2020, une année en images
Monde

2020, une année en images

La pandémie de Covid-19, la défaite de Trump, l'assassinat de Samuel Paty, le Brexit... L'année 2020 a été une année mouvementée, riche en photographies mémorables. Après une rétrospective des guerres et manifestations dans le monde ainsi que des photographies insolites de l'année, retour en images sur les moments forts de 2020.

Le 9 octobre 2020, un homme se tient au sommet d'une colline pour capter le signal radio et écouter les nouvelles, près du camp de déplacés Bijombo, dans la province du Sud-Kivu, à l'est de la République démocratique du Congo. Les hauts plateaux de la région ont été le théâtre de violents affrontements de la part de groupes armés voulant défendre les intérêts de leurs communautés respectives. Le conflit aurait déplacé plus de 110.000 personnes, bien que ce chiffre soit invérifiable sur le terrain.
Alexis Huguet / AFP

Le 9 octobre 2020, un homme se tient au sommet d'une colline pour capter le signal radio et écouter les nouvelles, près du camp de déplacés Bijombo, dans la province du Sud-Kivu, à l'est de la République démocratique du Congo. Les hauts plateaux de la région ont été le théâtre de violents affrontements de la part de groupes armés voulant défendre les intérêts de leurs communautés respectives. Le conflit aurait déplacé plus de 110.000 personnes, bien que ce chiffre soit invérifiable sur le terrain.

L'année 2020 aura été marquée par les multiples incendies qui ont ravagé champs, villes et surtout forêts partout dans le monde, de l'Amazonie à l'Australie, en passant par les États-Unis, comme ici à San Francisco, où le Golden Gate Bridge est caché par un ciel rempli de fumée orange le 9 septembre 2020.
Harold Postic / AFP

L'année 2020 aura été marquée par les multiples incendies qui ont ravagé champs, villes et surtout forêts partout dans le monde, de l'Amazonie à l'Australie, en passant par les États-Unis, comme ici à San Francisco, où le Golden Gate Bridge est caché par un ciel rempli de fumée orange le 9 septembre 2020.

Le Covid-19, cette maladie infectieuse provoquée par le coronavirus SARS-CoV-est apparue à Wuhan, en Chine, à la fin de l'année 2019. Le virus s'est rapidement propagé dans le monde, poussant les pays à se confiner et à repenser les contacts humains, comme ici dans une maison de retraite près de Venise. Une «salle de câlins» a été installée, de sorte que les familles puissent étreindre leurs proches âgés, qui sont particulièrement vulnérables face à la maladie. Ici, une fille serre dans ses bras sa mère à travers une séparation plastique, le 11 novembre 2020. 
Piero Cruciatti / AFP

Le Covid-19, cette maladie infectieuse provoquée par le coronavirus SARS-CoV-est apparue à Wuhan, en Chine, à la fin de l'année 2019. Le virus s'est rapidement propagé dans le monde, poussant les pays à se confiner et à repenser les contacts humains, comme ici dans une maison de retraite près de Venise. Une «salle de câlins» a été installée, de sorte que les familles puissent étreindre leurs proches âgés, qui sont particulièrement vulnérables face à la maladie. Ici, une fille serre dans ses bras sa mère à travers une séparation plastique, le 11 novembre 2020. 

Un homme fume devant des bâtiments détruits par des bombardements dans la ville d'Ariha, dans la province d'Idlib, au nord-ouest de la Syrie, le 27 juin 2020. Le pays, toujours déchiré par la guerre et les exactions du régime en place, est en souffrance. Son peuple est menacé par la famine et l’épidémie de Covid-19 n'a pas arrangé les choses. 
Omar Haj Kadour / AFP

Un homme fume devant des bâtiments détruits par des bombardements dans la ville d'Ariha, dans la province d'Idlib, au nord-ouest de la Syrie, le 27 juin 2020. Le pays, toujours déchiré par la guerre et les exactions du régime en place, est en souffrance. Son peuple est menacé par la famine et l’épidémie de Covid-19 n'a pas arrangé les choses. 

Des gens brandissent leurs poings et s'agenouillent le 2 juin à Minneapolis, aux États-Unis, lors d'une manifestation devant un mémorial de fortune en l'honneur de George Floyd, un homme noir tué par un policier blanc. La diffusion des images de sa mort brutale a entraîné un immense mouvement de protestation contre les violences policières et le profilage racial dans le pays, avant d'être repris dans le monde entier. En un peu plus d'un mois, près de 26 millions d'Américains sont descendus dans la rue, ce qui fait du mouvement Black Lives Matter («Les vies noires comptent») le mouvement le plus important de l'histoire des États-Unis.
Chandan Khanna / AFP

Des gens brandissent leurs poings et s'agenouillent le 2 juin à Minneapolis, aux États-Unis, lors d'une manifestation devant un mémorial de fortune en l'honneur de George Floyd, un homme noir tué par un policier blanc. La diffusion des images de sa mort brutale a entraîné un immense mouvement de protestation contre les violences policières et le profilage racial dans le pays, avant d'être repris dans le monde entier. En un peu plus d'un mois, près de 26 millions d'Américains sont descendus dans la rue, ce qui fait du mouvement Black Lives Matter («Les vies noires comptent») le mouvement le plus important de l'histoire des États-Unis.

2020 restera une année sombre pour la ville de Beyrouth, captiale du Liban. Le 4 août, en fin d'après-midi, une double explosion a frappé de plein fouet son port, faisant plus de 200 morts. Attribuées à un incident dans un stock de nitrate d'ammonium, les explosions ont entraîné une gigantesque déflagration qui a balayé la ville, laissant derrière elle des scènes de désolation. La ville en est sortie défigurée, sa population profondément marquée. 
Anwar Amro / AFP

2020 restera une année sombre pour la ville de Beyrouth, captiale du Liban. Le 4 août, en fin d'après-midi, une double explosion a frappé de plein fouet son port, faisant plus de 200 morts. Attribuées à un incident dans un stock de nitrate d'ammonium, les explosions ont entraîné une gigantesque déflagration qui a balayé la ville, laissant derrière elle des scènes de désolation. La ville en est sortie défigurée, sa population profondément marquée. 

La pandémie de Covid-19 a mis en lumière le travail des infirmières, soignants, médecins, et, de manière générale, de toutes les personnes en première ligne dans la lutte contre le virus. Partout dans le monde, leur combat a été, et est toujours, salué. Ici, une soignante s'occupe d'un patient infecté par le virus et placé en unités de soins intensifs à l'hôpital de Povisa à Vigo, dans le nord-ouest de l'Espagne, le 16 avril 2020. 
Miguel Riopa / AFP

La pandémie de Covid-19 a mis en lumière le travail des infirmières, soignants, médecins, et, de manière générale, de toutes les personnes en première ligne dans la lutte contre le virus. Partout dans le monde, leur combat a été, et est toujours, salué. Ici, une soignante s'occupe d'un patient infecté par le virus et placé en unités de soins intensifs à l'hôpital de Povisa à Vigo, dans le nord-ouest de l'Espagne, le 16 avril 2020. 

La défaite de Donald Trump a mis du temps à se dessiner, mais elle a fini par s'imposer malgré ses réticences. L'actuel président des États-Unis laissera le bureau ovale à Joe Biden, qui a remporté l’élection américaine de 2020 et qui sera le 46ème président d'un pays divisé.
Mandel Ngan / AFP  

La défaite de Donald Trump a mis du temps à se dessiner, mais elle a fini par s'imposer malgré ses réticences. L'actuel président des États-Unis laissera le bureau ovale à Joe Biden, qui a remporté l’élection américaine de 2020 et qui sera le 46ème président d'un pays divisé.

Cette photographie, prise le 4 juillet 2020, montre un homme marchant sur de grands draps blancs réfléchissants posés sur le glacier Presena, en l'Italie, afin de retarder la fonte des neiges. À l’instar de ce glacier, de nombreuses régions du monde subissent le réchauffement climatique, notamment en Arctique, qui montre des signes d'une transformation profonde, entre fontes des glaces record au Groenland et incendies gigantesques en Sibérie. 
Miguel Medina / AFP  

Cette photographie, prise le 4 juillet 2020, montre un homme marchant sur de grands draps blancs réfléchissants posés sur le glacier Presena, en l'Italie, afin de retarder la fonte des neiges. À l’instar de ce glacier, de nombreuses régions du monde subissent le réchauffement climatique, notamment en Arctique, qui montre des signes d'une transformation profonde, entre fontes des glaces record au Groenland et incendies gigantesques en Sibérie. 

En plus d'avoir entraîné de graves crises économiques, politiques et sociales dans de nombreux pays, la pandémie de Covid-19 a fait plus de 1.770.000 morts dans le monde, sur plus de 80 millions de personnes infectées. Les États-Unis, l'Inde et le Brésil, où des centaines de tombes ont été creusées ici, à Nossa Senhora Aparecida, sont les trois pays les plus touchés à l'heure actuelle par le virus. Avec le début des campagnes de vaccination dans plusieurs pays, notamment en France, l'espoir de ralentir prochainement la propagation du Covid-19 apparaît. 
Michaek Dantas / AFP  

En plus d'avoir entraîné de graves crises économiques, politiques et sociales dans de nombreux pays, la pandémie de Covid-19 a fait plus de 1.770.000 morts dans le monde, sur plus de 80 millions de personnes infectées. Les États-Unis, l'Inde et le Brésil, où des centaines de tombes ont été creusées ici, à Nossa Senhora Aparecida, sont les trois pays les plus touchés à l'heure actuelle par le virus. Avec le début des campagnes de vaccination dans plusieurs pays, notamment en France, l'espoir de ralentir prochainement la propagation du Covid-19 apparaît. 

Dans la soirée du mardi 8 septembre 2020, un incendie a ravagé le camp de migrant·e de Moria, sur l'île grecque de Lesbos, forçant des milliers de personnes à évacuer le site. Quelques jours après, de nombreux migrant·es se sont retrouvé·es à la rue après la destruction du camp, qui était le plus grand d'Europe. Ce drame a rappelé au monde la situation désastreuse dans laquelle ces personnes se trouvent partout sur la planète. Une situation devenue encore plus précaire avec la crise sanitaire due au Covid-19. 
Angelos Tzortzinis / AFP

Dans la soirée du mardi 8 septembre 2020, un incendie a ravagé le camp de migrant·e de Moria, sur l'île grecque de Lesbos, forçant des milliers de personnes à évacuer le site. Quelques jours après, de nombreux migrant·es se sont retrouvé·es à la rue après la destruction du camp, qui était le plus grand d'Europe. Ce drame a rappelé au monde la situation désastreuse dans laquelle ces personnes se trouvent partout sur la planète. Une situation devenue encore plus précaire avec la crise sanitaire due au Covid-19. 

Deux jours après leur fermeture en raison de l'identification d'un variant potentiellement plus contagieux du SARS-CoV-2 au Royaume-Uni, les frontières entre la France et le Royaume-Uni ont rouvert le 23 décembre 2020. Un jour plus tard, les Britanniques ont conclu avec leurs vingt-sept voisins un accord historique sur leurs relations économiques futures. Londres sortira donc de l’union douanière et du marché unique européen le 1er janvier 2021, quatre ans et demi après avoir choisi de quitter l’Union européenne. 
William Edwards / AFP  

Deux jours après leur fermeture en raison de l'identification d'un variant potentiellement plus contagieux du SARS-CoV-2 au Royaume-Uni, les frontières entre la France et le Royaume-Uni ont rouvert le 23 décembre 2020. Un jour plus tard, les Britanniques ont conclu avec leurs vingt-sept voisins un accord historique sur leurs relations économiques futures. Londres sortira donc de l’union douanière et du marché unique européen le 1er janvier 2021, quatre ans et demi après avoir choisi de quitter l’Union européenne. 

L'image avait fait le tour du monde. Des membres des gangs «Mara 18» et «MS-13» en détention dans une prison de haute sécurité à Izalco, au Salvador, le 4 septembre 2020. 
Yuri Cortez / AFP

L'image avait fait le tour du monde. Des membres des gangs «Mara 18» et «MS-13» en détention dans une prison de haute sécurité à Izalco, au Salvador, le 4 septembre 2020. 

Des fleurs en hommage à Samuel Paty, un professeur d'histoire-géographie de 47 ans, décapité le 16 octobre en France par un Russe d'origine tchétchène radicalisé, après avoir montré des caricatures du prophète Mahomet à ses élèves dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression. 
Bertrand Guay / AFP

Des fleurs en hommage à Samuel Paty, un professeur d'histoire-géographie de 47 ans, décapité le 16 octobre en France par un Russe d'origine tchétchène radicalisé, après avoir montré des caricatures du prophète Mahomet à ses élèves dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression. 

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 10 au 16 avril 2021
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 10 au 16 avril 2021

Les enfants du monstre de Ghazipur
Grand Format

Les enfants du monstre de Ghazipur

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters