Double XFrance

«Sugar Daddies», «Sugar Babies», de la prostitution de façade

Emilie Laystary, mis à jour le 17.04.2014 à 19 h 37

Sous le nom de «Sugardaddy», des sites qui favorisent un «échange» où les relations sexuelles ne sont ni obligatoires, ni «tarifées», mais plutôt «largement sous-entendues» et «récompensées». Utilisatrices, utilisateurs et fondateurs de ces sites ne considèrent pas cet échange comme étant de la prostitution. Pas si simple.

REUTERS/Denis Sinyakov

REUTERS/Denis Sinyakov

Le site de rencontres américain SeekingArrangement.com/fr (pour le moment hébergé aux Etats-Unis mais décliné en français) lancera-t-il sa version française comme prévu dans quelques semaines? Le Français SugarDaddy.fr, qui comme la version américaine est fondé sur un principe d'«échanges» entre de riches hommes (dits «sugar daddies») à la recherche de «compagnie» et de jeunes étudiantes fauchées (dites «sugar babies») en quête d'une «aide financière ou matérielle» est visé depuis une semaine par une enquête pour proxénétisme.

Ce principe d'échanges intervient dans une zone de non-droit: ni réseau de prostitution assumé, ni site de rencontres classique, SeekingArrangement joue sur la rhétorique de «l'échange de bons procédés». Techniquement, les relations sexuelles ne sont donc ni obligatoires, ni «tarifées», mais plutôt «largement sous-entendues» et «récompensées».

Pour Françoise Gil, sociologue et spécialiste de la prostitution interrogée par Le Monde, le concept de ce site de rencontres n’est «rien d’autre qu’une formulation plus light et plus élégante que les formulations habituellement utilisées pour les sites d’escort». Pour le dire autrement, SeekingArrangement.com, comme SugarDaddy.fr seraient donc des plateformes de prostitution qui ne disent pas leur nom.

Un site pour «les gens qui n’ont pas peur d’être honnêtes»

Selon Brandon Wade, le créateur de SeekingArrangement.com, la plateforme a le mérite d’être en phase avec les attentes de son public:

«Nous ne faisons rien d’autre que de mettre en relation des gens qui n’ont pas peur d’être honnêtes et d’énoncer franchement ce qu’ils désirent.»

Ce diplômé du MIT, qui se décrit aussi comme un «dating expert», avoue lui-même «avoir longtemps eu des difficultés à s’attirer les faveurs des femmes»: «Ma vie amoureuse était catastrophique. Je portais des lunettes à la Harry Potter et j’étais un gros nerd, alors je n’avais d’autres choix que de fréquenter des sites de rencontres», a-t-il expliqué pour justifier son entreprise.

«Pour certaines personnes, avoir une vie sentimentale relève du parcours du combattant et on sait bien qu’aujourd’hui, beaucoup de gens tentent de gagner du temps. C’est la raison pour laquelle un site comme SeekingArrangement ne me choque pas vraiment: après tout, cette plateforme ne fait que aider des gens X qui veulent de la compagnie à rencontrer des gens Y qui cherchent à être entretenus», me dit Marie, une utilisatrice du site pour qui SeekingArrangement n’invente rien mais soutient une réalité qui existe déjà».

A ceci près que l'expression «se faire entretenir» est un vide juridique à elle seule. En effet, si une femme au foyer est décrite comme «entretenue par son mari» puisque techniquement dépendante des ressources de celui-ci mais unie à lui aux yeux de la loi, à l'inverse, une femme «entretenue et célibataire» est-elle soumise à un rapport de subordination à celui qui l'entretient? Et à partir de quand peut-on juger qu'une «cocotte» ne fréquente un homme qu'exclusivement mue par des besoins financiers? Devrait-on parler de prostitution que si et seulement si ces besoins financiers sont vitaux?

Chez les défenseurs du site, on avance d’ailleurs la liberté de chacun à disposer de son propre corps. Mais pour un certain nombre de commentateurs, s’adosser à «une réalité qui existe déjà –celle des femmes entretenues» ne légitime en rien la promotion d’un tel concept d’«échanges».

La contrainte économique comme fond de commerce

«Je ne critique absolument pas les femmes qui ont recours à la prostitution pour survivre, je critique le système immonde [de SeekingArrangement] qui les exploite dans une zone liminale entre "dating" et prostitution», me dit Anne-Charlotte Husson, militante féministe qui tient le site cafaitgenre.org. Pour celle qui est aussi membre du laboratoire GenERe, il est «révoltant» que le site s’adresse à «des femmes qui sont la plupart du temps en situation précaire».

Tandis que SeekingArrangement fait usage d’expressions aussi floues que «relations mutuellement avantageuses et aides financières», Pauline Arrighi de Osez le féminisme! alerte sur cette rhétorique marketing qui joue en réalité sur un «consentement dicté par la contrainte économique». Aussi, même si le site estime ne pas être bien différent des autres plateformes de rencontres, il convient de rappeler que «l’asymétrie commence avant le premier rendez-vous: les hommes s’inscrivent car ils ont envie de rencontrer de jolies jeunes femmes, les femmes sont là pour financer leurs études ou pallier une situation économique difficile».

En ce sens, ces sites ne présentent pas exactement les mêmes enjeux que ceux qui animent le débat autour de la prostitution, pomme de discorde entre abolitionnistes et réglementaristes. Pour Pauline Arrighi comme pour beaucoup d’autres détracteurs, c’est ici la question du risque de l’engrenage qui se pose. La militante rappelle que «c’est le désir qui fait la différence entre une relation, même brève et sans conséquence, même décevante, même médiocre... et l’appropriation du corps et de la sexualité d’une étudiante par un "sugar daddy"». C’est dans cette mesure que SeekingArrangement ou SuggarDaddy.fr ne peuvent être considéré comme des sites de rencontres tels qu’il en existe déjà, comme s’en défendent leurs créateurs.

Une banalisation de la prostitution étudiante

Au-delà du fait que chacun est libre de disposer de son corps, c’est donc la question de la normalisation de la prostitution des jeunes filles sans le sou qui est en jeu. Pour la juriste Jarod Barry, cité dans Le viol-location: liberté sexuelle et prostitution publié aux éditions L’Harmattan, la prostitution est par nature un contrat de dépendance:

«L’état de dépendance économique dans lesquels se trouvent nombre de personnes prostituées […] mérite d’être réexaminé, en tant qu’arme contre la reconnaissance d’un consentement exempt de violence.»

Mais à aucun moment SeekingArrangement ne nomme explicitement le concept de relations sexuelles tarifées. Si rien ne les contre-indique cependant, la plateforme préfère parler d’échanges de «bons moments» allant de compagnie dans des restaurants de luxe à jolis cadeaux en passant par voyages offerts. Cette même légèreté de ton se retrouve dans une tribune du créateur du site, publiée sur le Huffington Post britannique:

«Toutes les femmes ont un jour rêvé d’être une princesse. Et à mesure qu’elles grandissent, elles souhaitent ensuite être traitées comme des reines. Les dessins animés Disney ont mauvaise presse auprès des féministes et des gens réalistes. Pas étonnant, à partir du moment où seules quelques héroïnes de la vraie vie arrivent à se débrouiller sans l’aide d’un Prince Charmant!», estime Brandon Wade, qui déclare «laisser parler l’enfant qui est en lui» et estime qu’il y a des leçons à tirer des princesses Disney.

«Traitée comme une princesse»

Aussi, même si l’on met de côté la question de la prostitution étudiante, pour la sociologue Françoise Gil, «le danger de ce genre de plateformes c'est qu'elles normalisent le fait de pouvoir être entretenue quand on est une jolie jeune femme et qu'on rêve d'avoir plus et de mener une vie de princesse. S’il est relativement facile pour elles d'obtenir entre 3.000 euros et 4.000 euros par mois en argent et de cadeaux, cela le sera beaucoup moins quand elles arrêteront et trouveront un boulot qui ne leur fournira que 2.000 euros à 3.000 euros de salaire. Elles resteront insatisfaites et continueront à vouloir des produits de luxe. Or ces sites et les “généreux bienfaiteurs” ne recherchent que des très jeunes femmes».

Le champ lexical utilisé par le site SeekingArrangement est également évocateur.  Selon Anne-Charlotte Husson, «il est important d'insister sur le fait que ce système relève de la domination masculine. Les femmes forment l'immense majorité des "sugar babies" et les "sugar daddies" ne sont eux, comme leur nom l'indique, que des hommes. Même si la connotation incestueuse et pédophile à la fois est claire, ces expressions servent à atténuer la réalité dont on parle et à ancrer ce système dans l'ambiguïté d'une zone de non-droit».

Vide-juridique

Contacté par Slate.fr, Eric Barbry, avocat à la cour d’appel de Paris, rappelle que pour l’heure, «aucune législation n’encadre ce genre de sites». «Si un site de rencontres propose de mettre en relation des gens afin qu’ils passent du bon temps ensemble sans faire explicitement mention de rencontres financières à caractère sexuel, il n’y a rien dans le code pénal pour le sanctionner», explique-t-il, rappelant que cette nouvelle forme d’échanges financiers ne dispose pas encore de statut juridique. Le problème se poserait donc seulement si SeekingArrangement affichait la prostitution sur son fronton, car au-delà du côté volontairement flou de ses conditions générales d’utilisation, la plateforme n’est pas supposée savoir comment ses membres l’utilisent exactement.

«En me connectant à SeekingAarrangement, je n’ai pas l’impression de me prostituer, explique Marie, l’utilisatrice interrogée plus haut. Après une relation sexuelle, mon “sugar daddy” ne me tend pas une liasse de billets. Par contre, c’est à moi, au cours de nos rendez-vous, de savoir le séduire suffisamment pour qu’il ait envie de m’acheter un sac ou un parfum par la suite. Nous vivons donc une relation comme il en existe plein d’autres (et même plus saine encore, puisque techniquement je ne “profite” pas de lui partant du principe qu’il sait où il met les pieds). Ce n’est pas une prestation de service, donc pas de la prostitution.»

Et l’avocat Eric Barbry de rappeler que l’on peut être complice par action ou par inaction, mais que pour le moment, rien n’accuse ouvertement le site d’héberger une prostitution cachée. «Le site fonctionne a priori entre utilisateurs majeurs et consentants. Il y a une ambiguïté de façade», conclut-il.

Emilie Laystary

Emilie Laystary
Emilie Laystary (10 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte