«Pourquoi est-ce que vous avez une arme?»
Monde

«Pourquoi est-ce que vous avez une arme?»

Au premier coup d'œil, les personnes présentes dans les portraits de Kyle Cassidy ne pourraient pas être plus différentes les unes des autres. Elles sont d'âges, de races, de genres différents, et elles viennent de tout les États-Unis. Mais elles ont une chose en commun: une arme à feu. En 2004, Kyle Cassidy a commencé à se demander pourquoi les gens s'en procurent. Pour enquêter, il a acheté une arme et a commencé à traîner autour d'un magasin dédié, à Philadelphie, où il habite. Au cours des trois années suivantes, il a fait trois voyages à travers le pays, et photographié des propriétaires d'armes chez eux. Il leur a également demandé une simple question –«Pourquoi est-ce que vous avez une arme?»– et a enregistré les réponses. «J'ai réalisé qu'il n'y avait pas qu'une seule culture des armes, j'en ai rencontré plusieurs», explique-t-il.


	Kyle Cassidy  I  Victora, Cathy et Raphael avec Romulus et Remus, en Pennsylvanie.

	 

	Raphael: «J'ai étudié la justice pénale à la fac, et même si je suis un gros soutien des autorités, j'ai toujours été frappé par leur incapacité à réagir. En d'autres mots, trop souvent, le crime a déjà été commis avant que les autorités n'arrivent. Le message était fort et clair. C'est à nous, en tant que citoyens, de nous protéger, nous, nos familles, et notre propriété. Notre Constitution nous offre le droit et la méthode par laquelle on peut atteindre cet objectif. J'ai choisi d'exercer ce droit.»

Kyle Cassidy  I  Victora, Cathy et Raphael avec Romulus et Remus, en Pennsylvanie.

 

Raphael: «J'ai étudié la justice pénale à la fac, et même si je suis un gros soutien des autorités, j'ai toujours été frappé par leur incapacité à réagir. En d'autres mots, trop souvent, le crime a déjà été commis avant que les autorités n'arrivent. Le message était fort et clair. C'est à nous, en tant que citoyens, de nous protéger, nous, nos familles, et notre propriété. Notre Constitution nous offre le droit et la méthode par laquelle on peut atteindre cet objectif. J'ai choisi d'exercer ce droit.»


	Kyle Cassidy  I  Bash avec Cisco, en Pennsylvanie.

	 

	«Je pense simplement que c'est une bonne chose que d'en avoir une.»

Kyle Cassidy  I  Bash avec Cisco, en Pennsylvanie.

 

«Je pense simplement que c'est une bonne chose que d'en avoir une.»


	Kyle Cassidy  I  Michelle et Kyle, dans le Missouri. 

	 

	Kyle: «Il y a trop d'idiots qui ont des armes. J'ai de gros problèmes avec une partie de cette culture. J'ai rencontré des gens complètement irresponsables qui ont des armes, et qui nous font à tous une mauvaise publicité. Ils ne semblent pas comprendre la responsabilité que l'on endosse quand on possède et qu'on utilise des armes à feu. Ma mission, c'est donc de faire en sorte qu'autant de gens que possible viennent sur un stand de tir, pour que j'attire leur attention sur le sujet et qu'il y ait plus de propriétaires d'armes responsables dans notre société. Je prêche constamment l'importance de suivre un cours de sécurité, et celle de développer les bonnes habitudes dès le début. Et puis, puisque la majorité de mes amis sont des progressistes, j'essaie d'apporter ma pierre à l'édifice pour ne pas tomber dans un débat partisan ridicule sur le droit ou non de posséder des armes. Et, bien sûr, les armes sont une très bonne défense face aux cadavres, si mon quartier devait un jour être victime d'une invasion de zombies.» 

	Michelle: «Les armes, ce n'est pas trop mon truc. J'en ai une parce qu'il y en a dans la maison, et je me suis dit que je devrais savoir comment les utiliser.»

Kyle Cassidy  I  Michelle et Kyle, dans le Missouri. 

