#COP21: admirez la beauté de ces lacs menacés de disparition
Sciences / Monde

#COP21: admirez la beauté de ces lacs menacés de disparition

Dans le cadre de la COP21 qui se déroule à Paris du 30 novembre au 11 décembre, Slate vous propose de découvrir dix grands formats de lieux qui pourront disparaître si des mesures pour le climat ne sont pas prises. La semaine passée, les glaciers.

Les lacs constituent une ressource vitale pour la vie animale et les besoins de l'homme, tout en étant une source de revenus pour des millions de personnes. Leurs disparitions auraient donc d'importantes conséquences écologiques et sociales. 


	Colonnes Tufa columns au lac Mono, est de la Californie (Etats-Unis) | Vezoy via Wikimedia Commons (License by)

	 

	Quatre millions d'américains dépendent en partie du lac Mono pour l'eau potable, l'agriculture et l'industrie. Les activités de l'homme déjà réduit de moitié le volume du lac tout en doublant sa salinité, mettant en péril la faune qui y vit.

Colonnes Tufa columns au lac Mono, est de la Californie (Etats-Unis) | Vezoy via Wikimedia Commons (License by)

 

Quatre millions d'américains dépendent en partie du lac Mono pour l'eau potable, l'agriculture et l'industrie. Les activités de l'homme déjà réduit de moitié le volume du lac tout en doublant sa salinité, mettant en péril la faune qui y vit.


	Lac Nakuru (Kenya) | REUTERS/Joe Penney

	 

	Le parc naturel qui entoure le lac Nakuru est le lieu de vie d'une faune majestueuse qui comprend des lions, des rhinocéros, des zèbres et des flamants roses. Mais selon l'Unesco, la rapide croissance de la population dans les environs et la pression qu'elle exerce pose une «menace considérable». La déforestation contribue par exemple à la formation des inondations. La population de flamants roses est passée de 800.000 à moins de 200.000 en raison du manque d'eau.

Lac Nakuru (Kenya) | REUTERS/Joe Penney

 

Le parc naturel qui entoure le lac Nakuru est le lieu de vie d'une faune majestueuse qui comprend des lions, des rhinocéros, des zèbres et des flamants roses. Mais selon l'Unesco, la rapide croissance de la population dans les environs et la pression qu'elle exerce pose une «menace considérable». La déforestation contribue par exemple à la formation des inondations. La population de flamants roses est passée de 800.000 à moins de 200.000 en raison du manque d'eau.


	Lac Baikal (Sibérie) | Sergey Gabdurakhmanov via Flickr (License by)

	 

	Le lac Baïkal est le plus vieux (plus de 25 millions d'années) et le plus profond du monde. Il contient plus d'eau que tous les lacs du Nord des États-Unis rassemblés, ce qui équivaut à 20% de l'eau douce à la surface de la terre. Selon le Guardian, on a longtemps cru que l'Epischura baikalensis, une sorte de zooplancton présent dans ce lac, permettait de nettoyer l'eau des particules toxiques. Or, les études ont montré que les animaux se transmettent tout de même les maladies provoquées par les activités des hommes.

Lac Baikal (Sibérie) | Sergey Gabdurakhmanov via Flickr (License by)

 

Le lac Baïkal est le plus vieux (plus de 25 millions d'années) et le plus profond du monde. Il contient plus d'eau que tous les lacs du Nord des États-Unis rassemblés, ce qui équivaut à 20% de l'eau douce à la surface de la terre. Selon le Guardian, on a longtemps cru que l'Epischura baikalensis, une sorte de zooplancton présent dans ce lac, permettait de nettoyer l'eau des particules toxiques. Or, les études ont montré que les animaux se transmettent tout de même les maladies provoquées par les activités des hommes.


	Lac Balaton (Hongrie) | Takkk via Wikimedia Commons (License by)

	 

	Vieux d'au moins 2.000 ans, ce lac est le plus large d'Europe centrale. Il est entouré de vignes qui bénéficient de la réflexion des rayons du soleil sur le lac. Or, il se réduit d'années en années, du fait de la baisse des précipitations et de la hausse des témpératures.

Lac Balaton (Hongrie) | Takkk via Wikimedia Commons (License by)

 

Vieux d'au moins 2.000 ans, ce lac est le plus large d'Europe centrale. Il est entouré de vignes qui bénéficient de la réflexion des rayons du soleil sur le lac. Or, il se réduit d'années en années, du fait de la baisse des précipitations et de la hausse des témpératures.


	Lac Powell (Etats-Unis) | REUTERS/Rick Wilking

	 

	Le lac Powell fournit de l'eau pour le Névada, l'Arizona et la Californie. Ces dernières années une sécheresse a réduit la surface du lac de 42%. Sur la photo, on aperçoit de larges zones sèches.

Lac Powell (Etats-Unis) | REUTERS/Rick Wilking

 

Le lac Powell fournit de l'eau pour le Névada, l'Arizona et la Californie. Ces dernières années une sécheresse a réduit la surface du lac de 42%. Sur la photo, on aperçoit de larges zones sèches.


	Des pêcheurs sur le lac Tanganyika (Burundi) | REUTERS/Goran Tomasevic

	 

	En raison de l'augmentation de la température de l'eau, le nombre de poissons du lac Tanganyika a réduit de 30%. Or, ils constituent 25 à 40% des proteines dont les populations alentours ont besoin. Un million de personnes vivent d'un revenu apporté par la pêche en provenance de ce lac qui borde quatre pays.

Des pêcheurs sur le lac Tanganyika (Burundi) | REUTERS/Goran Tomasevic

 

En raison de l'augmentation de la température de l'eau, le nombre de poissons du lac Tanganyika a réduit de 30%. Or, ils constituent 25 à 40% des proteines dont les populations alentours ont besoin. Un million de personnes vivent d'un revenu apporté par la pêche en provenance de ce lac qui borde quatre pays.


	 Mer morte (Jordanie/Israël) | Mzximvs VdB via Flickr (License by)

	 

	La mer morte disparaît peu à peu car elle n'est plus assez alimentée par le fleuve du Jourdain. L'extraction du minerais par des entreprises israéliennes et jordaniennes a pour conséquence la formation de dolines (forme caractéristique d'erosion des calcaires). Quatre milles ont été trouvées cette année, soit quatre fois plus qu'il y a dix ans.

 Mer morte (Jordanie/Israël) | Mzximvs VdB via Flickr (License by)

 

La mer morte disparaît peu à peu car elle n'est plus assez alimentée par le fleuve du Jourdain. L'extraction du minerais par des entreprises israéliennes et jordaniennes a pour conséquence la formation de dolines (forme caractéristique d'erosion des calcaires). Quatre milles ont été trouvées cette année, soit quatre fois plus qu'il y a dix ans.


	 Mer d'Aral (Kazakhstan) | NASA (domaine public)

	 

	Cette photographie montre l'évolution de la mer d'Aral, en Asie centrale, entre 1989 et 2008. L'asséchement de cette mer est principalement due au détournement de deux rivières pour irriguer les champs alentours: Amu Dar’ya et Syr Dar’ya. La surface de l'eau s'est réduite et la salinité démultipliée. D'ici 2020, il est très probable qu'elle ait disparue.

 Mer d'Aral (Kazakhstan) | NASA (domaine public)

 

Cette photographie montre l'évolution de la mer d'Aral, en Asie centrale, entre 1989 et 2008. L'asséchement de cette mer est principalement due au détournement de deux rivières pour irriguer les champs alentours: Amu Dar’ya et Syr Dar’ya. La surface de l'eau s'est réduite et la salinité démultipliée. D'ici 2020, il est très probable qu'elle ait disparue.

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Les reptiles les plus venimeux au monde
Grand Format

Les reptiles les plus venimeux au monde

Newsletters