Que se passe-t-il à Afrin, en Syrie?
Monde

Que se passe-t-il à Afrin, en Syrie?

Le 20 janvier, la Turquie a débuté une offensive à Afrin, une enclave tenue par une milice kurde considérée par Ankara comme terroriste. L'opération «Rameau d'olivier» est la seconde incursion majeure turque sur le territoire syrien depuis le début du conflit.

Village de Um al-Hosh, près d'Afrin, le 20 Janvier 2018 | Nazeer al-Khatib / AFP

 

Des soldats de l'Armée syrienne libre (ASL), soutenus par les Turcs, tirent sur les Unités de protection du peuple kurde (YPG) dans l'enclave d'Afrin, en Syrie. Samedi 20 janvier, le président turc Recep Tayyip Erdogan a indiqué qu'une opération terrestre contre l'enclave kurde avait commencé –les jours précédents, les déclarations officielles s'étaient multipliées et des troupes avaient été rassemblées à la frontière. Les tirs d'artillerie et les frappes aériennes turques restaient limitées, mais faisaient tout de même des dizaines de blessés.

Village de Um al-Hosh, près d'Afrin, le 20 Janvier 2018 | Nazeer al-Khatib / AFP

 

Des soldats de l'Armée syrienne libre (ASL), soutenus par les Turcs, tirent sur les Unités de protection du peuple kurde (YPG) dans l'enclave d'Afrin, en Syrie. Samedi 20 janvier, le président turc Recep Tayyip Erdogan a indiqué qu'une opération terrestre contre l'enclave kurde avait commencé –les jours précédents, les déclarations officielles s'étaient multipliées et des troupes avaient été rassemblées à la frontière. Les tirs d'artillerie et les frappes aériennes turques restaient limitées, mais faisaient tout de même des dizaines de blessés.

Village de Yazi Bagh, à près de six kilomètres de Bab al-Salama, un point de passage entre la Syrie et la Turquie, au Nord de la province d'Alep, le 21 janvier 2018 | Nazeer al-Khatib / AFP

 

Un soldat turc a pris position dans un véhicule blindé. Les troupes et les tanks turcs sont entrés par le nord de la Syrie, le 21 janvier. Les Turcs cherchent à atteindre les Forces démocratiques syriennes (FDS), liées au mouvement kurde qui contrôle Afrin depuis 2012. Ankara les considère comme l’extension du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation politico-militaire autonomiste et révolutionnaire qui livre une guérilla dans le sud de la Turquie depuis 1984.

Village de Yazi Bagh, à près de six kilomètres de Bab al-Salama, un point de passage entre la Syrie et la Turquie, au Nord de la province d'Alep, le 21 janvier 2018 | Nazeer al-Khatib / AFP

 

Un soldat turc a pris position dans un véhicule blindé. Les troupes et les tanks turcs sont entrés par le nord de la Syrie, le 21 janvier. Les Turcs cherchent à atteindre les Forces démocratiques syriennes (FDS), liées au mouvement kurde qui contrôle Afrin depuis 2012. Ankara les considère comme l’extension du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation politico-militaire autonomiste et révolutionnaire qui livre une guérilla dans le sud de la Turquie depuis 1984.

Afrin, le 23 janvier | Ahmad Shafia Bilal / AFP

 

Afrin se trouve dans une région de Syrie sous influence des troupes russes. Les Russes ont donc dû donner leur consentement aux Turcs et évacuer précipitamment ses troupes, le samedi 20 janvier. La milice kurde qui contrôle la région a affirmé dans un communiqué qu’elle allait «tenir la Russie pour responsable de ces attaques, au même titre que la Turquie».

Afrin, le 23 janvier | Ahmad Shafia Bilal / AFP

 

Afrin se trouve dans une région de Syrie sous influence des troupes russes. Les Russes ont donc dû donner leur consentement aux Turcs et évacuer précipitamment ses troupes, le samedi 20 janvier. La milice kurde qui contrôle la région a affirmé dans un communiqué qu’elle allait «tenir la Russie pour responsable de ces attaques, au même titre que la Turquie».

Amuda, à 30 kilomètres à l'ouest de Qamichli, une ville à majorité kurde dans la province d'Hassakeh, le 21 janvier | Delil Souleiman / AFP

 

Des Kurdes syriens prennent part à une manifestation contre l'opération militaire turque. Ankara a indiqué vouloir établir une zone tampon de trente kilomètres dans cette région frontalière de la Turquie. Or les FDS constituent un partenaire essentiel de la coalition internationale contre l’organisation État islamique dirigée par Washington. Après avoir pris la ville de Raqqa, le centre administratif de Daesh, en octobre 2017, la coalition a gagné de nombreux territoires dans le nord-est de la Syrie.

Amuda, à 30 kilomètres à l'ouest de Qamichli, une ville à majorité kurde dans la province d'Hassakeh, le 21 janvier | Delil Souleiman / AFP

 

Des Kurdes syriens prennent part à une manifestation contre l'opération militaire turque. Ankara a indiqué vouloir établir une zone tampon de trente kilomètres dans cette région frontalière de la Turquie. Or les FDS constituent un partenaire essentiel de la coalition internationale contre l’organisation État islamique dirigée par Washington. Après avoir pris la ville de Raqqa, le centre administratif de Daesh, en octobre 2017, la coalition a gagné de nombreux territoires dans le nord-est de la Syrie.

