À la pêche aux belles cabanes du Canada
Monde

À la pêche aux belles cabanes du Canada

«Je suis un photographe d’architecture. Je photographie des objets et des bâtiments mais pour moi les cabanes des pêcheurs au Canada constituent la forme la plus basique d’architecture. Elles sont transportables, construites par leur propriétaire et ont toutes le même but: protéger du vent. Elles sont toutes similaires et en même temps toutes différentes», raconte le photographe canadien Richard Johnson. Depuis environ dix ans, il parcourt son pays pendant l’hiver pour photographier cette tradition centenaire.

Ice Hut #180, Beaverton, Lake Simcoe, Ontario, 2008 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson © 2007-2016 Richard Johnson Photography Inc, www.icehuts.ca

 

«Il y a quelques cabanes de pêcheurs près de Toronto; j’ai commencé comme ça, à faire juste quelques photos. Puis j’ai été envoyé à l’île-du-Prince-Édouard pour prendre des photographies d’architecture pour une entreprise. En regardant à travers la fenêtre de mon hôtel, j’ai vu qu’il y avait des cabanes. J’ai allongé mon voyage d’un jour et je les ai photographiées.»

Ice Hut #180, Beaverton, Lake Simcoe, Ontario, 2008 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson © 2007-2016 Richard Johnson Photography Inc, www.icehuts.ca

 

«Il y a quelques cabanes de pêcheurs près de Toronto; j’ai commencé comme ça, à faire juste quelques photos. Puis j’ai été envoyé à l’île-du-Prince-Édouard pour prendre des photographies d’architecture pour une entreprise. En regardant à travers la fenêtre de mon hôtel, j’ai vu qu’il y avait des cabanes. J’ai allongé mon voyage d’un jour et je les ai photographiées.»

Ice Hut # 202, Bedeque Bay, Summerside, Prince Edward Island, 2009 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson © 2007-2011 Richard Johnson Photography Inc, www.icehuts.ca

 

«J’avais de la chance car le temps était exactement ce que je cherchais. Il y avait beaucoup de neige et de glace, le ciel était clair et les contrastes gris. C’est cette lumière que j’aime.»

Ice Hut # 202, Bedeque Bay, Summerside, Prince Edward Island, 2009 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson © 2007-2011 Richard Johnson Photography Inc, www.icehuts.ca

 

«J’avais de la chance car le temps était exactement ce que je cherchais. Il y avait beaucoup de neige et de glace, le ciel était clair et les contrastes gris. C’est cette lumière que j’aime.»

Ice Hut # 427a, Riverton, Lake Winnipeg, Manitoba, 2010 |  From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson, www.icehuts.ca 

 

«Je pensais qu'il n'y avait ces cabanes qu'à Ontario ou à Québec. C’était une découverte, je ne savais pas du tout que ce sport était si populaire. Je me suis aussi dit que, s’il y en avait là, il devait y en avoir partout au Canada.»

Ice Hut # 427a, Riverton, Lake Winnipeg, Manitoba, 2010 |  From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson, www.icehuts.ca 

 

«Je pensais qu'il n'y avait ces cabanes qu'à Ontario ou à Québec. C’était une découverte, je ne savais pas du tout que ce sport était si populaire. Je me suis aussi dit que, s’il y en avait là, il devait y en avoir partout au Canada.»

Ice Hut # 475-Murray Point, Emma Lake, Saskatchewan, 2011 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson © 2007-2016 Richard Johnson Photography Inc, www.icehuts.ca

 

«J’ai ensuite décidé de travailler dans chaque province pour les chercher. Tous les ans, je fais environ 5.000 kilomètres. Je conduis à travers toutes les provinces pour trouver ces cabanes et le mauvais temps parce que je ne veux pas de ciel bleu ou de jours ensoleillés. Alors, même si je trouve des cabanes mais s’il fait beau, je ne fais pas d’images, le soleil fait des ombres et la neige est trop blanche.»

Ice Hut # 475-Murray Point, Emma Lake, Saskatchewan, 2011 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson © 2007-2016 Richard Johnson Photography Inc, www.icehuts.ca

 

«J’ai ensuite décidé de travailler dans chaque province pour les chercher. Tous les ans, je fais environ 5.000 kilomètres. Je conduis à travers toutes les provinces pour trouver ces cabanes et le mauvais temps parce que je ne veux pas de ciel bleu ou de jours ensoleillés. Alors, même si je trouve des cabanes mais s’il fait beau, je ne fais pas d’images, le soleil fait des ombres et la neige est trop blanche.»

Ice Hut # 497, Anglin Lake, Saskatchewan, 2011 |From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson © 2007-2016 Richard Johnson Photography Inc, www.icehuts.ca

 

«La saison de la pêche est très courte. En raison du poids de leur cabanes, les pêcheurs ont besoin d’une eau gelée. Ils laissent ensuite les cabanes pour six semaines environ. Mais la plupart de ces semaines sont ensoleillées, je n’ai donc en général que trois semaines pour photographier chaque année.»

Ice Hut # 497, Anglin Lake, Saskatchewan, 2011 |From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson © 2007-2016 Richard Johnson Photography Inc, www.icehuts.ca

 

«La saison de la pêche est très courte. En raison du poids de leur cabanes, les pêcheurs ont besoin d’une eau gelée. Ils laissent ensuite les cabanes pour six semaines environ. Mais la plupart de ces semaines sont ensoleillées, je n’ai donc en général que trois semaines pour photographier chaque année.»

Ice Hut 530, Joussard, Lesser Slave Lake, Alberta, 2011 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson, www.icehuts.ca

 

«Les pêcheurs percent un trou dans la glace à l'intérieur de leur cabane, pour y mettre leurs lignes. La pêche du marlin est la plus populaire sur la côte est et, là-bas, le trou dans la glace est plus grand. Ils s'assoient sur une chaise à l'intérieur de cabanes très sombres qui n'ont donc pas de fenêtres.»

Ice Hut 530, Joussard, Lesser Slave Lake, Alberta, 2011 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson, www.icehuts.ca

 

«Les pêcheurs percent un trou dans la glace à l'intérieur de leur cabane, pour y mettre leurs lignes. La pêche du marlin est la plus populaire sur la côte est et, là-bas, le trou dans la glace est plus grand. Ils s'assoient sur une chaise à l'intérieur de cabanes très sombres qui n'ont donc pas de fenêtres.»

Ice Hut #588, McLeods, Chaleur Bay, New Brunswick, 2012 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson, www.icehuts.ca

 

«Il y a deux sortes de pêcheurs. Les jeunes qui boivent beaucoup de bières et font des soirées dans les cabanes et les retraités qui sont très organisés et qui créent de vraies cabanes. À l’intérieur, c’est une construction très simple parce qu’ils ne veulent pas que ce soit trop lourd à déplacer car ils la transportent en camion pour la ramener chez eux après l’hiver.»

Ice Hut #588, McLeods, Chaleur Bay, New Brunswick, 2012 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson, www.icehuts.ca

 

«Il y a deux sortes de pêcheurs. Les jeunes qui boivent beaucoup de bières et font des soirées dans les cabanes et les retraités qui sont très organisés et qui créent de vraies cabanes. À l’intérieur, c’est une construction très simple parce qu’ils ne veulent pas que ce soit trop lourd à déplacer car ils la transportent en camion pour la ramener chez eux après l’hiver.»

Ice Hut # 672a, Deer Lake, Newfoundland, 2014 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson © 2007-2011 Richard Johnson Photography Inc, www.icehuts.ca

 

«Dans chaque région, les cabanes ont leurs particularités. Au Québec, elles sont montées sur des roues et il y a souvent la possibilité de faire un feu ou de dormir dedans. Elles sont grandes et ont une vraie dimension sociale car elles sont installées en communautés. À Ontario, il y a quelques villages mais aussi beaucoup de cabanes seules. Là-bas, elles sont montées sur un traîneau. Dans d'autres endroits, elles sont parfois montées sur des traîneaux, parfois sur des roues. Et, à Colombia, je n’en ai trouvé que cinq sur toute la province.»

Ice Hut # 672a, Deer Lake, Newfoundland, 2014 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson © 2007-2011 Richard Johnson Photography Inc, www.icehuts.ca

 

«Dans chaque région, les cabanes ont leurs particularités. Au Québec, elles sont montées sur des roues et il y a souvent la possibilité de faire un feu ou de dormir dedans. Elles sont grandes et ont une vraie dimension sociale car elles sont installées en communautés. À Ontario, il y a quelques villages mais aussi beaucoup de cabanes seules. Là-bas, elles sont montées sur un traîneau. Dans d'autres endroits, elles sont parfois montées sur des traîneaux, parfois sur des roues. Et, à Colombia, je n’en ai trouvé que cinq sur toute la province.»

Ice Hut # 793 Rimouski, Fleuve Saint Laurent, Quebec, 2015 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson,  www.icehuts.ca

 

«Je me suis rendu compte ces dernières années que l’hiver devient fou. Cette saison se raccourcit et le réchauffement a des conséquences sur les cabanes elles-mêmes. La météo rend les grosses et lourdes cabanes difficiles à enlever quand la neige commence à fondre et les pêcheurs ont maintenant inventé des cabanes légères, qui ressemblent presque plus à des tentes et qui ne sont montées que pour la journée. La couleur, les matériaux, les formes originales sont de plus en plus difficiles à trouver.»

Ice Hut # 793 Rimouski, Fleuve Saint Laurent, Quebec, 2015 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson,  www.icehuts.ca

 

«Je me suis rendu compte ces dernières années que l’hiver devient fou. Cette saison se raccourcit et le réchauffement a des conséquences sur les cabanes elles-mêmes. La météo rend les grosses et lourdes cabanes difficiles à enlever quand la neige commence à fondre et les pêcheurs ont maintenant inventé des cabanes légères, qui ressemblent presque plus à des tentes et qui ne sont montées que pour la journée. La couleur, les matériaux, les formes originales sont de plus en plus difficiles à trouver.»

Ice Hut # 885-La Baie Des Ha! Ha!, Quebec, 2016 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson © 2007-2016 Richard Johnson Photography Inc, www.icehuts.ca

 

«Aujourd'hui, je continue à travailler sur ce projet, mais je débute aussi de nouveaux chapitres. Je travaille sur l’intérieur des cabanes, par lequel j’essaie de créer un portrait à travers l’architecture. Si on voit leur intérieur, on a une idée du propriétaire selon les couleurs, le matériel utilisé, etc. Je souhaiterais ensuite travailler sur les pêcheurs eux-mêmes. Je pense qu’il est possible de travailler sur ce sujet encore pendant dix ans si je voulais! Même le changement climatique et comment les gens s'y adaptent est une autre histoire à suivre.»

Ice Hut # 885-La Baie Des Ha! Ha!, Quebec, 2016 | From the Series «Ice Huts» by Richard Johnson © 2007-2016 Richard Johnson Photography Inc, www.icehuts.ca

 

«Aujourd'hui, je continue à travailler sur ce projet, mais je débute aussi de nouveaux chapitres. Je travaille sur l’intérieur des cabanes, par lequel j’essaie de créer un portrait à travers l’architecture. Si on voit leur intérieur, on a une idée du propriétaire selon les couleurs, le matériel utilisé, etc. Je souhaiterais ensuite travailler sur les pêcheurs eux-mêmes. Je pense qu’il est possible de travailler sur ce sujet encore pendant dix ans si je voulais! Même le changement climatique et comment les gens s'y adaptent est une autre histoire à suivre.»

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters