Lu, Vu & EntenduFrance

Donnez des sous au site Acrimed pour qu'il continue de critiquer les médias

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 20.05.2014 à 16 h 06

acrimed / Antonin Moulart via Flickr CC License By

acrimed / Antonin Moulart via Flickr CC License By

Les responsables politiques masochistes lisent chaque semaine Le Canard enchaîné. Les journalistes masochistes, eux, ont les sites de critique des médias comme Acrimed. Acrimed existe depuis 18 ans.

Acrimed, acronyme d'Action CRItique MEDias, est donc une association de critique des médias, née dans le sillage des grèves de 1995. Depuis, ses auteurs, journalistes, chercheurs et militants, diffusent «une critique indépendante, radicale et intransigeante» sur le monde médiatique, ses productions, ses présupposés idéologiques et les us et coutumes de la profession. Une critique éprise de sociologie bourdieusienne et dont l'espionnage des adresses IP des contributeurs et lecteurs devrait révéler un pic autour du campus de Nanterre.

Ces vilains gauchistes mettent souvent le doigt là où ça fait mal: adoration des personnages au détriment des projets politiques, connivences entre pouvoirs poltiques et médiatiques, traitement superficiel des sujets scientifiques ou politiques, militantisme inconscient, etc. Et qui d'autre est capable de pondre 25.000 signes sur la «mise en scène» de TF1 interviewant Jean-Luc Mélenchon entouré de militants lors de la manif du 1er décembre 2013?

Tout ça pour dire quoi? Que le site lance une souscription de 40.000 euros «destinés à pérenniser les deux emplois salariés indispensables au bon fonctionnement et au développement de l’association et du site Internet».

Le site rappelle qu'il est gratuit et qu'il ne touche aucune subvention à la presse. Pour info et à titre de comparaison, en 2013 les aides du ministère de la Culture à la presse étaient de plus de 16 millions d'euros chacun pour Le Monde et pour Le Figaro ou 6,9 millions pour Télé 7 Jours.

Nous relayons donc cette initative dans l'espoir qu'ils nous épargnent à l'avenir pour que continue de s'exercer une surveillance critique du quatrième pouvoir. Et, qui sait, peut-être que la somme obtenue leur permettra de changer cet horrible gif animé en haut à droite de leur page d'accueil.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte