Ces artistes célèbres aiment vraiment leurs chats
Culture

Ces artistes célèbres aiment vraiment leurs chats

Après quelques minutes de conversation avec Alison Nastasi, j’ai entendu son chat, Lynx, miauler derrière elle. Nastasi, artiste et journaliste, a récemment adopté Lynx et sa sœur Luna, qui traînent ensemble pendant qu’elle travaille dans son studio de Philadelphie. «Leur personnalité est si excentrique et unique. Quand je travaille, c’est très agréable de les avoir autour. Je peux me tourner vers elles quand j’ai un moment pour penser et réfléchir à quelque chose.»

 

Nastasi n’est pas la seule artiste à apprécier la compagnie d’un félin, ce qu’elle démontre dans son livre Artists and Their Cats, publié chez Chronicle en mars. Avec des photos de collections personnelles, de librairies et d’archives historiques, elle évoque la relation spéciale entre une cinquantaine des plus grandes sommités de l’art et leurs amis à fourrure. 


	Wanda Gág 

	Les chats sont de très bonne compagnie pour les artistes, explique Alison Nastasi, parce qu’ils possèdent des traits de caractère semblables à ceux de leur maître. «Il y a l’idée selon laquelle les artistes sont distants et indépendants, et peut-être rebelles aussi, donc je pense qu’ils y a des traits partagés entre les artistes et leurs chats de cette façon. Il y a beaucoup de stéréotypes là-dedans, mais je pense aussi qu’il y a beaucoup de vrai», dit-elle.
Photographe inconnu, photo utilisée avec la permission de la Minnesota Historical Society. 

Wanda Gág 

Les chats sont de très bonne compagnie pour les artistes, explique Alison Nastasi, parce qu’ils possèdent des traits de caractère semblables à ceux de leur maître. «Il y a l’idée selon laquelle les artistes sont distants et indépendants, et peut-être rebelles aussi, donc je pense qu’ils y a des traits partagés entre les artistes et leurs chats de cette façon. Il y a beaucoup de stéréotypes là-dedans, mais je pense aussi qu’il y a beaucoup de vrai», dit-elle.


	Salvador Dalí

	D’autres similarités vont au-delà de la coïncidence. Le peintre surréaliste Salvador Dalí, par exemple, avait un chat ocelot colombien nommé Babou, véritable extension de la propre personnalité égocentrique de l’artiste. Les deux étaient inséparables; Dali a même emmené Babou avec lui en croisière, à des dîners chics, et à une balade sur la tour Eiffel.
World Telegram & Sun Photo par Roger Higgins, avec l'autorisation de la Library of Congress.

Salvador Dalí

D’autres similarités vont au-delà de la coïncidence. Le peintre surréaliste Salvador Dalí, par exemple, avait un chat ocelot colombien nommé Babou, véritable extension de la propre personnalité égocentrique de l’artiste. Les deux étaient inséparables; Dali a même emmené Babou avec lui en croisière, à des dîners chics, et à une balade sur la tour Eiffel.


	John Cage
Avec l'autorisation de la John Cage Trust.

John Cage


	Florence Henri
Avec l'autorisation des archives Florence Henri/Martini et Ronchetti, Genoa.

Florence Henri


	Edward Gorey

	En plus d’être de parfaits partenaires, remarque Alison Nastasi, les chats peuvent aussi servir d’inspiration pour leurs propriétaires. L’illustrateur Edward Gorey, qui est connu, entre autres, pour ses dessins sombres et excentriques de «félins dodus et moustachus», les a représentés à partir de ses animaux également idiosyncratiques. Un de ses chats, explique Alison Nastasi, était estropié; un autre n’a pas ronronné avant d’avoir 10 ans.
Eleanor Garvey.

Edward Gorey

En plus d’être de parfaits partenaires, remarque Alison Nastasi, les chats peuvent aussi servir d’inspiration pour leurs propriétaires. L’illustrateur Edward Gorey, qui est connu, entre autres, pour ses dessins sombres et excentriques de «félins dodus et moustachus», les a représentés à partir de ses animaux également idiosyncratiques. Un de ses chats, explique Alison Nastasi, était estropié; un autre n’a pas ronronné avant d’avoir 10 ans.


	Henri Matisse

	Henri Matisse a eu des chats tout au long de sa carrière, et ils apparaissent dans sa peinture La Jeune Fille au chat noir.
Robert Capa, Copyright International Center of Photography/Magnum Photos.

Henri Matisse

Henri Matisse a eu des chats tout au long de sa carrière, et ils apparaissent dans sa peinture La Jeune Fille au chat noir.


	 Agnès Varda

	Quand c’était possible, Alison Nastasi a parlé personnellement avec les artistes pour en apprendre plus sur leur muse à quatre pattes, notamment avec la réalisatrice Agnès Varda, qui montre son chat bien-aimé, Zgougou, dans son documentaire Les Glaneurs et la Glaneuse. Néanmoins, beaucoup d’artistes présents dans le livre ne sont plus en vie ou n’étaient pas disponibles, ce qui signifie qu'Alison Nastasi a dû regarder les photos pour trouver des indices.

	Elle a découvert que les images ne donnaient pas que des aperçus d'où et comment ils travaillaient, mais révélaient aussi le caractère de ces artistes qui, pour beaucoup, ne semblaient pas avoir de point faible. «Ai Weiwei et Pablo Picasso ont toujours ce visage grincheux mais, quand vous regardez des photos d’eux et de leur chat, vous pouvez voir qu’il y a beaucoup de tendresse en eux. C’est juste une autre facette de leur personnalité, et une vision alternative de leur œuvre.»
Didier Doussin, utilisée avec sa permission.

 Agnès Varda

Quand c’était possible, Alison Nastasi a parlé personnellement avec les artistes pour en apprendre plus sur leur muse à quatre pattes, notamment avec la réalisatrice Agnès Varda, qui montre son chat bien-aimé, Zgougou, dans son documentaire Les Glaneurs et la Glaneuse. Néanmoins, beaucoup d’artistes présents dans le livre ne sont plus en vie ou n’étaient pas disponibles, ce qui signifie qu'Alison Nastasi a dû regarder les photos pour trouver des indices.

Elle a découvert que les images ne donnaient pas que des aperçus d'où et comment ils travaillaient, mais révélaient aussi le caractère de ces artistes qui, pour beaucoup, ne semblaient pas avoir de point faible. «Ai Weiwei et Pablo Picasso ont toujours ce visage grincheux mais, quand vous regardez des photos d’eux et de leur chat, vous pouvez voir qu’il y a beaucoup de tendresse en eux. C’est juste une autre facette de leur personnalité, et une vision alternative de leur œuvre.»


	 Claude Cahun
avec la permission du Jersey Heritage Museum.

 Claude Cahun


	 Arthur Rackham
Avec la permission de la Clarke Historical Library, Central Michigan University.

 Arthur Rackham


	Philip Burne Jones

	 
Bain News Service, utilisée avec la permission de la Library of Congress.

Philip Burne Jones

 


	 Georgia O’Keefe
John Candelario. avec la permission des archives photos du Palace of the Governors (NMHM/DCA), 165660.

 Georgia O’Keefe

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

La Grande Motte, icône des sixties
Grand Format

La Grande Motte, icône des sixties

Newsletters