je pense qu’il y a pourtant un futur plus probable du fait de la présence de jeunes.»
Une salle du parti communiste de la refondatio en Calabre, Italie. | Jan Banning/Courtesy of Fontana Gallery, Amsterdam

«Au cours de ce travail, j’ai appris qu’en Russie ou au Portugal les communistes forment un mouvement de personnes âgées frustrées par le développement néolibéral et qui se sentent laissées pour compte. En Italie, il s’agit plutôt d'un mélange de vieux et de jeunes activistes. Si le parti est plus faible en Italie qu’au Portugal ou en Russie, je pense qu’il y a pourtant un futur plus probable du fait de la présence de jeunes.»

«Certaines particularités visuelles m’ont frappé. En Russie, le parti communiste dirigeait le pays jusqu’en 1990. Ce qui est drôle c’est qu’aujourd’hui, les grands posters, les énormes photos qui étaient destinées à de grands bureaux se trouvent désormais dans de minuscules salles des petites villes. Je trouve que cela souligne d’autant plus la décomposition de ce parti.»
Le bureau du comité local du parti communiste de la fédération russe à Torjok, dans la province de Tver, Russie. La première secrétaire Olga Volnina est assise devant un portrait de Lénine. | Jan Banning/Courtesy of Fontana Gallery, Amsterdam

«Certaines particularités visuelles m’ont frappé. En Russie, le parti communiste dirigeait le pays jusqu’en 1990. Ce qui est drôle c’est qu’aujourd’hui, les grands posters, les énormes photos qui étaient destinées à de grands bureaux se trouvent désormais dans de minuscules salles des petites villes. Je trouve que cela souligne d’autant plus la décomposition de ce parti.»

«Une autre chose qui m’a questionné est la nature des images dans les bureaux. Au Népal, en Inde ou en Italie, on voit souvent des portraits de Che Guevara, mais pas en Russie, je n’en ai même jamais vu aucun. Or, pour attirer les jeunes, le choix de Che Guevara serait logique étant donné qu'il est devenu une pop-star communiste même si beaucoup ne savent pas qui il était vraiment.»
Le bureau du parti communiste italien de la refondation à Venise. Des militants –Primo Ardit, à gauche, et Valeria Dordit– sont assis à une table. | Jan Banning/Courtesy of Fontana Gallery, Amsterdam

«Une autre chose qui m’a questionné est la nature des images dans les bureaux. Au Népal, en Inde ou en Italie, on voit souvent des portraits de Che Guevara, mais pas en Russie, je n’en ai même jamais vu aucun. Or, pour attirer les jeunes, le choix de Che Guevara serait logique étant donné qu'il est devenu une pop-star communiste même si beaucoup ne savent pas qui il était vraiment.»

«J’ai voulu travailler en Afrique du Sud mais les militants exigeaient d’être photographiés dans des conditions strictes et sans intimité. Cela ne m’intéressait pas d’être un outil de propagande, ce n’était pas le but de mon travail alors j’ai refusé d'y travailler.»
Le comité local du parti communiste indien, dans le district de Cannanore. | Jan Banning/Courtesy of Fontana Gallery, Amsterdam

«J’ai voulu travailler en Afrique du Sud mais les militants exigeaient d’être photographiés dans des conditions strictes et sans intimité. Cela ne m’intéressait pas d’être un outil de propagande, ce n’était pas le but de mon travail alors j’ai refusé d'y travailler.»

«Les réactions ont été globalement positives. Les militants étaient fiers et agréablement surpris qu’un étranger s’intéresse à eux, surtout en Italie. Je me dis que l’intérêt si positif des Italiens a à voir avec les caractéristiques de leur idéologie.»
Un bureau du parti communiste de la refondation en Italie. | Jan Banning/Courtesy of Fontana Gallery, Amsterdam

«Les réactions ont été globalement positives. Les militants étaient fiers et agréablement surpris qu’un étranger s’intéresse à eux, surtout en Italie. Je me dis que l’intérêt si positif des Italiens a à voir avec les caractéristiques de leur idéologie.»

«La source d’inspiration principale des Italiens est Gramsci, qui insistait sur le rôle de la culture. Je pense que cette idéologie a survécu et permet de mieux comprendre d’autres artistes ou formes d’art et leur relation à la notion de liberté.»
Le bureau du comité du parti communiste du Népal, dans le district de Mahottari. | Jan Banning/Courtesy of Fontana Gallery, Amsterdam

«La source d’inspiration principale des Italiens est Gramsci, qui insistait sur le rôle de la culture. Je pense que cette idéologie a survécu et permet de mieux comprendre d’autres artistes ou formes d’art et leur relation à la notion de liberté.»

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

«Les mennonites vivent comme leurs ancêtres, sans voiture, sans téléphone et sans électricité»
Grand Format

«Les mennonites vivent comme leurs ancêtres, sans voiture, sans téléphone et sans électricité»

Newsletters