Une semaine dans le monde en 7 photos, du 30 janvier au 5 février 2021
Monde

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 30 janvier au 5 février 2021

Coup d'État militaire en Birmanie, inondations en France et campagne mondiale de vaccination contre le coronavirus... La semaine du 30 janvier au 5 février 2021 en images.

Des gens font la queue devant un centre de vaccination contre le Covid-19 installé sur le stade de baseball Coors Field, le 30 janvier, à Denver, dans le Colorado. Les États-Unis prévoient de vacciner tous les Américains d'ici à la fin de l'été. Pour ce faire, 200 millions de doses supplémentaires de vaccins ont été commandées par le pays. 
Chet Strange / AFP

Des gens font la queue devant un centre de vaccination contre le Covid-19 installé sur le stade de baseball Coors Field, le 30 janvier, à Denver, dans le Colorado. Les États-Unis prévoient de vacciner tous les Américains d'ici à la fin de l'été. Pour ce faire, 200 millions de doses supplémentaires de vaccins ont été commandées par le pays. 

Sur cette photo aérienne prise le 31 janvier, un bateau se trouve sur la rive d'un étang asséché après la baisse du niveau de l'eau au parc national des zones humides du lac Baima, à Huaian, dans la province du Jiangsu, dans l'est de la Chine. Les 53,6 millions d'hectares de zones humides que compte le pays renferment pas moins de 82% des ressources nationales en eau douce.
STR / AFP

Sur cette photo aérienne prise le 31 janvier, un bateau se trouve sur la rive d'un étang asséché après la baisse du niveau de l'eau au parc national des zones humides du lac Baima, à Huaian, dans la province du Jiangsu, dans l'est de la Chine. Les 53,6 millions d'hectares de zones humides que compte le pays renferment pas moins de 82% des ressources nationales en eau douce.

Un soignant vérifie l'état de santé d'un patient atteint du Covid-19. L'homme est arrivé dans une ambulance depuis la ville de Belterra, à Santarem, dans l'État de Para, au Brésil, pour être transféré par avion vers une unité de soins intensifs à Itaituba, le 1er février. Au Brésil, le coronavirus a fait plus de 220.000 morts. Dans la région de Manaus, le variant brésilien, plus contagieux, est devenu majoritaire en seulement un mois.
Tarso Sarraf / AFP

Un soignant vérifie l'état de santé d'un patient atteint du Covid-19. L'homme est arrivé dans une ambulance depuis la ville de Belterra, à Santarem, dans l'État de Para, au Brésil, pour être transféré par avion vers une unité de soins intensifs à Itaituba, le 1er février. Au Brésil, le coronavirus a fait plus de 220.000 morts. Dans la région de Manaus, le variant brésilien, plus contagieux, est devenu majoritaire en seulement un mois.

Les rues de Tartas, dans les Landes, sont inondées après le débordement de la Midouze, un affluent de l'Adour, à la suite d'intempéries, le 2 février. Dix-sept départements ont été placés en vigilance orange à cause des crues par Météo-France, qui différencie celles «en cours de propagation» dans le Sud-Ouest de celles «en formation» dans le Nord et l'Est. Une cinquantaine de routes dans le département des Landes et une vingtaine dans le département voisin de la Gironde ont été fermées en prévision. Le Lot-et-Garonne connaît actuellement la «crue la plus importante depuis quarante ans». 
Mehdi Fedouach EHDI / AFP

Les rues de Tartas, dans les Landes, sont inondées après le débordement de la Midouze, un affluent de l'Adour, à la suite d'intempéries, le 2 février. Dix-sept départements ont été placés en vigilance orange à cause des crues par Météo-France, qui différencie celles «en cours de propagation» dans le Sud-Ouest de celles «en formation» dans le Nord et l'Est. Une cinquantaine de routes dans le département des Landes et une vingtaine dans le département voisin de la Gironde ont été fermées en prévision. Le Lot-et-Garonne connaît actuellement la «crue la plus importante depuis quarante ans»

