France

La France dément avoir payé pour la libération des otages. Comme d'habitude.

Temps de lecture : 2 min

Didier Francois, ancien otage, à son arrivée à Paris, le 20 avril 2014. REUTERS/Gonzalo Fuentes
Didier Francois, ancien otage, à son arrivée à Paris, le 20 avril 2014. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Ce samedi 26 avril, le journal allemand Focus prétendait révéler que, selon des sources à l'Otan*, la France avait payé pour obtenir la libération des quatre otages retenus en Syrie depuis un peu moins d'un an, et rentrés le weekend dernier. La somme avancée: 18 millions de dollars.

En fin d'après-midi, la France a démenti via un porte-parole du ministère de la Défense, relayé par Reuters: «Le gouvernement dément catégoriquement les informations. Il réitère la position de la France sur la question des libérations d'otages telle que Laurent Fabius l'a rappelé samedi dernier». Le ministre des Affaires étrangères avait alors expliqué:

«L'Etat français ne paie pas de rançons. Tout est fait par des négociations, des discussions.»

Ce cycle d'information: heureuse libération, assurance de la part du gouvernement de n'avoir pas payé de rançon, révélation qu'une rançon a été payée, est un cycle classique, comme nous l'expliquions sur Slate en 2013, à l'époque de la libération de quatre autres otages français (Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret), qui avaient été enlevés en 2010 au Niger.

D'habitude, écrivait alors Jean-Laurent Casselly, «il s'agit rarement de la preuve directe d'une rançon payée directement aux ravisseurs, mais plus souvent d'éléments laissant penser que de l'argent a bien circulé à un moment du processus de libération, qui implique de nombreux interlocuteurs et intermédiaires». Mais le principe est le même. Le déni de versement de rançon est pourtant un passage obligé, comme cela a été rappellé le weekend dernier, pour dissuader les terroristes de tenter de s'enrichir de cette façon, selon le gouvernement.


* Nous avions indiqué par erreur qu'il s'agissait d'une source à l'ONU. Toutes nos excuses.

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio