Européennes 2014 / France

Contre le score du FN, le bulletin de vote: la preuve en trois graphiques?

Temps de lecture : 2 min

Les élections européennes en France ont une nouvelle fois permis de montrer l’implantation et la progression durable du Front national dans le paysage politique français. La nouveauté, c’est que même passé au Karcher® de l’abstention, le parti de Marine Le Pen continue de mobiliser ses troupes, là où les autres partis plongent.

Résultat, on le connaît: le FN capte un quart des votants, quand l’UMP s’effondre et le PS récolte sa pire raclée électorale. Ainsi, en comparant avec le premier tour de 2012 —ce n’est pas la même élection, mais c’est un point de comparaison—, le PS a perdu près de 7 millions de voix, l’UMP 5,8, le Front de gauche. On notera aussi que le FN ne sort pas indemne du vote de dimanche en valeur absolue mais limite la casse en perdant 1,6 million de voix. Si l’abstention touche tout le monde, le FN la ressent moins. C’est ce phénomène nouveau qui inquiète le plus ses opposants.

Une autre façon de regarder ces chiffres, sans doute un peu optimiste pour ces derniers, est justement de comparer les valeurs brutes, et de ne s’intéresser qu’aux votants (abstention de 20,5% en 2012, contre 57%, ce dimanche 25 mai). Et là, c’est une autre histoire, comme le montre ces graphiques réalisés par le cartographe Cyril Courgeau et que nous reproduisons avec son autorisation : le FN ne représente qu’une petite partie de l’électorat, stable, qui ne capte pas les électeurs désillusionnés par les turpitudes des autres partis et des actions illisibles des gouvernements.

JH

Slate.fr

Newsletters

Mariage pour tous et défaites de la gauche: le coupable était trop parfait

Mariage pour tous et défaites de la gauche: le coupable était trop parfait

Contrairement aux idées reçues, les débats et les mobilisations contre la loi ne semblent pas avoir dopé le vote FN aux municipales et aux européennes, pas plus que l’abstention de l’électorat de gauche.

Jean-Claude Juncker, le symbole d’une Europe désenchantée

Jean-Claude Juncker, le symbole d’une Europe désenchantée

L’un des champions du secret bancaire en Europe et ex-dirigeant d’un paradis fiscal va prendre la tête de la Commission européenne. Un handicap flagrant à l'heure où il est nécessaire d'incarner une rupture pour redonner aux citoyens le goût de l’Europe et de la politique.

L’impasse européenne de François Hollande

L’impasse européenne de François Hollande

Comment un président aussi affaibli pourrait-il négocier avec des partenaires européens qui, pour les principaux d’entre eux, s’en sortent bien mieux que lui? D'autant que sa politique intérieure ne représente pas un exemple de réorientation de la politique menée à Bruxelles...

Newsletters