Dernière édition : le déclin d'un grand quotidien américain vu de l'intérieur
Économie

Dernière édition : le déclin d'un grand quotidien américain vu de l'intérieur

Pendant cinq ans, le photographe américain Will Steacy a disposé d’un accès illimité à la rédaction du Philadelphia Inquirer et à son centre d’impression. Dans les années 1990, ce grand quotidien employait plus de 700 personnes: ils ne sont plus que 200 aujourd'hui. Au cours de son travail, le photographe a assisté au licenciement de son père, employé au journal, et au déménagement de la rédaction hors des locaux historiques. Pour Slate, il commente quelques-unes de ses photos, jetant un regard souvent nostalgique sur un secteur en pleine mutation.


	Don Sapatkin, Deputy Science & Medicine Editor, 2009 | «Nous sommes tous familiers avec la presse, ce qu’on aime d’elle et ce qu’on n'aime pas, ce qu’elle a fait de bien et ce qu’elle a fait de mal, mais de façon surprenante, nous n’entendons que rarement les journalistes raconter leur propre histoire.»

Will Steacy

Don Sapatkin, Deputy Science & Medicine Editor, 2009 | «Nous sommes tous familiers avec la presse, ce qu’on aime d’elle et ce qu’on n'aime pas, ce qu’elle a fait de bien et ce qu’elle a fait de mal, mais de façon surprenante, nous n’entendons que rarement les journalistes raconter leur propre histoire.»


	A1 Budget Meeting, 2012 | «Les mots permettent aux photographies de rester honnêtes. Il est important pour moi que les gens qui ont travaillé dans cette rédaction, qui ont passé leur carrière en son sein soient activement impliqués dans ce projet et que leurs voix soient entendues.»

Will Steacy

A1 Budget Meeting, 2012 | «Les mots permettent aux photographies de rester honnêtes. Il est important pour moi que les gens qui ont travaillé dans cette rédaction, qui ont passé leur carrière en son sein soient activement impliqués dans ce projet et que leurs voix soient entendues.»


	William Johnson, Advertising Sales, 2011 | «Il semblerait qu’une large partie des Américains ne sont pas au courant de la crise de la presse papier. En 2013, le Pew Research Center indiquait que 60% des personnalités publiques américaines n’avaient pas entendu parler –ou peu– de ses combats financiers.»

Will Steacy

William Johnson, Advertising Sales, 2011 | «Il semblerait qu’une large partie des Américains ne sont pas au courant de la crise de la presse papier. En 2013, le Pew Research Center indiquait que 60% des personnalités publiques américaines n’avaient pas entendu parler –ou peu– de ses combats financiers.»


	Cubicle, Arts & Features Desk, 2011| «Depuis 2006, aux Etats-Unis, la presse papier a licencié 33% de sa force de travail. La rédaction de The Inquirer disposait de 700 employés à la fin des années 1990. Il ne sont plus que 200 aujourd’hui.»

Will Steacy

Cubicle, Arts & Features Desk, 2011«Depuis 2006, aux Etats-Unis, la presse papier a licencié 33% de sa force de travail. La rédaction de The Inquirer disposait de 700 employés à la fin des années 1990. Il ne sont plus que 200 aujourd’hui.»


	Midnight, Foreign Bureaus Gone Dark, 2011 | «Mon père a été journaliste au sein de la rédaction du Philadelphia Inquirer pendant 29 ans et a été licencié en 2011. Il est le descendant de cinq générations de journalistes.»

Will Steacy

Midnight, Foreign Bureaus Gone Dark, 2011 | «Mon père a été journaliste au sein de la rédaction du Philadelphia Inquirer pendant 29 ans et a été licencié en 2011. Il est le descendant de cinq générations de journalistes.»


	Buy Outs, 2012 | «Ce projet n’est pas qu’une histoire personnelle. Il entre dans une histoire bien plus large, celle de la financiarisation de la presse depuis 30 ans.»

Will Steacy

Buy Outs, 2012 | «Ce projet n’est pas qu’une histoire personnelle. Il entre dans une histoire bien plus large, celle de la financiarisation de la presse depuis 30 ans.»


