Partager cet article

Une France coupée en deux: les résultats des européennes du 25 mai en cartes

Le total des voix de gauche aux européennes et le score du FN, représentés en carte anamorphosées.

Le total des voix de gauche aux européennes et le score du FN, représentés en carte anamorphosées.

Nos cartes «déformées» du territoire français réalisées par le chercheur Joël Gombin font à nouveau apparaître le clivage qui structure de nombreuses élections depuis vingt ans, celui entre les métropoles dynamiques et les zones marginalisées.

Nouvelles élections, vieille histoire? Les cartes réalisées pour Slate.fr par Joël Gombin, chercheur en science politique et membre de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès, confirment un phénomène déjà observé depuis une vingtaine d'années lors de chaque consultation électorale: il existe une fracture assez nette entre le vote des métropoles (villes centres et banlieues immédiates) et les zones plus éloignées de ces grands centres de population et d'attractivité économique.

Ces cartes «déformées», dites en anamorphose, représentent chaque commune par une surface proportionnelle à sa population. Elles dessinent une France qui se départage assez nettement entre les centres de ses aires urbaines, favorables à la construction européenne, et des périphéries où culminent les votes eurosceptiques.

France des centres, France périphéries

Pour s'en rendre compte, voici deux cartes qui regroupent plusieurs votes que nous qualifions d'europhiles ou d'eurosceptiques et qui se situent en dehors des deux principaux partis (PS, UMP). La carte des europhiles amalgame les votes écologistes (EELV) et les votes centristes pro-européens (MoDem et UDI). La deuxième carte regroupe les votes, soit souverainistes de droite radicale (FN, divers droite), soit d'une gauche radicale critique de la construction européenne sans être pour autant nationaliste (Front de Gauche, extrême gauche).

Ne hurlez pas tout de suite, il ne s'agit pas de «mettre dans le même panier» les «extrêmes», mais d'une simple construction qui permet de voir où sont les zones d'insatisfaction de l'offre politique du centre droit et du centre gauche qui gouvernent l'Europe en alternance.

Européennes 2014: eurosceptiques (FN-FdG-extrême gauche-divers droite) / europhiles (EELV-UDI-Modem). Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

Et voici dans le détail comment se répartissent les votes pro-européens affirmés des Verts (à gauche) et de l'UDI et du Modem (à droite).

Européennes 2014: EELV / UDI-Modem. Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

Ce type d'opposition entre des zones europhiles et d'autres eurosceptiques est observé par le géographe Jacques Lévy depuis les résultats du traité de Maastricht, par exemple lors des précédentes élections européennes en 2009. Ces cartes ne sont pour autant pas exemptes d'effets régionaux qui continuent de structurer le vote, la carte des votes europhiles coïncidant assez bien avec les zones du catholicisme –moins l'Alsace.

Les idéopôles et le vote de gauche

La gauche, elle, conserve un avantage dans l'Ouest et dans un grand Sud-Ouest qui s'étend jusqu'au Massif central. Les cartogrammes font apparaître qu'elle surperforme dans ses nouveaux bastions que sont les idéopôles, villes post-industrielles fondées sur l'économie de la connaissance décrites par les chercheurs en science politique Fabien Escalona et Mathieu Vieira. Il s'agit de «territoires gagnants d'un processus qui accroît la polarisation entre, d'un côté, l'archipel métropolitain qu'ils dessinent, et de l'autre, leurs périphéries urbaines et rurales». 

Ces «lieux [...] concentrent plus qu'ailleurs les groupes sociaux pour lesquels la mondialisation est une source d’opportunités ou, tout du moins, ne représente ni une menace matérielle ni une menace identitaire», détaillaient-ils dans un article publié sur Slate.

Ce qu'on a observé plus haut avec les écologistes et les centristes se reproduit ici avec les partis de gauche au sens large (PS, radicaux de gauche, Front de gauche, divers gauche): Paris et sa proche couronne, Lyon, Grenoble, les villes de l'Ouest (Rennes, Nantes) et du Sud-Ouest (Toulouse, Bordeaux, Montpellier) se démarquent. 

Européennes 2014: total gauche. Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

Un phénomène observé dans une moindre mesure avec le vote PS (et ses alliés du Parti radical de gauche), concurrencé aux européennes par les Verts, mais peu perceptible pour les partis de gauche radicale:

Européennes 2014: PS + PRG. Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

Européennes 2014: Front de Gauche / extrême gauche. Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

Le vote FN «écrasé» des zones interstitielles

Passons à la carte que vous attendez tous: celle du vote FN.

Européennes 2014: vote FN. Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

Les cartes parlent d'elles-mêmes: les territoires centraux et urbains du vote europhile sont les remparts à un vote d'extrême droite qui va se nicher dans les périphéries lointaines, les zones moins denses, le Nord-Est et les villes plus populaires du Sud-Est (une «France périphérique» telle que décrite par Christophe Guilluy).

Le vote FN est fort là où des inquiétudes face à l'avenir, de nature à la fois économiques et identitaires, sont présentes. A l'inverse, la structure des espaces centraux, qui réunit une population diplômée et mobile ainsi qu'une population pauvre, peu qualifiée et plus souvent d'origine étrangère, a un profil social moins compatible avec ce vote.

L'importance du vote FN à mesure que l'on s'éloigne des centres des grandes agglomérations a d'ailleurs fait l'objet de plusieurs travaux, notamment en 2012 après le résultat de Marine Le Pen, le meilleur de son parti à une élection présidentielle.

Une exception notable à cette opposition centres-périphéries: l'abstention, qui n'est la plus élevée ni dans les uns, ni dans les autres, mais dans les banlieues immédiates des grandes villes, dans le Nord et dans le Sud-Est. La carte de l'abstention (à droite) ne recoupe donc parfaitement ni la carte europhile ni la carte eurosceptique.

Européennes 2014: votes blanc / abstention. Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

Et la droite?

L'UMP fait ses meilleurs scores en banlieue aisée des grandes villes (c'est assez net à Lyon et dans l'ouest de la région parisienne). Mais les effets de l'après-sarkozysme se lisent aussi sur la carte: les zones géographiques de force de l'UMP ont été aspirées par la carte du FN.

La droite centriste (UDI-Modem) est puissante dans les zones de l'Ouest intérieur, un peu «écrasé» du fait de sa population peu dense.

Européennes 2014: UDI-Modem / UMP. Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

Texte: Jean-Laurent Cassely. Cartographie: Joël Gombin (Source: ministère de l'Intérieur. Réalisé avec Scapetoad)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte