Colored only, par Hélène Jayet
Culture / Culture

Colored only, par Hélène Jayet

Depuis 2009, Hélène Jayet parcourt la rue du Château d'eau, dans le Xe arrondissement de Paris, à la recherche de modèles. «Ça commence par une fascination et puis ça devient une obsession», s'amuse la photographe. En plus d'être original, «Colored Only» interpelle et soulève de nombreuses questions sur le quotidien, les habitudes et les goûts d'une partie de notre population. Habituée des projets au long cours, Hélène Jayet mène aussi depuis sept ans un travail sur l'adoption intitulé «Adoptés, l'origine de l'histoire». Ses deux projets sont exposés jusqu'au 5 mai 2014 à l'occasion du festival Emoi photographique à Angoulême.


	«J’ai d’abord été attirée par l’ambiance électrique des salons de coiffures. J’ai tout de suite aimé les cancans, les ragots et parfois les bagarres aussi. Les gens se sentent chez eux dans ces salons et y passent beaucoup de temps. Pour moi, la rue du Château d’eau, dans le Xe arrondissement de Paris, c’est l’Afrique d’ici, et j’ai envie d’en parler.»
Helene Jayet / collectif Transit

«J’ai d’abord été attirée par l’ambiance électrique des salons de coiffures. J’ai tout de suite aimé les cancans, les ragots et parfois les bagarres aussi. Les gens se sentent chez eux dans ces salons et y passent beaucoup de temps. Pour moi, la rue du Château d’eau, dans le Xe arrondissement de Paris, c’est l’Afrique d’ici, et j’ai envie d’en parler.»


	«Au départ, je travaillais dans la rue, à la recherche des coupes les plus folles. Je pratiquais "le racolage" à la manière des rabatteurs des salons de coiffure. Mais c'était très difficile. Et j'étais tentée aussi par un travail en studio, alors j’ai fini par en installer un, chez Fabrice, un ami.» 
Helene Jayet / collectif Transit

«Au départ, je travaillais dans la rue, à la recherche des coupes les plus folles. Je pratiquais "le racolage" à la manière des rabatteurs des salons de coiffure. Mais c'était très difficile. Et j'étais tentée aussi par un travail en studio, alors j’ai fini par en installer un, chez Fabrice, un ami.» 


	«Hormis la récurrente question budgétaire, la plus grosse difficulté a été de convaincre les modèles! Mais ça rentre complètement dans ma démarche, et je prends cela comme un défi! Parfois je vais dans le quartier, je passe, je mange un morceau, je salue les uns et les autres et je ne fais pas d'images, je garde contact.»
Helene Jayet / collectif Transit

«Hormis la récurrente question budgétaire, la plus grosse difficulté a été de convaincre les modèles! Mais ça rentre complètement dans ma démarche, et je prends cela comme un défi! Parfois je vais dans le quartier, je passe, je mange un morceau, je salue les uns et les autres et je ne fais pas d'images, je garde contact.»


	«Le titre "Colored Only" dérange et remémore des souvenirs difficiles. Je souhaite faire un rappel du passé et du passif certes, mais à travers ces images  je voudrais transformer ce terme en quelque chose de positif.»
Helene Jayet / collectif Transit

«Le titre "Colored Only" dérange et remémore des souvenirs difficiles. Je souhaite faire un rappel du passé et du passif certes, mais à travers ces images  je voudrais transformer ce terme en quelque chose de positif.»


	«Idéalement, j’aimerais que cette série photographique aboutisse à la publication d’un livre. Mais pour cela, je voudrais étendre mon projet à plusieurs capitales pour chercher toujours plus de looks extraordinaires, révéler la diversité, les codes, les influences, et travailler sur la notion d'identité qui est un thème récurrent dans mon travail.»
Helene Jayet / collectif Transit

«Idéalement, j’aimerais que cette série photographique aboutisse à la publication d’un livre. Mais pour cela, je voudrais étendre mon projet à plusieurs capitales pour chercher toujours plus de looks extraordinaires, révéler la diversité, les codes, les influences, et travailler sur la notion d'identité qui est un thème récurrent dans mon travail.»

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

«Les pieds dans l'eau, tout le monde est vulnérable»
Grand Format

«Les pieds dans l'eau, tout le monde est vulnérable»

Newsletters