Au crépuscule, les sublimes ballets des étourneaux sansonnets
Sciences / Monde

Au crépuscule, les sublimes ballets des étourneaux sansonnets

Entre novembre et février, les étourneaux sansonnets en migration se rassemblent et se déploient dans le ciel au rythme de ballets somptueux. Est-ce une stratégie de défense collective pour se protéger des prédateurs? Une réaction aux mouvements de leurs voisins les plus proches? Le photographe Søren Solkær les a suivis dans les marais du sud de son pays natal, le Danemark, puis aux Pays-Bas, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni. Son dernier ouvrage, intitulé Black Sun, rassemble une sélection des plus belles de ses images.

«Il y a quatre ans, je terminais un livre et une exposition rétrospectifs de mes vingt-cinq ans de carrière en tant que portraitiste. J'ai eu envie de démarrer un nouveau projet sur tout à fait autre chose.»
Black Sun #14. | Søren Solkær

«Il y a quatre ans, je terminais un livre et une exposition rétrospectifs de mes vingt-cinq ans de carrière en tant que portraitiste. J'ai eu envie de démarrer un nouveau projet sur tout à fait autre chose.»

«J'ai le souvenir très fort, dans mon enfance, d'observer les ballets d'étourneaux sansonnets dans le ciel des marais de la côte ouest danoise entre novembre et février. Alors, je suis monté dans ma voiture et j'y suis allé pendant une semaine. Pendant cette période, j'ai pris une photo qui m'a beaucoup plu et je suis devenu passionné par ce sujet.»
Black Sun #34. | Søren Solkær

«J'ai le souvenir très fort, dans mon enfance, d'observer les ballets d'étourneaux sansonnets dans le ciel des marais de la côte ouest danoise entre novembre et février. Alors, je suis monté dans ma voiture et j'y suis allé pendant une semaine. Pendant cette période, j'ai pris une photo qui m'a beaucoup plu et je suis devenu passionné par ce sujet.»

«J'ai consacré deux ans à parcourir le Danemark jusqu'à la frontière allemande pour trouver les endroits où se rassemblent les plus grands groupes d'étourneaux. J'ai ensuite commencé à suivre ces oiseaux le long de leurs routes de migration. Cela m'a conduit aux Pays-Bas, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni. J'ai développé un réseau dans de nombreux pays et différentes personnes m'aident et m'informent quand les oiseaux sont là. J'ai également beaucoup utilisé Instagram, en suivant des hashtags spécifiques dans plusieurs langues.»
Black Sun #1. | Søren Solkær

«J'ai consacré deux ans à parcourir le Danemark jusqu'à la frontière allemande pour trouver les endroits où se rassemblent les plus grands groupes d'étourneaux. J'ai ensuite commencé à suivre ces oiseaux le long de leurs routes de migration. Cela m'a conduit aux Pays-Bas, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni. J'ai développé un réseau dans de nombreux pays et différentes personnes m'aident et m'informent quand les oiseaux sont là. J'ai également beaucoup utilisé Instagram, en suivant des hashtags spécifiques dans plusieurs langues.»

«J'ai probablement pris, au moins, 100.000 photos. J'ai édité mon travail au fur et à mesure du processus, pour ne pas être noyé à la fin. Je cherchais des images qui me parlaient: avec de belles formes, des icônes ou des symboles. J'ai surtout sélectionné les photos qui possédaient une qualité graphique picturale.»
Black Sun #6. | Søren Solkær

«J'ai probablement pris, au moins, 100.000 photos. J'ai édité mon travail au fur et à mesure du processus, pour ne pas être noyé à la fin. Je cherchais des images qui me parlaient: avec de belles formes, des icônes ou des symboles. J'ai surtout sélectionné les photos qui possédaient une qualité graphique picturale.»

«Ce projet a été très difficile techniquement, car la plupart des actions se déroulent au crépuscule alors qu'il fait déjà noir. Et il n'est pas facile de photographier des oiseaux qui volent rapidement. J'ai dû être extrêmement patient et persévérant –j'ai souvent passé une semaine sans résultats exploitables. Mais quand vous êtes présent au bon moment et qu'un ballet sublime se déroule devant un ciel étoilé magique, c'est absolument époustouflant. Le temps s'arrête.»
Black Sun #76. | Søren Solkær

«Ce projet a été très difficile techniquement, car la plupart des actions se déroulent au crépuscule alors qu'il fait déjà noir. Et il n'est pas facile de photographier des oiseaux qui volent rapidement. J'ai dû être extrêmement patient et persévérant j'ai souvent passé une semaine sans résultats exploitables. Mais quand vous êtes présent au bon moment et qu'un ballet sublime se déroule devant un ciel étoilé magique, c'est absolument époustouflant. Le temps s'arrête.»

«Je viens de terminer un livre sur ce travail, mais je pense continuer cette série encore longtemps. Ces “murmurations”, comme disent les Anglais, sont l'une des choses les plus étonnantes qu'il m'ait été donné de voir dans ma vie.»
Black Sun #57. | Søren Solkær

«Je viens de terminer un livre sur ce travail, mais je pense continuer cette série encore longtemps. Ces “murmurations”, comme disent les Anglais, sont l'une des choses les plus étonnantes qu'il m'ait été donné de voir dans ma vie.»

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 9 au 15 octobre 2021
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 9 au 15 octobre 2021

BD: l'histoire vraie d'un journaliste infiltré pour enquêter sur les bavures policières
Grand Format

BD: l'histoire vraie d'un journaliste infiltré pour enquêter sur les bavures policières

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio