Les Grecs accueillent Angela Merkel à bras tendus
Monde

Les Grecs accueillent Angela Merkel à bras tendus

La visite d’Angela Merkel à Athènes a provoqué la colère des Grecs qui la tiennent pour responsable des maux dont souffre le pays. Déjà la veille de sa visite, des manifestants organisaient une «marche contre l’austérité». Lorsque, le 9 octobre 2012, Angela Merkel arrive à Athènes, elle est accueillie par plus de 25.000 personnes qui bravent l’interdiction de manifester décrétée dans la capitale par les autorités. De violents combats ont opposé les forces de l'ordre et les manifestants tout au long de la journée.

Des retraités manifestent dans les rues d’Athènes le 8 octobre 2012. Environ 500 retraités ont participé à une marche contre l’austérité à la veille de la visite d’Angela Merkel en Grèce.
REUTERS/Yannis Behrkis

Des retraités manifestent dans les rues d’Athènes le 8 octobre 2012. Environ 500 retraités ont participé à une marche contre l’austérité à la veille de la visite d’Angela Merkel en Grèce.

Un retraité lors de la marche contre l’austérité.
REUTERS/Yannis Behrkis

Un retraité lors de la marche contre l’austérité.

Le drapeau européen brûlé par des retraités pendant la marche contre l’austérité.
REUTERS/Yannis Behrkis

Le drapeau européen brûlé par des retraités pendant la marche contre l’austérité.

Des manifestants tiennent une banderole devant le Parlement grec. On peut y lire «Merkel dehors! Meurtre de 3.500 Grecs», ce dernier chiffre faisant référence au nombre supposé de suicides depuis le début de la crise.
REUTERS/John Kolesidis

Des manifestants tiennent une banderole devant le Parlement grec. On peut y lire «Merkel dehors! Meurtre de 3.500 Grecs», ce dernier chiffre faisant référence au nombre supposé de suicides depuis le début de la crise.

Un retraité pousse un policier pendant la marche contre l’austérité.
REUTERS/Yannis Behrkis

Un retraité pousse un policier pendant la marche contre l’austérité.

Angela Merkel est accueillie par le Premier ministre grec Antonis Samaras à son arrivée à l’aéroport Eleftherios Venizelos, près d’Athènes, le 9 octobre 2012. C’est la première visite de la chancelière allemande en Grèce depuis le début de la crise de la dette grecque il y a trois ans.
REUTERS/Dimitris Doudoumis

Angela Merkel est accueillie par le Premier ministre grec Antonis Samaras à son arrivée à l’aéroport Eleftherios Venizelos, près d’Athènes, le 9 octobre 2012. C’est la première visite de la chancelière allemande en Grèce depuis le début de la crise de la dette grecque il y a trois ans.

Des Grecques tiennent une banderole sur laquelle on peut lire «Merkel va-t’en» pendant une manifestation contre la venue d’Angela Merkel
REUTERS/Yannis Behrakis

Des Grecques tiennent une banderole sur laquelle on peut lire «Merkel va-t’en» pendant une manifestation contre la venue d’Angela Merkel

Des manifestants brûlent le drapeau nazi.
REUTERS/Yannis Behrakis

Des manifestants brûlent le drapeau nazi.

Des manifestants poussent une barricade posée par la police autour du Parlement grec.
REUTERS/Yannis Behrakis

Des manifestants poussent une barricade posée par la police autour du Parlement grec.

Antonis Samaras et  Angela Merkel entrent dans le bureau du Premier ministre.
REUTERS/Yorgos Karahalis

Antonis Samaras et  Angela Merkel entrent dans le bureau du Premier ministre.

Des manifestants installent des barricades.
REUTERS/Yannis Behrakis

Des manifestants installent des barricades.

Des manifestants déguisés en nazis agitent le drapeau du IIIe Reich et le drapeau grec à bord d’une voiture à toit ouvrant sur la place Syntagma.
REUTERS/Yannis Behrakis

Des manifestants déguisés en nazis agitent le drapeau du IIIe Reich et le drapeau grec à bord d’une voiture à toit ouvrant sur la place Syntagma.

La police tente de disperser les manifestants.
REUTERS/Grigoris Siamidis

La police tente de disperser les manifestants.

Une manifestante provoque la police sur la place Syntagma.
REUTERS/Yannis Behraki

Une manifestante provoque la police sur la place Syntagma.

Un manifestant court nu devant le parlement sur la place Syntagma.
REUTERS/John Kolesidis

Un manifestant court nu devant le parlement sur la place Syntagma.

Antonis Samaras écoute Angela Merkel pendant leur conférence de presse à la Villa Maximos d’Athènes.
REUTERS/Thanassis Stavrakis

Antonis Samaras écoute Angela Merkel pendant leur conférence de presse à la Villa Maximos d’Athènes.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Les reptiles les plus venimeux au monde
Grand Format

Les reptiles les plus venimeux au monde

Newsletters