 

Kyle: «Il y a trop d'idiots qui ont des armes. J'ai de gros problèmes avec une partie de cette culture. J'ai rencontré des gens complètement irresponsables qui ont des armes, et qui nous font à tous une mauvaise publicité. Ils ne semblent pas comprendre la responsabilité que l'on endosse quand on possède et qu'on utilise des armes à feu. Ma mission, c'est donc de faire en sorte qu'autant de gens que possible viennent sur un stand de tir, pour que j'attire leur attention sur le sujet et qu'il y ait plus de propriétaires d'armes responsables dans notre société. Je prêche constamment l'importance de suivre un cours de sécurité, et celle de développer les bonnes habitudes dès le début. Et puis, puisque la majorité de mes amis sont des progressistes, j'essaie d'apporter ma pierre à l'édifice pour ne pas tomber dans un débat partisan ridicule sur le droit ou non de posséder des armes. Et, bien sûr, les armes sont une très bonne défense face aux cadavres, si mon quartier devait un jour être victime d'une invasion de zombies.» 

Michelle: «Les armes, ce n'est pas trop mon truc. J'en ai une parce qu'il y en a dans la maison, et je me suis dit que je devrais savoir comment les utiliser.»


	Kyle Cassidy  I  Avery, Miles, Gregg, et Theresa à Ginny, dans l'Arizona. 

	 

	Gregg: «Les gens qui sont anti-armes peuvent donner exemple après exemple, problème après problème où les armes ne sont d'aucune utilité –et je suis d'accord avec eux. Mais s'il y a une 101e fois, une fois sur les 101 où avoir une arme peut sauver votre enfant, où vous vendriez votre âme ou échangeriez tout ce que vous avez pour en posséder une.»

	Theresa: «Il y a quelques années, j'ai vu un cambrioleur à la télévision expliquer que sa plus grande peur était un propriétaire avec une arme, et que si l'on en pointait une dans sa direction, il se rendrait, et que s'il savait qu'il y avait une arme dans une maison, il n'irait pas la cambrioler. D'ailleurs, c'est comme ça qu'il s'est fait attraper: une femme a pointé une arme sur lui pendant qu'il la cambriolait. Je ne voudrais pas être dans une situation où j'aurais besoin d'une arme pour protéger ma famille et où je n'en ai pas. Et puis on aime bien faire du tir sportif.»

Kyle Cassidy  I  Avery, Miles, Gregg, et Theresa à Ginny, dans l'Arizona. 

 

Gregg: «Les gens qui sont anti-armes peuvent donner exemple après exemple, problème après problème où les armes ne sont d'aucune utilité –et je suis d'accord avec eux. Mais s'il y a une 101e fois, une fois sur les 101 où avoir une arme peut sauver votre enfant, où vous vendriez votre âme ou échangeriez tout ce que vous avez pour en posséder une.»

Theresa: «Il y a quelques années, j'ai vu un cambrioleur à la télévision expliquer que sa plus grande peur était un propriétaire avec une arme, et que si l'on en pointait une dans sa direction, il se rendrait, et que s'il savait qu'il y avait une arme dans une maison, il n'irait pas la cambrioler. D'ailleurs, c'est comme ça qu'il s'est fait attraper: une femme a pointé une arme sur lui pendant qu'il la cambriolait. Je ne voudrais pas être dans une situation où j'aurais besoin d'une arme pour protéger ma famille et où je n'en ai pas. Et puis on aime bien faire du tir sportif.»


	Kyle Cassidy  I  Nicky, en Pennsylvanie.

	 

	«J'ai 32 armes de poing, et 17 armes lourdes. Je ne suis pas un collectionneur. J'adore acheter des armes. Si je devais choisir, je ne sais pas si je me séparais de mes armes ou de ma moto.»

Kyle Cassidy  I  Nicky, en Pennsylvanie.

 

«J'ai 32 armes de poing, et 17 armes lourdes. Je ne suis pas un collectionneur. J'adore acheter des armes. Si je devais choisir, je ne sais pas si je me séparais de mes armes ou de ma moto.»


	Kyle Cassidy  I  Barbara et Ryan, avec Mauser et Star, en Pennsylvanie. 