	Former Staffers, 2011 | «Lorsque j’ai commencé ce projet, je ne m’imaginais pas voir mon père et de nombreuses autres personnes se faire licencier, les budgets coupés et l’Inquirer déménager de ses locaux historiques.»

Will Steacy

Former Staffers, 2011 | «Lorsque j’ai commencé ce projet, je ne m’imaginais pas voir mon père et de nombreuses autres personnes se faire licencier, les budgets coupés et l’Inquirer déménager de ses locaux historiques.»


	Jobs, 2010 | «Nous sommes à l’aube d’une révolution industrielle massive dont les conséquences économiques et sociales seront lourdes.»

Will Steacy

Jobs, 2010 «Nous sommes à l’aube d’une révolution industrielle massive dont les conséquences économiques et sociales seront lourdes.»


	A New Era, 2011 | «Les technologies de l’innovation ne créeront que plus d’inégalités dans le futur».

Will Steacy

A New Era, 2011 | «Les technologies de l’innovation ne créeront que plus d’inégalités dans le futur».


	iPhones Before They Were Given Out To Reporters & Editors, 2011 | «Une étude récente de l’université d’Oxford prédit que dans vingt ans, 47% des métiers d’aujourd’hui seront automatisés».

Will Steacy

iPhones Before They Were Given Out To Reporters & Editors, 2011 «Une étude récente de l’université d’Oxford prédit que dans vingt ans, 47% des métiers d’aujourd’hui seront automatisés».


	Decaffeinated, 2011 | «Avec une force de travail réduite, actuellement incapable de produire la couverture de qualité que les lecteurs attendent, de nombreux journaux luttent aujourd'hui pour garder les lecteurs intéressés et créer un équilibre viable entre le papier et le web».

Will Steacy

Decaffeinated, 2011 «Avec une force de travail réduite, actuellement incapable de produire la couverture de qualité que les lecteurs attendent, de nombreux journaux luttent aujourd'hui pour garder les lecteurs intéressés et créer un équilibre viable entre le papier et le web».


	Elevator Lobby, Night Of The Move, 2012 | «Gene Roberts, rédacteur en chef de The Inquirer de 1972 à 1990, journal qui a gagné 17 Pulitzers, a un jour dit: "Quand vous lisez un journal, vous ne lisez pas la production d’une seule personne, mais celle d’une institution avec un passé, un présent et, espérons-le, un futur. Toute l’intégrité de l’institution est présente dans ce journal"».

Will Steacy

Elevator Lobby, Night Of The Move, 2012 | «Gene Roberts, rédacteur en chef de The Inquirer de 1972 à 1990, journal qui a gagné 17 Pulitzers, a un jour dit: "Quand vous lisez un journal, vous ne lisez pas la production d’une seule personne, mais celle d’une institution avec un passé, un présent et, espérons-le, un futur. Toute l’intégrité de l’institution est présente dans ce journal"».


	Vernon Loeb & Entire Staff On His Last Day, 2011 | «La presse papier a été une pierre angulaire de la société américaine, tenant les institutions de notre pays, les chefs d’entreprises, les politiciens et les hommes d'affaires responsables de leurs actions.»

Will Steacy

Vernon Loeb & Entire Staff On His Last Day, 2011 | «La presse papier a été une pierre angulaire de la société américaine, tenant les institutions de notre pays, les chefs d’entreprises, les politiciens et les hommes d'affaires responsables de leurs actions.»


	Newsroom, Day After The Move, 2012 | «Lorsqu’une rédaction met la clé sous la porte, nous sommes laissés sans miroir vers le monde, nous perdons les liens avec nos villes et notre société et, à la fin, nous nous perdons nous-mêmes.»

Will Steacy

Newsroom, Day After The Move, 2012 | «Lorsqu’une rédaction met la clé sous la porte, nous sommes laissés sans miroir vers le monde, nous perdons les liens avec nos villes et notre société et, à la fin, nous nous perdons nous-mêmes.»

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

En Roumanie, le sacerdoce de la Dr Ciupitu
Grand Format

En Roumanie, le sacerdoce de la Dr Ciupitu

Les «hommes caïmans» de Centrafrique nourrissent les fantasmes les plus fous
Grand Format

Les «hommes caïmans» de Centrafrique nourrissent les fantasmes les plus fous

Newsletters