Un Soudanais examine des débris après de récentes violences dans le village d'al-Twail Saadoun, à 85 kilomètres au sud de la ville de Nyala, la capitale du Darfour du Sud, le 2 février. Près de vingt ans après la guerre, cette région située à l'ouest du pays connaît de nouvelles attaques contre des camps de déplacés et des villages qui ont fait plus de 200 morts et 100.000 déplacés. Ces violences ont éclaté à peine deux semaines après la fin de la mission de paix conjointe de l'ONU et de l'Union Africaine pour le maintien de la paix et de protection des civils.
Ashraf Shazly / AFP

Un Soudanais examine des débris après de récentes violences dans le village d'al-Twail Saadoun, à 85 kilomètres au sud de la ville de Nyala, la capitale du Darfour du Sud, le 2 février. Près de vingt ans après la guerre, cette région située à l'ouest du pays connaît de nouvelles attaques contre des camps de déplacés et des villages qui ont fait plus de 200 morts et 100.000 déplacés. Ces violences ont éclaté à peine deux semaines après la fin de la mission de paix conjointe de l'ONU et de l'Union Africaine pour le maintien de la paix et de protection des civils.

Un homme frappe sur un récipient en plastique pour faire du bruit après des appels à la protestation lancés sur les réseaux sociaux pour manifester contre l'arrestation de la dirigeante déchue Aung San Suu Kyi et d'autres responsables de son parti, à Yangon, le 3 février. Un mouvement de désobéissance civile s'organise dans le pays depuis le coup d'État militaire du 1er février. Les militaires ont déclaré l'état d'urgence pour un an et le vice-président, Myint Swe, a été nommé président par intérim.
STR / AFP

Un homme frappe sur un récipient en plastique pour faire du bruit après des appels à la protestation lancés sur les réseaux sociaux pour manifester contre l'arrestation de la dirigeante déchue Aung San Suu Kyi et d'autres responsables de son parti, à Yangon, le 3 février. Un mouvement de désobéissance civile s'organise dans le pays depuis le coup d'État militaire du 1er février. Les militaires ont déclaré l'état d'urgence pour un an et le vice-président, Myint Swe, a été nommé président par intérim.

Des policiers turcs arrêtent des manifestants lors d'un rassemblement de soutien aux étudiants de l'université de Bogazici. Ils protestent contre la nomination de Melih Bulu, un fidèle du parti au pouvoir, comme nouveau recteur de l'université, à Istanbul, le 4 février. Les étudiants se soulèvent depuis cinq semaines contre cette décision prise par le président Recep Tayyip Erdogan, en raison de la loyauté sans faille de Melih Bulu pour le Parti présidentiel de la justice et du développement (AKP). Ce mouvement a pris de l'ampleur après l’arrestation, samedi 30 janvier, de quatre étudiants accusés d'avoir exposé sur le campus une affiche ornée de drapeaux arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT, et jugée insultante envers l'islam. Le 1er février, des tireurs d'élite ont été déployés sur les toits des bâtiments de l'université, transformés en camp retranché.
Bulent Kilic / AFP

Des policiers turcs arrêtent des manifestants lors d'un rassemblement de soutien aux étudiants de l'université de Bogazici. Ils protestent contre la nomination de Melih Bulu, un fidèle du parti au pouvoir, comme nouveau recteur de l'université, à Istanbul, le 4 février. Les étudiants se soulèvent depuis cinq semaines contre cette décision prise par le président Recep Tayyip Erdogan, en raison de la loyauté sans faille de Melih Bulu pour le Parti présidentiel de la justice et du développement (AKP). Ce mouvement a pris de l'ampleur après l’arrestation, samedi 30 janvier, de quatre étudiants accusés d'avoir exposé sur le campus une affiche ornée de drapeaux arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT, et jugée insultante envers l'islam. Le 1er février, des tireurs d'élite ont été déployés sur les toits des bâtiments de l'université, transformés en camp retranché.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 27 février au 5 mars 2021
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 27 février au 5 mars 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 20 au 26 février 2021
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 20 au 26 février 2021

Newsletters