	 

	Barbara: «J'ai une arme de poing pour me défendre. J'ai aussi une carabine pour le tir. J'ai les deux parce que je vis dans le meilleur pays du monde et j'en ai le droit en tant que citoyenne américaine. Quand on s'est marié, j'étais un peu hésitante quant à avoir une arme dans la maison, parce que je n'étais pas habituée. Et puis je suis allée au stand de tir avec Ryan à plusieurs reprises, et j'ai réalisé à quel point il était responsable en ce qui concerne les armes, et au fur et à mesure que je me familiarisais avec, j'ai changé d'avis.»

	Ryan: «Mon père était dans l'armée pendant la Seconde Guerre mondiale, et il m'a appris très tôt que la liberté avait un prix. J'ai une arme parce que Dieu m'en a donné le droit en tant que citoyen du meilleur pays du monde, les États-Unis d'Amérique. Que Dieu bénisse l'Amérique!»

Kyle Cassidy  I  Barbara et Ryan, avec Mauser et Star, en Pennsylvanie. 

 

Barbara: «J'ai une arme de poing pour me défendre. J'ai aussi une carabine pour le tir. J'ai les deux parce que je vis dans le meilleur pays du monde et j'en ai le droit en tant que citoyenne américaine. Quand on s'est marié, j'étais un peu hésitante quant à avoir une arme dans la maison, parce que je n'étais pas habituée. Et puis je suis allée au stand de tir avec Ryan à plusieurs reprises, et j'ai réalisé à quel point il était responsable en ce qui concerne les armes, et au fur et à mesure que je me familiarisais avec, j'ai changé d'avis.»

Ryan: «Mon père était dans l'armée pendant la Seconde Guerre mondiale, et il m'a appris très tôt que la liberté avait un prix. J'ai une arme parce que Dieu m'en a donné le droit en tant que citoyen du meilleur pays du monde, les États-Unis d'Amérique. Que Dieu bénisse l'Amérique!»


	Kyle Cassidy  I  Ochressandro, dans le Nouveau-Mexique. 

	 

	«Comme l'ont dit les Pères Fondateurs, parfois, l'arbre doit être arrosé avec le sang des tyrans et des patriotes. Si ce jour arrive, je serai prêt pour défendre mon pays face à toutes les menaces: domestiques et étrangères. J'ai juré une hostilité éternelle aux forces du socialisme et du contrôle. J'ai des armes et je me suis entraîné pour les maîtriser, parce que j'ai lu L'Archipel du Goulag, et je ne laisserai pas cela se produire ici sans me battre. Les défenseurs du contrôle des armes pensent qu'ils me prendront un jour mes armes. Mais ils ont tort. J'aurai des armes toute ma vie.»

Kyle Cassidy  I  Ochressandro, dans le Nouveau-Mexique. 

 

«Comme l'ont dit les Pères Fondateurs, parfois, l'arbre doit être arrosé avec le sang des tyrans et des patriotes. Si ce jour arrive, je serai prêt pour défendre mon pays face à toutes les menaces: domestiques et étrangères. J'ai juré une hostilité éternelle aux forces du socialisme et du contrôle. J'ai des armes et je me suis entraîné pour les maîtriser, parce que j'ai lu L'Archipel du Goulag, et je ne laisserai pas cela se produire ici sans me battre. Les défenseurs du contrôle des armes pensent qu'ils me prendront un jour mes armes. Mais ils ont tort. J'aurai des armes toute ma vie.»


	Kyle Cassidy  I  Sean, en Floride. 

	 

	«J'ai une arme, parce que j'aime aller au stand de tir et tirer. Je suis bouddhiste: je ne crois pas en la violence, et je ne crois pas dans l'usage des armes pour la violence. Mais je pense qu'au fond, quand on cherche le pourquoi de la possession d'une arme, ce n'est pas qu'une arme est violente, mais qu'une personne peut, elle, devenir violente. Le plus gros test, c'est quand quelqu'un s'y retrouve confronté et choisit de réagir avec violence.» 

	Comme avec d'autres groupes photographiés –les libraires, les scientifiques de la Nasa, par exemple– Cassidy a pris soin de saisir toute la diversité présente chez les propriétaires d'armes. Dans Armed America: Portraits of Gun Owners in Their Homes, que Krause Publications a publié en 2007, on trouvait des collectionneurs, des chasseurs des défenseurs acharnés du deuxième amendement, des aficionados des stands de tir, et des gens qui possèdent une arme pour se protéger.

	«Certaines personnes s'impliquent plus que d'autres. Cette phrase est vraie pour absolument tout. Certaines personnes sont très fières de leur voiture, et pour d'autres, c'est juste un moyen de se rendre au travail», explique-t-il.

	Comme d'autres choses chez eux, Cassidy a découvert que les armes des gens étaient en partie, des façons pour eux de s'exprimer. Et alors que la possession d'armes à feu était déjà un sujet hautement politique, les photos de Kyle Cassidy donnent des impressions de gens, pas les illustrations d'une idéologie.

	«Je voulais donner aux gens une chance de raconter leurs propres histoires.»

Kyle Cassidy  I  Sean, en Floride. 

 

«J'ai une arme, parce que j'aime aller au stand de tir et tirer. Je suis bouddhiste: je ne crois pas en la violence, et je ne crois pas dans l'usage des armes pour la violence. Mais je pense qu'au fond, quand on cherche le pourquoi de la possession d'une arme, ce n'est pas qu'une arme est violente, mais qu'une personne peut, elle, devenir violente. Le plus gros test, c'est quand quelqu'un s'y retrouve confronté et choisit de réagir avec violence.» 

Comme avec d'autres groupes photographiés –les libraires, les scientifiques de la Nasa, par exemple– Cassidy a pris soin de saisir toute la diversité présente chez les propriétaires d'armes. Dans Armed America: Portraits of Gun Owners in Their Homes, que Krause Publications a publié en 2007, on trouvait des collectionneurs, des chasseurs des défenseurs acharnés du deuxième amendement, des aficionados des stands de tir, et des gens qui possèdent une arme pour se protéger.

«Certaines personnes s'impliquent plus que d'autres. Cette phrase est vraie pour absolument tout. Certaines personnes sont très fières de leur voiture, et pour d'autres, c'est juste un moyen de se rendre au travail», explique-t-il.

Comme d'autres choses chez eux, Cassidy a découvert que les armes des gens étaient en partie, des façons pour eux de s'exprimer. Et alors que la possession d'armes à feu était déjà un sujet hautement politique, les photos de Kyle Cassidy donnent des impressions de gens, pas les illustrations d'une idéologie.

«Je voulais donner aux gens une chance de raconter leurs propres histoires.»


	Kyle Cassidy  I  Avery, dans l'Oregon.

	 

	«J'ai commencé avec cette fascination dès l'enfance, et ensuite le reste en a découlé. J'ai commencé en collectionnant des photos et en dessinant des armes –c'est allé de la fascination à l'achat. Beaucoup de gens s'imaginent que parce que vous avez des armes, vous êtes une personne plus violente –je n'y crois pas.»

Kyle Cassidy  I  Avery, dans l'Oregon.

 

«J'ai commencé avec cette fascination dès l'enfance, et ensuite le reste en a découlé. J'ai commencé en collectionnant des photos et en dessinant des armes –c'est allé de la fascination à l'achat. Beaucoup de gens s'imaginent que parce que vous avez des armes, vous êtes une personne plus violente –je n'y crois pas.»


	Kyle Cassidy  I  Uzi, Judy et Donno, en Pennsyvlanie. 

	 

	Donno: «J'ai des armes pour la même raison que j'ai des extincteurs –même si je n'espère pas que le pire des scénarios se produise, s'il venait à arriver, je suis préparée à faire ce qu'il faut pour m'assurer que ma famille survive. J'ai grandi dans une maison où les armes étaient utilisées régulièrement pour que l'on puisse se nourrir. Je suis sûre que mon fils grandira avec la même compréhension et gérera cela avec le même respect et le même soin... qu'il choisisse d'avoir une arme ou non.»

	Judy: «J'ai grandi dans le Sud, et je viens d'une famille de chasseurs. Un de mes premiers souvenirs date de quand j'apprenais à tirer dans le jardin. Quand j'ai déménagé à Philadelphie, j'ai vite réalisé que je voulais acheter une arme pour me défendre, chez moi. Pour faire court, si quelqu'un menace mon enfant ou me menace, je veux être capable de nous protéger. Mon fusil à pompe s'occupera de n'importe quel intrus et je sais comment l'utiliser.»

Kyle Cassidy  I  Uzi, Judy et Donno, en Pennsyvlanie. 

 

Donno: «J'ai des armes pour la même raison que j'ai des extincteurs –même si je n'espère pas que le pire des scénarios se produise, s'il venait à arriver, je suis préparée à faire ce qu'il faut pour m'assurer que ma famille survive. J'ai grandi dans une maison où les armes étaient utilisées régulièrement pour que l'on puisse se nourrir. Je suis sûre que mon fils grandira avec la même compréhension et gérera cela avec le même respect et le même soin... qu'il choisisse d'avoir une arme ou non.»

Judy: «J'ai grandi dans le Sud, et je viens d'une famille de chasseurs. Un de mes premiers souvenirs date de quand j'apprenais à tirer dans le jardin. Quand j'ai déménagé à Philadelphie, j'ai vite réalisé que je voulais acheter une arme pour me défendre, chez moi. Pour faire court, si quelqu'un menace mon enfant ou me menace, je veux être capable de nous protéger. Mon fusil à pompe s'occupera de n'importe quel intrus et je sais comment l'utiliser.»


	Kyle Cassidy  I  Frère Robb, dans l'Ohio. 

	 

	«Je viens d'Indiana –là-bas, ce n'est pas une sous-culture, c'est la culture prédominante. Mais je n'étais pas attiré par les armes. Et puis j'ai vu Bowling for Columbine. Le film semblait essayer de diaboliser un objet inanimé, et je ne pense pas que l'on puisse faire ça avec quelque chose qui ne réfléchit pas, qui ne sent rien, ou qui ne comprend pas le concept de morale. Je comprends pourquoi des gens ont une réaction très viscérale aux évènements terribles, comme les meurtres ou les braquages. Tout ça m'a fait réfléchir, et bref, après le film je suis allé avec quelques amis à un stand de tir pour voir de moi-même –pour comprendre l'intérêt. Après ça, j'ai acheté deux pistolets.»

Kyle Cassidy  I  Frère Robb, dans l'Ohio. 

 

«Je viens d'Indiana –là-bas, ce n'est pas une sous-culture, c'est la culture prédominante. Mais je n'étais pas attiré par les armes. Et puis j'ai vu Bowling for Columbine. Le film semblait essayer de diaboliser un objet inanimé, et je ne pense pas que l'on puisse faire ça avec quelque chose qui ne réfléchit pas, qui ne sent rien, ou qui ne comprend pas le concept de morale. Je comprends pourquoi des gens ont une réaction très viscérale aux évènements terribles, comme les meurtres ou les braquages. Tout ça m'a fait réfléchir, et bref, après le film je suis allé avec quelques amis à un stand de tir pour voir de moi-même –pour comprendre l'intérêt. Après ça, j'ai acheté deux pistolets.»


	Kyle Cassidy  I  James et Nicky, en Pennsylvanie. 

	 

	«Quand on m'a diagnostiqué un cancer, avec ma famille, nous avons eu besoin de protection. Je suis trop vieux pour me battre, trop malade pour courir, et puisque le cancer s'est attaqué à mes cordes vocales, je ne pouvais pas crier à l'aide. J'ai acheté ma première arme à feu.»

Kyle Cassidy  I  James et Nicky, en Pennsylvanie. 

 

«Quand on m'a diagnostiqué un cancer, avec ma famille, nous avons eu besoin de protection. Je suis trop vieux pour me battre, trop malade pour courir, et puisque le cancer s'est attaqué à mes cordes vocales, je ne pouvais pas crier à l'aide. J'ai acheté ma première arme à feu.»


	Kyle Cassidy  I  Gail, Eric, Morgan et Michael, avec Misty, dans l'Indiana. 

	 

	Michael: «Je suis réserviste. Je dois conserver mes aptitudes, et on s'entraîne seulement une fois par an, donc l'entraînement supplémentaire que je peux faire, particulièrement avec des armes de guerre est bien mieux pour moi si jamais on venait à être appelé. Parfois, je porte une arme quand je voyage. Il y a toujours des endroits où l'on se sent mieux si l'on a un moyen de défense sous la main –on ne peut pas tout éviter. Je suis dérouté quand je rencontre des gens fermement opposés à cette idée.»

	Gail: «Les armes, ce n'est pas trop mon truc, mais elles sont dans la maison, et je sais les utiliser. Je suis dans l'armée désormais. J'espère que je ne devrai jamais pointer mon arme sur qui que ce soit, mais si je le fais, ce sera parce que ce sera eux ou moi, et je choisirai moi.»

	Morgan: «J'aime bien tirer. Maman m'aide.»

	Eric: «Je tire sur des cibles. Et je fais aussi du tir à l'arc.»

Kyle Cassidy  I  Gail, Eric, Morgan et Michael, avec Misty, dans l'Indiana. 

 

Michael: «Je suis réserviste. Je dois conserver mes aptitudes, et on s'entraîne seulement une fois par an, donc l'entraînement supplémentaire que je peux faire, particulièrement avec des armes de guerre est bien mieux pour moi si jamais on venait à être appelé. Parfois, je porte une arme quand je voyage. Il y a toujours des endroits où l'on se sent mieux si l'on a un moyen de défense sous la main –on ne peut pas tout éviter. Je suis dérouté quand je rencontre des gens fermement opposés à cette idée.»

Gail: «Les armes, ce n'est pas trop mon truc, mais elles sont dans la maison, et je sais les utiliser. Je suis dans l'armée désormais. J'espère que je ne devrai jamais pointer mon arme sur qui que ce soit, mais si je le fais, ce sera parce que ce sera eux ou moi, et je choisirai moi.»

Morgan: «J'aime bien tirer. Maman m'aide.»

Eric: «Je tire sur des cibles. Et je fais aussi du tir à l'arc.»


	Kyle Cassidy  I  Maggie et Gwen, en Pennsylvanie. 

	 

	Gwen: «Tirer est agréable, mais j'ai aussi des armes pour me défendre contre toutes sortes de criminels, dont ceux qui s'en prennent aux minorités. En tant que victime d'agression sexuelle, pouvoir retrouver cette force qui m'a été enlevée par la violence me réconforte. M'armer permet d'équilibrer le rapport de force avec l'agresseur, et ça me donne une chance si quelqu'un venait à vouloir prendre quelque chose que je ne veux pas donner. Nous avons tous le droit d'être notre propre sauveur face au mal, si nous le voulons. Ce droit ne doit pas être supprimé par ceux qui voudraient gérer nos vies en fonction de leurs idées, que ce soit pour nos petits intérêts personnels ou la cause la plus noble.»

	Maggie: «J'ai à peu près les mêmes raisons que Gwen, qu'elle a déjà très bien détaillées–à part le fait que je n'ai jamais été victime d'une agression sexuelle, personnellement.»

Kyle Cassidy  I  Maggie et Gwen, en Pennsylvanie. 

 

Gwen: «Tirer est agréable, mais j'ai aussi des armes pour me défendre contre toutes sortes de criminels, dont ceux qui s'en prennent aux minorités. En tant que victime d'agression sexuelle, pouvoir retrouver cette force qui m'a été enlevée par la violence me réconforte. M'armer permet d'équilibrer le rapport de force avec l'agresseur, et ça me donne une chance si quelqu'un venait à vouloir prendre quelque chose que je ne veux pas donner. Nous avons tous le droit d'être notre propre sauveur face au mal, si nous le voulons. Ce droit ne doit pas être supprimé par ceux qui voudraient gérer nos vies en fonction de leurs idées, que ce soit pour nos petits intérêts personnels ou la cause la plus noble.»

Maggie: «J'ai à peu près les mêmes raisons que Gwen, qu'elle a déjà très bien détaillées–à part le fait que je n'ai jamais été victime d'une agression sexuelle, personnellement.»

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters