Apprendre à vivre avec la dépression saisonnière
Monde

Apprendre à vivre avec la dépression saisonnière

Après un déménagement au Danemark, Arko Datto a découvert la dépression saisonnière. Plusieurs personnes ont accepté de lui parler de ce trouble avec lequel elles vivent depuis parfois de nombreuses années.


	«Mes dépressions saisonnières ont commencé quand j'avais 17 ans. Au départ, je ne savais pas ce que c'était. Au fil du temps, je devenais nerveux quand le mois de novembre approchait. Aujourd'hui, j'ai 40 ans et j'utilise la luminothérapie pendant au moins une demi-heure par jour.» –Thomas Steen.
Arko Datto

«Mes dépressions saisonnières ont commencé quand j'avais 17 ans. Au départ, je ne savais pas ce que c'était. Au fil du temps, je devenais nerveux quand le mois de novembre approchait. Aujourd'hui, j'ai 40 ans et j'utilise la luminothérapie pendant au moins une demi-heure par jour.» –Thomas Steen.


	«Ce n'est pas vraiment le froid le problème, mais plus le manque de soleil, quand le ciel est nuageux ou qu'il pleut. Quand il fait un froid glacial, qu'il y a de la neige et que le soleil brille dans le ciel bleu, je suis un homme heureux. Mais les hivers danois me poussent à aller vers l'équateur.» –Christoffer Holmsteen
Arko Datto  

«Ce n'est pas vraiment le froid le problème, mais plus le manque de soleil, quand le ciel est nuageux ou qu'il pleut. Quand il fait un froid glacial, qu'il y a de la neige et que le soleil brille dans le ciel bleu, je suis un homme heureux. Mais les hivers danois me poussent à aller vers l'équateur.» –Christoffer Holmsteen


	«Après avoir eu un enfant, je n'avais plus le temps pour la dépression saisonnière. Ma vie de tous les jours a été beaucoup plus comprimée.» –Pauline Drasbæek
Arko Datto  

«Après avoir eu un enfant, je n'avais plus le temps pour la dépression saisonnière. Ma vie de tous les jours a été beaucoup plus comprimée.» –Pauline Drasbæek


	«Il y a quelques années, quand je vivais tout le temps au Danemark, les hivers étaient interminables, presque insupportables. Depuis plusieurs hivers, je quitte le Danemark à cette période pour retrouver de l'énergie.» —Tejs Møller
Arko Datto  

«Il y a quelques années, quand je vivais tout le temps au Danemark, les hivers étaient interminables, presque insupportables. Depuis plusieurs hivers, je quitte le Danemark à cette période pour retrouver de l'énergie.» —Tejs Møller


	«Faire du sport est plutôt important pour moi et je pense que faire du vélo ici aide beaucoup. Je m'expose aussi au soleil depuis ma chambre pour essayer de récupérer un peu de vitamine D. Je vais aussi régulièrement au sauna.» —Lani Holmberg
Arko Datto  

«Faire du sport est plutôt important pour moi et je pense que faire du vélo ici aide beaucoup. Je m'expose aussi au soleil depuis ma chambre pour essayer de récupérer un peu de vitamine D. Je vais aussi régulièrement au sauna.» —Lani Holmberg


	«Le soleil, la lumière et la chaleur me manquent. La dépression est très présente pendant ces mois d'hiver. Quand je dois me lever, et commencer ma journée, quelqu'un à l'intérieur de moi demande "A quoi bon?"» —Peter Allan Bekke
Arko Datto  

«Le soleil, la lumière et la chaleur me manquent. La dépression est très présente pendant ces mois d'hiver. Quand je dois me lever, et commencer ma journée, quelqu'un à l'intérieur de moi demande "A quoi bon?"» —Peter Allan Bekke


	«L'été –quand il y a de la lumière naturelle de 4 heures à 22 heures– je ne me suis jamais vraiment relaxée. Je me sens coupable de ne pas être dehors. Quand les autres sont déprimés par l'hiver sombre, il me calme et me détend –comme si j'avais tout le temps du monde et  que je n'avais pas besoin de me précipiter.» —Trine Johanne Cederlöf
Arko Datto  

«L'été –quand il y a de la lumière naturelle de 4 heures à 22 heures– je ne me suis jamais vraiment relaxée. Je me sens coupable de ne pas être dehors. Quand les autres sont déprimés par l'hiver sombre, il me calme et me détend –comme si j'avais tout le temps du monde et  que je n'avais pas besoin de me précipiter.» —Trine Johanne Cederlöf


	«J'ai des enfants maintenant, et ils savent lire et imiter leur entourage. Je ne veux pas qu'ils souffrent également de dépression hivernale. Je promets que je ne serai pas déprimée de tout l'hiver!» —Sara Lynge Bjarnholt Olsen
Arko Datto  

«J'ai des enfants maintenant, et ils savent lire et imiter leur entourage. Je ne veux pas qu'ils souffrent également de dépression hivernale. Je promets que je ne serai pas déprimée de tout l'hiver!» —Sara Lynge Bjarnholt Olsen


	«Un des grands problèmes lorsque l'on souffre de dépression est de rester chez soi et de n'avoir aucun contact avec le monde extérieur. On peut vite devenir très seul. C'est là que mes chats entrent en jeu. Ils donnent de la vie à mon appartement.» —Nicole Ligaard Jensen
Arko Datto  

«Un des grands problèmes lorsque l'on souffre de dépression est de rester chez soi et de n'avoir aucun contact avec le monde extérieur. On peut vite devenir très seul. C'est là que mes chats entrent en jeu. Ils donnent de la vie à mon appartement.» —Nicole Ligaard Jensen

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 14 au 20 novembre 2020
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 14 au 20 novembre 2020

Cinéma ABC à Bruxelles, la nécropole du porno
Grand Format

Cinéma ABC à Bruxelles, la nécropole du porno

Newsletters