La faune et la flore de ces fonds marins vous émerveillent? Elles sont menacées de disparition
Monde

La faune et la flore de ces fonds marins vous émerveillent? Elles sont menacées de disparition

Dans le cadre de la COP21, qui se déroule à Paris du 30 novembre au 11 décembre, Slate vous propose de découvrir dix grands formats de lieux amenés à disparaître si des mesures pour le climat ne sont pas prises. Hier, les vallées et deltas.

Les récifs coralliens sont déjà très affectés, mais c’est l’univers marin dans sa totalité qui est menacé par l’acidification des océans et le réchauffement climatique. Selon des chercheurs australiens, les émissions de gaz à effet de serre menacent d’«effondrement» les espèces marines ainsi que la chaîne alimentaire. Dix à douze pour cent des espèces pourraient disparaître si la température augmente de 2°C par rapport à l’ère préindustrielle. 


	Grande barrière de corail (Australie) | REUTERS/David Gray

	 

	La grande barrière de corail s'étend sur plus de 2.000 km au nord-est de l'Australie. Elle contient plus de 1.500 espèces de poissons, environ 400 espèces de coraux et près de 240 espèces d’oiseaux. Or, en moins de trente ans, cet ensemble a déjà perdu plus de la moitié de ses coraux.

Grande barrière de corail (Australie) | REUTERS/David Gray

 

La grande barrière de corail s'étend sur plus de 2.000 km au nord-est de l'Australie. Elle contient plus de 1.500 espèces de poissons, environ 400 espèces de coraux et près de 240 espèces d’oiseaux. Or, en moins de trente ans, cet ensemble a déjà perdu plus de la moitié de ses coraux.


	Coraux près de Cairns (Australie) | Toby Hudson via Wikimedia Commons (License by)

	 

	Le réchauffement des oécans n’est pas le seul fautif, il faut ausssi ajouter l'acidification des eaux et le développement de cyclones puissants, qui résultent en partie du changement climatique.

Coraux près de Cairns (Australie) | Toby Hudson via Wikimedia Commons (License by)

 

Le réchauffement des oécans n’est pas le seul fautif, il faut ausssi ajouter l'acidification des eaux et le développement de cyclones puissants, qui résultent en partie du changement climatique.


	Barrière de corail dans l'atoll Palmyra (océan Pacifique nord) | Jim Maragos/U.S. Fish and Wildlife Service via Flickr (License by)

	 

	En raison du réchauffement climatique, les coraux intégrent de moins en moins de nourriture, perdent leur brillance et finissent par mourir de faim.

Barrière de corail dans l'atoll Palmyra (océan Pacifique nord) | Jim Maragos/U.S. Fish and Wildlife Service via Flickr (License by)

 

En raison du réchauffement climatique, les coraux intégrent de moins en moins de nourriture, perdent leur brillance et finissent par mourir de faim.


	Bali - Komodo - Bunaken (Indonésie) | Ilse Reijs and Jan-Noud Hutten via Flickr (License by)

	 

	Si les coraux n'occupent que 0.1% des océans, ils nourissent 25% des espèces marines, explique le Guardian.

Bali - Komodo - Bunaken (Indonésie) | Ilse Reijs and Jan-Noud Hutten via Flickr (License by)

 

Si les coraux n'occupent que 0.1% des océans, ils nourissent 25% des espèces marines, explique le Guardian.


	Un paysage sous-marin typique de l'atoll de Baa (Maldives) | Ahmed Abdul Rahman via Wikimedia Commons (License by)

	 

	Le Guardian poursuit en expliquant que la perte des coraux sera un désastre pour 500 millions de personnes, qui dépendent de cet écosystème pour se nourir et vivre.

Un paysage sous-marin typique de l'atoll de Baa (Maldives) | Ahmed Abdul Rahman via Wikimedia Commons (License by)

 

Le Guardian poursuit en expliquant que la perte des coraux sera un désastre pour 500 millions de personnes, qui dépendent de cet écosystème pour se nourir et vivre.


	Tortue verte (Hawai) | Brocken Inaglory via Wikimedia Commons (License by)

	 

	Dans l'univers marin, le changement climatique n'atteint pas que les plantes et les coraux. De nombreuses espèces, comme par exemple les tortues vertes ou les dugongs, sont également en danger. Leur nombre a décliné à hauteur de 80% dans certaines zones.

Tortue verte (Hawai) | Brocken Inaglory via Wikimedia Commons (License by)

 

Dans l'univers marin, le changement climatique n'atteint pas que les plantes et les coraux. De nombreuses espèces, comme par exemple les tortues vertes ou les dugongs, sont également en danger. Leur nombre a décliné à hauteur de 80% dans certaines zones.


	Dugong (Égypte) | Julien Willem via Wikimedia Commons (License by)

	 

	Les dugongs peuvent atteindre jusqu'à trois mètres de long et peser une tonne. On ne connaît pas de façon précise la population globale de ces mammifères, mais il en resterait environ 70.000 dans le nord de l’Australie et 6.000 dans le golfe Persique.

Dugong (Égypte) | Julien Willem via Wikimedia Commons (License by)

 

Les dugongs peuvent atteindre jusqu'à trois mètres de long et peser une tonne. On ne connaît pas de façon précise la population globale de ces mammifères, mais il en resterait environ 70.000 dans le nord de l’Australie et 6.000 dans le golfe Persique.


	La Firole –appelée aussi «éléphant de mer» en raison de sa trompe– est l'un des plus grands mollusques planctoniques, mesurant entre 10 et 30 cm | Christian Sardet

	 

	Dans un précédent grand format publié sur Slate en juin 2015, le chercheur Christian Sardet expliquait que «le plancton a une très grande importance en tant que régulateur des climats puisque le CO2 que nous émettons dans l’athmosphère est pompé par les océans. Pour faire la photosynthèse, le plancton a besoin de CO2: c’est ce qu’on appelle la pompe à carbone. C’est cet enfouissement constant du CO2 dans les océans qui maintient un climat raisonnable dans une certaine zone. Or le CO2 croît dans l'atmosphère et on ne sait pas combien de temps le plancton va être capable de s’adapter».

La Firole –appelée aussi «éléphant de mer» en raison de sa trompe– est l'un des plus grands mollusques planctoniques, mesurant entre 10 et 30 cm | Christian Sardet

 

Dans un précédent grand format publié sur Slate en juin 2015, le chercheur Christian Sardet expliquait que «le plancton a une très grande importance en tant que régulateur des climats puisque le CO2 que nous émettons dans l’athmosphère est pompé par les océans. Pour faire la photosynthèse, le plancton a besoin de CO2: c’est ce qu’on appelle la pompe à carbone. C’est cet enfouissement constant du CO2 dans les océans qui maintient un climat raisonnable dans une certaine zone. Or le CO2 croît dans l'atmosphère et on ne sait pas combien de temps le plancton va être capable de s’adapter».

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

Newsletters