Un autre regard sur les Black Panthers
Histoire

Un autre regard sur les Black Panthers

En 1968, Ruth-Marion Baruch (1922-1997) et Pirkle Jones (1914-2009) rencontrent Kathleen Cleaver, en charge de la communication du Black Panthers Party, une structure politique et militaire engagée pour les droits des afro-américains. Le couple de photographes décide de suivre les activités du parti dans le but d'en montrer une image positive et militante. «Leurs photographies constituent un récit alternatif à l'histoire dominante des Black Panthers présentée par les agences de presse et la police à l'époque, explique Tim B. Wride, le commissaire principal de l'exposition. Leur but était de se rapporter aux Panthers et à la communauté qu'ils servaient comme des individus et s'éloigner de l'image des médias qui les présentaient comme une menace collective.»

 

Vingt-deux images sont actuellement exposées au Norton Museum of Art. L'exposition The Summer of '68: Photographing the Black Panthers se tient jusqu'au 17 janvier 2016. Les commentaires sous les photographies ont été écrits par l'équipe des commissaires de l'exposition.


	Manifestation de Black Panther, Alameda Co. Court House, Oakland, CA, lors du procès de Huey Newton, 1968 | «Les Black Panthers se rassemblaient régulièrement devant ce tribunal pour protester contre l'arrestation et le procès de Huey Newton, l'un des deux fondateurs du parti. Il était accusé d'avoir tué un policier lors d'un affrontement, en 1967, avant d'être acquité.»
Pirkle Jones / Norton Museum of Art

Manifestation de Black Panther, Alameda Co. Court House, Oakland, CA, lors du procès de Huey Newton, 1968 | «Les Black Panthers se rassemblaient régulièrement devant ce tribunal pour protester contre l'arrestation et le procès de Huey Newton, l'un des deux fondateurs du parti. Il était accusé d'avoir tué un policier lors d'un affrontement, en 1967, avant d'être acquité.»


	Rassemblement pour la libération de Huey, De Fremery Park, Oakland, CA, 1968 | «Huey Newton est né le 17 février 1942, à Los Angeles. Il forme avec Bobby Seale, en 1966, le parti des Black Panthers pour défendre les intérêts de la communauté afro-américaine.»
Pirkle Jones / Norton Museum of Art

Rassemblement pour la libération de Huey, De Fremery Park, Oakland, CA, 1968 | «Huey Newton est né le 17 février 1942, à Los Angeles. Il forme avec Bobby Seale, en 1966, le parti des Black Panthers pour défendre les intérêts de la communauté afro-américaine.»


	Black Panther Feeding Son, at Free Huey Rally, De Fremery Park, Oakland, CA, 1968 | «Les Black Panthers considéraient que le gouvernement apportait une réponse inadaptée aux problèmes auxquels devaient faire face les quartiers habités par des Afro-américains. Le parti essayait également d'améliorer la vie de la communauté en instaurant différentes intitiatives comme un programme de petits-déjeuners gratuits pour les enfants.»
Ruth-Marion Baruch / Norton Museum of Art

Black Panther Feeding Son, at Free Huey Rally, De Fremery Park, Oakland, CA, 1968 | «Les Black Panthers considéraient que le gouvernement apportait une réponse inadaptée aux problèmes auxquels devaient faire face les quartiers habités par des Afro-américains. Le parti essayait également d'améliorer la vie de la communauté en instaurant différentes intitiatives comme un programme de petits-déjeuners gratuits pour les enfants.»


	
		Baby Jesus X, San Francisco, CA, 1968 | «Le parti des Black Panthers a énoncé ses objectifs politiques dans un programme en dix points qui comprenait des demandes de logements, d'emploi et d'éducation pour les Afro-américains. Il appelait également à la fin de l'exploitation économique des communautés noires et à la mise en place de compensations pour l'esclavage qu'elles ont subi. Dans le document, le parti soulignait qu'il ne craignait pas de ponctuer son message par la force.»


	 
Ruth-Marion Baruch / Norton Museum of Art

Baby Jesus X, San Francisco, CA, 1968 «Le parti des Black Panthers a énoncé ses objectifs politiques dans un programme en dix points qui comprenait des demandes de logements, d'emploi et d'éducation pour les Afro-américains. Il appelait également à la fin de l'exploitation économique des communautés noires et à la mise en place de compensations pour l'esclavage qu'elles ont subi. Dans le document, le parti soulignait qu'il ne craignait pas de ponctuer son message par la force.»

 


	
		Getting the Black Panther newspaper ready for national distribution, Black Panther National Headquarters, Berkeley, CA, 1968 | «La Young Lords Organization publiait un journal mensuel qui traitait du parti et de ses luttes. Le deux premiers numéros abordaient les idées politiques et le programme en dix points.»


	 
Pirkle Jones / Norton Museum of Art

Getting the Black Panther newspaper ready for national distribution, Black Panther National Headquarters, Berkeley, CA, 1968 | «La Young Lords Organization publiait un journal mensuel qui traitait du parti et de ses luttes. Le deux premiers numéros abordaient les idées politiques et le programme en dix points.»

 


	
		
			
				Black Panther guard, Marin City, 1968 | «L'uniforme des Black Panthers (veste en cuir noire, T-shirt bleu, pantalon noir, chaussures noires et béret vert) était de nature militaire et avait pour but de renforcer l'unité du mouvement. Les deux fondateurs, Huey Newton et Bobby Seale, se sont inspirés des bérets de la Résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale.»
		
	


	 
Pirkle Jones / Norton Museum of Art

Black Panther guard, Marin City, 1968 | «L'uniforme des Black Panthers (veste en cuir noire, T-shirt bleu, pantalon noir, chaussures noires et béret vert) était de nature militaire et avait pour but de renforcer l'unité du mouvement. Les deux fondateurs, Huey Newton et Bobby Seale, se sont inspirés des bérets de la Résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale.»

 


	Une jeune femme au rassemblement pour la libération de Huey, De Fremery Park, Oakland, CA, 1968 | «Les activistes des Black Panthers et les sympathisants du mouvement ont réintroduit, dans les années 1960 et 1970, les coiffures, les vêtements et les accessoires dans la culture, comme signe d'unité et pour affirmer leur héritage africain. “Black Pride” et “Black is Beautiful” deviennent alors leurs slogans.»
Ruth-Marion Baruch / Norton Museum of Art

Une jeune femme au rassemblement pour la libération de Huey, De Fremery Park, Oakland, CA, 1968 | «Les activistes des Black Panthers et les sympathisants du mouvement ont réintroduit, dans les années 1960 et 1970, les coiffures, les vêtements et les accessoires dans la culture, comme signe d'unité et pour affirmer leur héritage africain. “Black Pride” et “Black is Beautiful” deviennent alors leurs slogans.»


	Eldridge Cleaver, ministre de l'information du parti des Black Panther, Editor of The Black Panther, auteur de Soul on Ice, lors du rassemblement pour la libération de Huey, Bobby Hutton Memorial Park, Oakland, CA, 1968 | «Eldridge Cleaver et sa femme Kathleen étaient deux figures de proue du mouvement des Black Panthers à Oakland. Lui était ministre de l'information. Elle était secrétaire chargée de la communication du parti. Elle a été la première personne du parti à soutenir le travail de Baruch et de Jones.»
Ruth-Marion Baruch / Norton Museum of Art

Eldridge Cleaver, ministre de l'information du parti des Black Panther, Editor of The Black Panther, auteur de Soul on Ice, lors du rassemblement pour la libération de Huey, Bobby Hutton Memorial Park, Oakland, CA, 1968 | «Eldridge Cleaver et sa femme Kathleen étaient deux figures de proue du mouvement des Black Panthers à Oakland. Lui était ministre de l'information. Elle était secrétaire chargée de la communication du parti. Elle a été la première personne du parti à soutenir le travail de Baruch et de Jones.»


	Une mère et son enfant, De Fremery Park, Oakland, CA, 1968 | «Les deux photographes ont choisi de produire des photographies qui soulignent l'humanité du parti des Black Panthers. Les images des familles et des individus avaient pour but d'insister sur les valeurs du parti en contraste avec le portrait violent dressé par les médias.»
Ruth-Marion Baruch / Norton Museum of Art

Une mère et son enfant, De Fremery Park, Oakland, CA, 1968 | «Les deux photographes ont choisi de produire des photographies qui soulignent l'humanité du parti des Black Panthers. Les images des familles et des individus avaient pour but d'insister sur les valeurs du parti en contraste avec le portrait violent dressé par les médias.»


	
		
			
				Black Panther in doorway of Manzanita Center, Marin City, CA, 1968 | Le parti a suscité des polémiques en raison de ses idées radicales et de ses actions violentes, jusqu'à son implosion en 1973.
		
	


	 
Ruth-Marion Baruch / Norton Museum of Art

Black Panther in doorway of Manzanita Center, Marin City, CA, 1968 | Le parti a suscité des polémiques en raison de ses idées radicales et de ses actions violentes, jusqu'à son implosion en 1973.

 

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

«Les pieds dans l'eau, tout le monde est vulnérable»
Grand Format

«Les pieds dans l'eau, tout le monde est vulnérable»

Newsletters