Municipales 2014 / France

[VIDEO] Quand la «jeune maman» Ségolène Royal défendait un dossier «nouveau»: l'écologie

Temps de lecture : 2 min

Ségolène Royal a été nommée, ce mercredi 2 avril, ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie du gouvernement Valls.

Elle retrouve ainsi un portefeuille, alors réduit au simple intitulé de ministre de l'Environnement, qu'elle avait occupé il y a vingt-deux ans dans le gouvernement Bérégovoy.

A l'époque, en présentant cette nomination, le présentateur de France 3 Paul Amar parlait d'un dossier «nouveau» mais «incontournable désormais, il est de couleur verte, l'écologie»:

«Il sera défendu par une jeune maman, qui connaît aussi bien le Château –elle a travaillé à l'Elysée– que le chabichou.»

Les principaux dirigeants écologistes de l'époque, Brice Lalonde (Génération Écologie) et Antoine Waechter (Les Verts), saluaient alors respectivement «une femme remarquable» et un «signe positif». «Je suis convaincue qu'il n'y a pas de bonne économie sans bonne écologie, que l'environnement est une source formidable de création d'emplois et en même temps [...] permet de régler les problèmes de pollution industrielle», déclarait de son côté la nouvelle ministre, âgée de seulement 38 ans.

Coïncidence: elle avait été nommée à ce poste après un refus des Verts d'entrer au gouvernement et le départ de Brice Lalonde, titulaire du poste. Le 2 avril 1992, les Verts avaient rendu publique une déclaration déplorant la nomination de Pierre Bérégovoy, qui «rassurera les milieux financiers et industriels, mais ne répond pas aux nouvelles aspirations des Français [...] et s'inscrit dans une continuité peu propice aux écologistes. La tradition politique de l'Elysée excluant la conclusion de contrats de gouvernement, l'ouverture ne peut s'adresser qu'à des personnes et non à des mouvements porteurs d'idées nouvelles. Dans ces conditions, les Verts ne participeront pas au gouvernement».

Jean-Marie Pottier Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).

Newsletters

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Pourquoi les «idéopôles» votent-ils encore à gauche?

Depuis le milieu des années 1990, ces villes post-industrielles fondées sur l'économie de la connaissance sont de nouveaux bastions du PS. Il y a mieux résisté aux municipales, mais est menacé par la gauche alternative, qui confirme son implantation.

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

Nathalie Kosciusko-Morizet dit qu'elle est majoritaire en voix à Paris. Et si elle avait raison?

La droite a peut-être perdu Paris en sièges, mais elle l'a gagné en voix. Cet argument, dont nous vous parlions déjà au lendemain du second tour des municipales, a fait son retour dans le débat politique ces derniers jours. Notamment par la voix...

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Le vote sanction des quartiers contre la gauche expliqué par l'acteur Saïd Taghmaoui

Dans un entretien à Slate, l'acteur de «La Haine» justifie son soutien à l'UMP Bruno Beschizza, nouveau maire d'Aulnay-sous-Bois. Un ralliement qui illustre la fin de la relation privilégiée entre une partie des habitants des banlieues et la gauche.

Newsletters