Européennes 2014 / France

L'abstention entre 56% et 57%, mais en baisse par rapport à 2009

Temps de lecture : 2 min

Parlement européen / European Parliament via Flickr CC License By
Parlement européen / European Parliament via Flickr CC License By

«L’abstention, grande gagnante des élections européennes.» Vous n'avez pas fini d'entendre cette formule dans les jours à venir. Encore. Estimée entre 56 et 57%, l’abstention en France reste forte. Moins de 45% des Français se sont déplacés pour voter dimanche. Ils étaient néanmoins plus nombreux qu’il y a 5 ans. En effet, en 2009, l’abstention s’élevait à 59,5%.

Il n’y a cependant pas de quoi se réjouir de ce taux de participation. Car si l’abstention est en baisse par rapport à la dernière fois, elle reste parmi les plus élevées des scrutins en France, et la plus élevée des européennes après celle de 2009.

Mais contrairement aux scrutins européens précédents, ce faible taux de participation semble avoir cette année bel et bien profité à un parti: celui de Marine Le Pen. Les sondages l’annonçaient depuis longtemps, et ils avaient raison; le Front national arrive en tête en France avec près de 25% des voix. Et pour le coup, c’est un record en France. Jamais ce parti n'avait fait un tel score à des élections nationales.

Mais comme Jean-Baptiste Daoulas l'écrivait, l'abstention cumulée à la victoire du FN à ces élections ne fait pas du Front le premier parti de France:

«Dans l’hypothèse où, comme en 2009, l’abstention avoisine les 60% dimanche, un score de 25% pour le FN ne représenterait que 10% des 44,6 millions d’inscrits au 1er mars 2014 (d’après l’Insee), soit environ 4,46 millions de voix.»

L'hypothèse se vérifie ce soir. L'abstention gonfle artificiellement le score du FN. Mais le nombre de députés frontistes envoyés au Parlement européen, lui, augmente réellement. Ils seront environ 25, soit un tiers des eurodéputés français.

Camille Jourdan Journaliste

Newsletters

Mariage pour tous et défaites de la gauche: le coupable était trop parfait

Mariage pour tous et défaites de la gauche: le coupable était trop parfait

Contrairement aux idées reçues, les débats et les mobilisations contre la loi ne semblent pas avoir dopé le vote FN aux municipales et aux européennes, pas plus que l’abstention de l’électorat de gauche.

Jean-Claude Juncker, le symbole d’une Europe désenchantée

Jean-Claude Juncker, le symbole d’une Europe désenchantée

L’un des champions du secret bancaire en Europe et ex-dirigeant d’un paradis fiscal va prendre la tête de la Commission européenne. Un handicap flagrant à l'heure où il est nécessaire d'incarner une rupture pour redonner aux citoyens le goût de l’Europe et de la politique.

L’impasse européenne de François Hollande

L’impasse européenne de François Hollande

Comment un président aussi affaibli pourrait-il négocier avec des partenaires européens qui, pour les principaux d’entre eux, s’en sortent bien mieux que lui? D'autant que sa politique intérieure ne représente pas un exemple de réorientation de la politique menée à Bruxelles...

Newsletters