«Le burlesque constitue un défi à un système, avec ironie»
Sociéte / Culture

«Le burlesque constitue un défi à un système, avec ironie»

Le burlesque? «“C'est une discipline démocratique”, comme le dit Eve La Plume.Il n'est pas obligatoire d’avoir un corps beau et fort. Il faut savoir le gérer”. Je pense que c'est une bonne leçon», explique Giovanni Cocco. Après avoir sillonné le monde avec des troupes d'artistes burlesques, ce photographe italien raconte le voyage dans un livre: Burladies.

«J’ai réalisé un reportage sur un festival annuel italien de Roccabilly, le SummerJamboRee, pour l'hebdomadaire L'Espresso. Pendant la soirée de clôture, il y avait un spectacle burlesque, c’était la première fois que j’en voyais un. Je suis resté totalement fasciné. Alors j'ai commencé à faire des recherches pour savoir où on le pratiquait en Italie. Je me suis rendu dans de nombreux clubs dans lesquels les stars internationales se produisaient et j'ai travaillé sur ce projet pendant plusieurs années. Cette photo a été prise à Bologne, en 2007, lors d'un tour avec les Sick Girls. Nous étions dans une tente appelée Rock Circus et les filles étaient sorties pendant la pause pour fumer une cigarette. C'est exactement le genre d'images que j'avais prévu de faire quand j'ai pensé le projet en amont.»

Giovanni Cocco

«J’ai réalisé un reportage sur un festival annuel italien de Roccabilly, le SummerJamboRee, pour l'hebdomadaire L'Espresso. Pendant la soirée de clôture, il y avait un spectacle burlesque, c’était la première fois que j’en voyais un. Je suis resté totalement fasciné. Alors j'ai commencé à faire des recherches pour savoir où on le pratiquait en Italie. Je me suis rendu dans de nombreux clubs dans lesquels les stars internationales se produisaient et j'ai travaillé sur ce projet pendant plusieurs années. Cette photo a été prise à Bologne, en 2007, lors d'un tour avec les Sick Girls. Nous étions dans une tente appelée Rock Circus et les filles étaient sorties pendant la pause pour fumer une cigarette. C'est exactement le genre d'images que j'avais prévu de faire quand j'ai pensé le projet en amont.»

«Giulia Rouge, une des SickGirls, une troupe de néo-burlesque, dans les coulisses du Rock Circus Cafe, à Bologne. Chaque photographie que je prends est le résultat d’une approche instinctive, presque viscérale que j'ai développée au fil des années. Ce travail donne à voir une expérience qui commence en profondeur en moi-même, qui capture mon corps et mon âme avant d'atteindre mes yeux. La première fois que j'ai assisté à un spectacle burlesque, cet instinct s'est manifesté puissamment. Et donc j'ai décidé de voyager loin, dans le but de m’immerger dans cette expérience et de libérer mon imagination.»

Giovanni Cocco

«Giulia Rouge, une des SickGirls, une troupe de néo-burlesque, dans les coulisses du Rock Circus Cafe, à Bologne. Chaque photographie que je prends est le résultat d’une approche instinctive, presque viscérale que j'ai développée au fil des années. Ce travail donne à voir une expérience qui commence en profondeur en moi-même, qui capture mon corps et mon âme avant d'atteindre mes yeux. La première fois que j'ai assisté à un spectacle burlesque, cet instinct s'est manifesté puissamment. Et donc j'ai décidé de voyager loin, dans le but de m’immerger dans cette expérience et de libérer mon imagination.»

«Cette photo est une de mes préférées, la performeuse semble s'être transformée en un animal exotique ou préhistorique. Le burlesque est un spectacle ancien lié au théâtre du XIXe siècle, né pendant l'Angleterre victorienne en tant que spectacle populaire. De belles femmes titillaient l'aristocratie de leur époque à travers la musique, les danses et des mœurs ironiques et provocantes. À la fin du XXe siècle, surfant sur la vague de la mode et de la culture vintage, les artistes burlesques se sont réinventés en créant le “new-burlesque”, un spectacle au cours duquel le strip-tease est seulement un élément et n’est plus obligatoire. Pendant le spectacle, il y a des chorégraphies, de la musique d'orchestre, des moments comiques et, pour la version contemporaine, la présence d’éléments fétiches et punk.»

Giovanni Cocco

«Cette photo est une de mes préférées, la performeuse semble s'être transformée en un animal exotique ou préhistorique. Le burlesque est un spectacle ancien lié au théâtre du XIXe siècle, né pendant l'Angleterre victorienne en tant que spectacle populaire. De belles femmes titillaient l'aristocratie de leur époque à travers la musique, les danses et des mœurs ironiques et provocantes. À la fin du XXe siècle, surfant sur la vague de la mode et de la culture vintage, les artistes burlesques se sont réinventés en créant le “new-burlesque”, un spectacle au cours duquel le strip-tease est seulement un élément et n’est plus obligatoire. Pendant le spectacle, il y a des chorégraphies, de la musique d'orchestre, des moments comiques et, pour la version contemporaine, la présence d’éléments fétiches et punk.»

«À cette période-là, je ne pouvais pas voyager à l'étranger pour des raisons personnelles, alors j'ai décidé de chercher des clubs italiens où les stars internationales se produisaient. J’ai travaillé principalement à Milan et à Rome, à cause du Voodoo de Luxe et du Micca Club. J’ai ensuite fait un voyage avec un groupe de filles, les Sick Girls, en tournée à Padoue, Florence, Pise et Bologne. Le boom Burlesque n'avait pas explosé encore en Italie, il n'était donc pas difficile d'avoir une accréditation pour le spectacle et ses coulisses. Ici nous sommes à Rome, dans les coulisses du Micca Club. Quelqu'un avait laissé ce revolver sur le piano, j'ai attendu que Blanche Lenoir ait fini sa performance et qu'elle revienne dans le vestiaire pour faire cette image.»

Giovanni Cocco

«À cette période-là, je ne pouvais pas voyager à l'étranger pour des raisons personnelles, alors j'ai décidé de chercher des clubs italiens où les stars internationales se produisaient. J’ai travaillé principalement à Milan et à Rome, à cause du Voodoo de Luxe et du Micca Club. J’ai ensuite fait un voyage avec un groupe de filles, les Sick Girls, en tournée à Padoue, Florence, Pise et Bologne. Le boom Burlesque n'avait pas explosé encore en Italie, il n'était donc pas difficile d'avoir une accréditation pour le spectacle et ses coulisses. Ici nous sommes à Rome, dans les coulisses du Micca Club. Quelqu'un avait laissé ce revolver sur le piano, j'ai attendu que Blanche Lenoir ait fini sa performance et qu'elle revienne dans le vestiaire pour faire cette image.»

«Voici une autre image prise à Rome, dans les coulisses du Micca Club, que j'aime beaucoup parce qu'elle dévoile un moment rare entre l'artiste Cherry Bloom et son assistant Dandy Wally. Nous sommes hors de scène, sans le public. J'ai toujours été attiré par show business, et particulièrement par les moments “normaux” des coulisses: quelle est la différence entre la scène et la vraie vie?»

Giovanni Cocco

«Voici une autre image prise à Rome, dans les coulisses du Micca Club, que j'aime beaucoup parce qu'elle dévoile un moment rare entre l'artiste Cherry Bloom et son assistant Dandy Wally. Nous sommes hors de scène, sans le public. J'ai toujours été attiré par show business, et particulièrement par les moments “normaux” des coulisses: quelle est la différence entre la scène et la vraie vie?»

«Sur cette photo prise au Royaume-Uni, la danseuse burlesque Leyla Rose boit un Coca Cola et du champagne en même temps. J'aime cette image car elle constitue un défi à un système, avec ironie, exactement comme la philosophie burlesque.»

Giovanni Cocco

«Sur cette photo prise au Royaume-Uni, la danseuse burlesque Leyla Rose boit un Coca Cola et du champagne en même temps. J'aime cette image car elle constitue un défi à un système, avec ironie, exactement comme la philosophie burlesque.»

«Cette artiste burlesque, Missy Malone, du Royaume-Unis, se trouve sur la scène de l'Apollo Dancing club de Milan. L'année dernière, après de nombreuses années de travail, j'ai décidé d’en faire un livre. J'avais besoin de clore définitivement ce travail. Je pense de plus en plus que la photographie doit être imprimée, car seulement de cette façon, elle se réalise.»

Giovanni Cocco

«Cette artiste burlesque, Missy Malone, du Royaume-Unis, se trouve sur la scène de l'Apollo Dancing club de Milan. L'année dernière, après de nombreuses années de travail, j'ai décidé d’en faire un livre. J'avais besoin de clore définitivement ce travail. Je pense de plus en plus que la photographie doit être imprimée, car seulement de cette façon, elle se réalise.»

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Des jardins extraordinairement petits
Grand Format

Des jardins extraordinairement petits

Tribus amérindiennes: «Le manque de représentation positive a un impact sur les jeunes générations»
Grand Format

Tribus amérindiennes: «Le manque de représentation positive a un impact sur les jeunes générations»

Newsletters