Partie nord de Nicosie, le 22 janvier | Birol Bebek / AFP

 

Des manifestants brandissent des drapeaux turcs et sautent sur l'insigne cassée du journal turc chypriote Afrika Gazetesi. Opposé au président turc Recep Tayyip Erdogan, il a titré en une «Une nouvelle occupation pour la Turquie», en référence à l'invasion turque dans le nord de Chypre en 1974. En Turquie, 91 opposants à l’offensive militaire à Afrin ont été interpellés pour «propagande terroriste» pour avoir critiqué l'opération.

Partie nord de Nicosie, le 22 janvier | Birol Bebek / AFP

 

Des manifestants brandissent des drapeaux turcs et sautent sur l'insigne cassée du journal turc chypriote Afrika Gazetesi. Opposé au président turc Recep Tayyip Erdogan, il a titré en une «Une nouvelle occupation pour la Turquie», en référence à l'invasion turque dans le nord de Chypre en 1974. En Turquie, 91 opposants à l’offensive militaire à Afrin ont été interpellés pour «propagande terroriste» pour avoir critiqué l'opération.

Kilis, sud de la Turquie, à la frontière avec la Syrie, le 23 janvier | Bulent Kilic / AFP

 

Fevziye Demir pleure après qu'une roquette a touché sa maison située à Kilis, à la frontière avec la Syrie, côté turc. Les récentes déclarations de Washington concernant la création d’une force frontalière en Syrie de 30.000 hommes, notamment composée de combattants kurdes, ont provoqué la colère du président turc. L'opération en cours, appelée «rameau d'olivier», tend encore un peu plus les relations entre Washington et Ankara.

Kilis, sud de la Turquie, à la frontière avec la Syrie, le 23 janvier | Bulent Kilic / AFP

 

Fevziye Demir pleure après qu'une roquette a touché sa maison située à Kilis, à la frontière avec la Syrie, côté turc. Les récentes déclarations de Washington concernant la création d’une force frontalière en Syrie de 30.000 hommes, notamment composée de combattants kurdes, ont provoqué la colère du président turc. L'opération en cours, appelée «rameau d'olivier», tend encore un peu plus les relations entre Washington et Ankara.

Azaz, près de la frontière avec la Turquie, le 22 janvier | Saleh Abo Ghaloun / AFP

 

En début de semaine, les affrontements étaient intenses sur plusieurs fronts. Certaines localités frontalières sont passées aux mains des forces sous commandement turc. La ville de Manbij, reprise par les FDS à Daesh en 2016, a été directement évoquée par Ankara comme le prochain objectif, malgré la présence sur place d’un contingent américain.

Azaz, près de la frontière avec la Turquie, le 22 janvier | Saleh Abo Ghaloun / AFP

 

En début de semaine, les affrontements étaient intenses sur plusieurs fronts. Certaines localités frontalières sont passées aux mains des forces sous commandement turc. La ville de Manbij, reprise par les FDS à Daesh en 2016, a été directement évoquée par Ankara comme le prochain objectif, malgré la présence sur place d’un contingent américain.

Hassa, dans la province d'Hatay, le 22 janvier | Bulent Kilic / AFP

 

Le groupe djihadiste syrien Tahrir al-Cham (ex-Front al-Nosra, émanation d’al-Qaida) a lancé plusieurs opérations contre les Kurdes d'Afrin sous le regard de l’armée turque et des brigades rebelles syriennes. Les autorités locales kurdes ont pour leur part décrété la «mobilisation générale» et ont appelé les civils à «prendre les armes».

Hassa, dans la province d'Hatay, le 22 janvier | Bulent Kilic / AFP

 

Le groupe djihadiste syrien Tahrir al-Cham (ex-Front al-Nosra, émanation d’al-Qaida) a lancé plusieurs opérations contre les Kurdes d'Afrin sous le regard de l’armée turque et des brigades rebelles syriennes. Les autorités locales kurdes ont pour leur part décrété la «mobilisation générale» et ont appelé les civils à «prendre les armes».

Hassa, dans la province d'Hatay, le 24 janvier | Ozan Kose / AFP

 

Des soldats turcs sont visibles près du mont Bersaya, au nord de la ville d'Azaz. Les alliés occidentaux de la Turquie ont unanimement condamné l'offensive turque. Jean-Yves Le Drian a demandé aux «autorités turques d’agir avec retenue dans un contexte difficile où la situation humanitaire se détériore dans plusieurs régions de Syrie, en conséquence des opérations militaires qui y sont menées par le régime de Damas et ses alliés». L'offensive turque ouvre un autre front dans la guerre qui dure depuis six ans en Syrie et laisse craindre une nouvelle phase au conflit syrien.

Hassa, dans la province d'Hatay, le 24 janvier | Ozan Kose / AFP

 

Des soldats turcs sont visibles près du mont Bersaya, au nord de la ville d'Azaz. Les alliés occidentaux de la Turquie ont unanimement condamné l'offensive turque. Jean-Yves Le Drian a demandé aux «autorités turques d’agir avec retenue dans un contexte difficile où la situation humanitaire se détériore dans plusieurs régions de Syrie, en conséquence des opérations militaires qui y sont menées par le régime de Damas et ses alliés». L'offensive turque ouvre un autre front dans la guerre qui dure depuis six ans en Syrie et laisse craindre une nouvelle phase au conflit syrien.

Fanny Arlandis

Fanny Arlandis Journaliste à Beyrouth (Liban). Elle écrit principalement sur la photographie et le Moyen-Orient.

Une semaine dans le monde en 7 photos
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos

L'esthétique des laveries automatiques londoniennes
Grand Format

L'esthétique des laveries automatiques londoniennes

Newsletters