Rassemblement zen sur le toit du monde
Monde

Rassemblement zen sur le toit du monde

Situé à près de 4.000 mètres d'altitude, dans la préfécture autonome tibétaine de Garzê (province du Sichuan), se trouve l'institut bouddhiste Larung Gar. Fondé en 1980 par Khenpo Jigme Phuntsok, un lama influent du courant Nyingmapa, il comptait trente étudiants à l'époque. Il est maintenant l'un des plus gros centres d'études du bouddhisme tibétain dans le monde. 

 

Une fois par an, des milliers de personnes se rassemblent dans la vallée pour chanter et bénéficier des enseignements des moines. Retour en images. 


	Des drapeaux tibétains flottent au dessus de la vallée du Larung où se trouve l'institut, le 30 octobre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj

Des drapeaux tibétains flottent au dessus de la vallée du Larung où se trouve l'institut, le 30 octobre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj


	Des moines prient, le 30 octobre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj

Des moines prient, le 30 octobre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj


	Les photos des personnes disparues sont placées sur un mur près d'un monastère situé au dessus de l'institut, le 30 octobre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj

Les photos des personnes disparues sont placées sur un mur près d'un monastère situé au dessus de l'institut, le 30 octobre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj


	Des petites maisons occupées par les moines de l'institut, le 30 octobre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj

Des petites maisons occupées par les moines de l'institut, le 30 octobre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj


	Des moines gardent allumées les bougies au beurre de Yak, le 30 octobre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj

Des moines gardent allumées les bougies au beurre de Yak, le 30 octobre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj


	Des milliers de Tibétains se rassemblent pour écouter les enseignements des moines, le 31 octobre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj

Des milliers de Tibétains se rassemblent pour écouter les enseignements des moines, le 31 octobre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj


	Survolées par des vautours, des Tibétaines se protègent de l'odeur de décomposition des corps, le 31 octobre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj

	 

	Les corps des morts sont offerts aux vautours en haut de la montagne qui borde l'institut. Les nourrir de cette façon est considéré comme une marque de respect pour les personnes aimées décédées.

Survolées par des vautours, des Tibétaines se protègent de l'odeur de décomposition des corps, le 31 octobre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj

 

Les corps des morts sont offerts aux vautours en haut de la montagne qui borde l'institut. Les nourrir de cette façon est considéré comme une marque de respect pour les personnes aimées décédées.


	Sous des températures en dessous de 0°, un moine tibétain fait tourner son moulin à prières, le 1er novembre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj

Sous des températures en dessous de 0°, un moine tibétain fait tourner son moulin à prières, le 1er novembre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj


	Une ceinture et un chapeau traditionnels se trouvent à côté d'une femme qui se prosterne au monastère, le 1er novembre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj

Une ceinture et un chapeau traditionnels se trouvent à côté d'une femme qui se prosterne au monastère, le 1er novembre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj


	Une femme de la région du Kham porte un ornement traditionnel composé d'ambre et d'autres pierres, le 1er novembre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj

Une femme de la région du Kham porte un ornement traditionnel composé d'ambre et d'autres pierres, le 1er novembre 2015 | REUTERS/Damir Sagolj

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters