Européennes 2014 / France

«Partout, les partis européens progressent»: le lapsus qui tue de François Hollande

Temps de lecture : 2 min

Au lendemain du grave revers de la gauche aux élections européennes, François Hollande a prononcé une courte allocution diffusée, lundi 26 mai au soir, un peu après 20 heures, où il a réaffirmé sa volonté de maintenir sa «ligne de conduite». Et, symptôme sans doute des difficultés de communication récurrentes de l'Elysée, elle a été marqué par un spectaculaire lapsus dès le début, quand le chef de l'État a évoqué la percée du FN en France, et plus largement des partis extrémistes européens:

«C'est vrai, partout, les partis européens progressent. Mais c’est en France, pays fondateur de l’Union européenne, patrie des droits de l’homme, pays des libertés que l’extrême droite arrive aussi largement en tête.»

Il fallait bien sûr entendre «anti-européens». Le chef de l'État enchaîne d'ailleurs, quelques secondes plus tard:

«Bien sûr ce vote n'efface pas tous les suffrages, ceux qui se sont portés notamment sur les partis européens.»

Comme l'écrit Le Monde, «quand ils ne sont pas premiers», comme en France, au Royaume-Uni ou au Danemark, «les partis europhobes obtiennent des scores importants en Autriche, en Hongrie, en Suède et en Grèce. [...] Ces partis europhobes représenteront plus de 140 députés, près d'un cinquième du Parlement.»

Précision: comme l'expliquent BFM TV ou Le Lab d'Europe 1, cette allocution a été enregistrée lundi dans l'après-midi et non pas prononcée en direct. L'Elysée avait diffusé un communiqué annonçant que «la déclaration du président de la République suite aux élections européennes [serait] diffusée ce lundi 26 mai 2014 à partir de 20 heures».

Selon Le Figaro, «le script du discours de François Hollande envoyé aux rédactions reprenait pourtant cette formulation, laissant croire à une analyse intentionnelle du chef de l'État. Vérification faite auprès de l'Elysée, François Hollande a bien commis une erreur. Il souhaitait parler de la progression des "partis anti-européens" dans l'Union...»

Les lapsus de François Hollande ont déjà fait à plusieurs reprises les délices des médias, qu'il s'agisse de ses condoléances «au peuple chinois» après la mort de citoyens japonais dans l'attaque d'un site gazier en Algérie, de sa déclaration sur «la situation en Tunisie» alors qu'il était interrogé sur l'Algérie, de son affirmation selon laquelle la jeune Leonarda avait été «enlevée» et non arrêtée ou de l'évocation de la «Macédonie».

Jean-Marie Pottier Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).

Newsletters

Mariage pour tous et défaites de la gauche: le coupable était trop parfait

Mariage pour tous et défaites de la gauche: le coupable était trop parfait

Contrairement aux idées reçues, les débats et les mobilisations contre la loi ne semblent pas avoir dopé le vote FN aux municipales et aux européennes, pas plus que l’abstention de l’électorat de gauche.

Jean-Claude Juncker, le symbole d’une Europe désenchantée

Jean-Claude Juncker, le symbole d’une Europe désenchantée

L’un des champions du secret bancaire en Europe et ex-dirigeant d’un paradis fiscal va prendre la tête de la Commission européenne. Un handicap flagrant à l'heure où il est nécessaire d'incarner une rupture pour redonner aux citoyens le goût de l’Europe et de la politique.

L’impasse européenne de François Hollande

L’impasse européenne de François Hollande

Comment un président aussi affaibli pourrait-il négocier avec des partenaires européens qui, pour les principaux d’entre eux, s’en sortent bien mieux que lui? D'autant que sa politique intérieure ne représente pas un exemple de réorientation de la politique menée à Bruxelles...

Newsletters