Européennes 2014France

Têtes de liste aux européennes: où sont les femmes?

Camille Jourdan, mis à jour le 30.04.2014 à 17 h 55

Si les partis sont tenus de respecter la parité sur les listes dans chaque grande région, ils n'ont pas cette obligation quand il s'agit de désigner les têtes de liste.

Détail de l'affiche de campagne du FN pour les européennes 2014.

Détail de l'affiche de campagne du FN pour les européennes 2014.

Des femmes sur les listes pour les élections européennes du 25 mai, oui. La parité est obligatoire pour nombre d’élections en France, dont les européennes. Mais des femmes têtes de liste? Voilà qui est plus rare.

En 2009, 44,4% des représentants français élus au Parlement européen étaient des femmes, rapportait un rapport de juin 2012 de l’Observatoire de parité entre les femmes et les hommes.

Pourquoi pas 50%, ou un chiffre qui s’en approche davantage? Car les partis français rechignent toujours à présenter des femmes en tête de liste dans chacune des huit grandes régions au sein desquelles le scrutin est organisé.

Marine Le Pen nous en fait une belle démonstration en présentant son affiche officielle sur Twitter:

Idem pour Debout la République, le parti de Nicolas Dupont-Aignan:

PS, UMP, FN: aucun des trois plus grands partis ne réussit le challenge. Le PS a nommé trois femmes, l’UMP et le FN deux.

Le Front de gauche ne fait guère mieux. Seulement trois femmes ont été choisies fin avril pour diriger ses huit listes: une non encartée mais proche du Parti communiste, une du PG et une adhérente du rassemblement Ensemble.

Certains partis font en revanche des efforts. L’Alternative (Modem–UDI) a engagé quatre femmes. Aucun candidat n'a pour le moment été désigné dans la circonscription outre-mer, mais la parité sera respectée si c'est... un homme. Europe-Écologie Les Verts (EELV) va encore plus loin: cinq de ses huit listes sont menées par des femmes.

Si l’alternance systématique sur les listes entre un homme et une femme garantit une certaine parité des députés européens français, cette masculinisation des têtes de liste l’atténue. En effet, si une liste dirigée par un homme obtient un nombre de sièges impair dans une région, elle enverra automatiquement plus d'hommes que de femmes au Parlement européen. A l'extrême, on pourrait imaginer une situation absurde où un parti qui obtiendrait un siège dans chaque grande région ferait élire huit hommes... tout en ayant respecté la parité des candidats sur les listes.

Et lorsque l’on parle de la parité qualitative (l'accession des femmes aux plus hautes responsabilités), les élections européennes sont loin d’être une exception. En effet, la majorité des maires de grandes villes restent des hommes. Et seulement cinq femmes président des conseils généraux et trois des conseils régionaux.

Camille Jourdan
Camille Jourdan (139 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte